• Vidéo de Lady Saïgon "Elégie".

     

    "IL EST PLUS IMPORTANT D'AIMER QUE D'ÊTRE AIME".

     

    Merci à certain(e)s de mes ami(e)s, lecteurs, lectrices, qui m'ont témoigné de leur amitié durant cette absence....

    Pour raisons personnelles, je m'éloigne de mon blog.

    Un long temps de pause qu'il m'est nécessaire de prendre... 

    Nous vivons des heures difficiles, noires pour certains et certaines d'entre nous. Je me dois d'être au plus près de ma famille en ces fêtes de fin d'année.

    Je ne voulais pas écrire ce petit mot mais je le devais à ceux et celles qui ont su, ici, en ces années rester fidèles à mes écrits et pour leur amitié apportée, riche en partage.

    Ceci n'est point un adieu, juste un au-revoir.

    Je garde espoir que la lumière de l'Amour sera plus forte dans ces sombres heures, c'est le vrai message de Noël,

    Un temps de partage, d'union, 

    Un temps d'AMOUR à donner, à recevoir.

    Beaucoup ont oublié ce vrai message dans ce monde...

    Prenez soin de vous, de vos familles, de vos proches, de ceux et celles que vous aimez.

    Je vous souhaite du fond du coeur, de passer de bonnes fêtes de fin d'année.

    Mes pensées accompagnent ces familles qui en ce jour, en ces heures noires, traversent tant par leur précarité de vie, des désastres causés par les inondations et la misère qui ne  cesse de grandir et que beaucoup ne voit pas, dans les hautes sphères, et que c'est toujours ce petit peuple qui depuis l'aube de l'humanité, de par ses luttes, ses combats pour rétablir toujours son droit et son identité, n'a cessé de combattre par son engagement social, au coeur de ces luttes et de ses engagements écrits, SA PROPRE REVOLUTION pour RENAITRE DE SES CENDRES ! 

    Je ne serais point poète

    Si ma plume d'humaniste, ne témoignait point sur ma vision de ce monde ! 

    Et je ne serais point "CORPSRIMES", si je ne témoignais point en tant qu'APÔTRE DE CE MONDE.

    En ce temps de fête de la LUMIERE,

     

    "Que cette lumière efface les ténèbres !

     

    Que la lumière efface vos ténèbres !"

     
     
    FEMME AUX YEUX FERMES

    Le mysticisme de Jaroslaw Datta

    Photographe polonais.  

          

      

      

    Chuchotements, au cœur de mon silence ;

     

    Mon âme ploie, vers toutes les souffrances,

     

    D'une terre qui sombre à outrance,

     

    Devant les montées obscures en puissances !

      

    Humains, qu’avez-vous fait des champs de blés,

     

    De leurs moissons, leur nourriture sacrée ?

     

    Sous l’emprise de toutes vos folies,

     

    La faucheuse, coupe et ôte la vie !

      

    Errantes, sont les âmes en ces heures,

     

    Qui aspirent à la quête du bonheur !

     

    Fébrile est le vent des libertés,

     

    Où pleure à jamais, l’Amour sacrifié ; 

     

    Des fléaux qui croissent aux rivières,

     

    Dont les plaies rouges suintent en prières !

     

    L’humanité se meurt ! Comme un arbre,

     

    Déraciné de son sol ! Entre, guerres et armes !

      

    Ce monde n'est que bassesse des hommes !

     

    Vanité, règne au coeur qu'on abandonne...

     

    Prédateurs à l’affût des convoitises,

     

    Aux bourbiers d’un monde qui s’enlise ;

      

    Pleure mon âme à la nuit tombante,

     

    Face à tant d'agonies écrasantes !

     

    Combien encore de luttes entre humains,

     

    Afin que CONSCIENCE soit lendemain ?

      

    Voici, l’hypocrisie sous les masques !

     

    Les mensonges se multiplient en frasques !

     

    Nous ne sommes que grains de sable ; écumes,

     

    Sont les rivages de nos âmes, où brumes,

      

    Se dissipent face à l'Amour sanctifié ;

     

    Ce don sacré, Saint Graal béni,

     

    Est une coupe qui jamais ne se tarie

     

    Sur le coeur des justes qui savent aimer...

     

    Quelles réponses à porter à ce monde,

     

    A toutes ces voix qui hurlent, grondent ?

     

    Mon souffle est un inspir, un expir

     

    A la vie, qui elle, ne veut point mourir !

     

    J'entends monter les vagues déferlantes

     

    Des voix humaines, sacrifiées, rugissantes !

     

    Car

     

    Vivre, sans les autres, n’est point vivre,

     

    Et vivre ainsi, sans l’Amour, c’est mourir !

     

    Entendez, l’élégie de ma complainte,

     

    Que celle-ci, à vos oreilles, ne soit point feinte !

     

    Veillez à ce monde avec vos lanternes,

     

    Flammes allumées par ce divin amour,

     

    Où l'on s'incline, où l'on se prosterne,

     

    Unique souverain qui vaut mille bravoures !

      

     

    "Devenez, vous-mêmes, Apôtres,

    Témoins de ce présent, instant !

    Des voies s'élèvent en marées hautes !

    Puissent-elles résonner pour longtemps !

     

     

    CorpsRimes

     

    Elégie00054472-2

     

    Résultat de recherche d'images pour "ciel avec lumière qui transperce" 

       

     

     Image du Blog imagenoire.centerblog.net

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    12 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires