•  

     

     

    Denys Puech,

    (French – 1854-1942)

    la Muse d'André Chénier

    Statuette réalisée par Denys Puech à la fin du XIXe siècle.

    Allégorie de l'inspiration poétique,

     une muse embrasse un portrait du poète 

      

      

     

    Né en 1854 et mort en 1942, Denys Puech a traversé deux siècles mais il a conservé durant toute sa carrière un style académique très conventionnel, en marge des courants artistiques qui ont révolutionné l'art de son temps.
    Grand Prix de Rome, fort célèbre de son vivant, il a été l'un des sculpteurs officiels de la IIIe République.

    Ses représentations féminines, caractérisées par une posture alanguie, la tête inclinée laissant s'échapper en vagues une chevelure abondante, sont souvent empreintes d'une grande mélancolie.
    Il était également renommé pour ses portraits.

      

    Adrien Emmanuel Rouquette, né en 1813 à la Nouvelle-Orléans et mort en 1887, était un écrivain français de Louisiane.

    Il fit d'abord ses études avant de partir en 1829 étudier à Paris, à Nantes et à Rennes où il obtint son baccalauréat en 1833. Revenu en Louisiane, il pensa se tourner vers le droit mais préféra la littérature. Il publia ses premières poésies, Les Savanes, à Paris en 1841, où elles furent assez bien reçues. De nouveau revenu en Louisiane, il devint éditeur du Propagateur Catholique, activité qui l'amena finalement à trouver sa vocation dans la religion catholique. Il fut nommé prêtre à la Nouvelle-Orléans en 1845, et fut assigné à la Cathédrale de Saint-Louis, où il attirait les foules par son éloquence et son discours humaniste. Il rompit toutefois tout lien avec la société en 1859, et partit vivre dans la tribu indienne des Choctaws, qui le surnommèrent Chataima (qui ressemble aux Choctaws). Plus ou moins missionnaire, il amena par sa patience et sa fraternité beaucoup d'indiens à la foi chrétienne. Son frère, François Dominique était également poète et homme de lettres.

    (http://fr.wikipedia.org/wiki/Adrien_Rouquette)

     

    Denys Puech, sculpteur aveyronnais La muse d'André Chénier  

     

     Denys Puech, La muse d’André Chénier, 1888, sculpture (marbre), Coll. Musée Denys-Puech 

     

    Adrien Rouquette - L'Antoniade

      

    "Préludes de L'Antoniade  

     

    La Muse et le poète"

     

    Seul avec l’Idéal et seul avec la Muse,


    Virginale ermitesse, extatique recluse,


    Loin de la foule hostile, oh ! qu’il est doux d’errer !


    Dans les forêts de Dieu, qu’il est doux de prier !


    Qu’il est doux d’écouter la harpe universelle,


    L’océan d’harmonie où chaque, voix ruisselle ;


    La sainte mélopée, en ses accords divers,


    S’élevant vers le ciel du sein de l’univers !


    Qu’il est doux d’écouter le vent dans le feuillage,


    La musique des flots expirant sur la plage !


    Mais, au sein des cités, mais parmi les humains,


    Les rires sont mêlés à d’horribles refrains ;


    On n’entend que discords, redits sur chaque lyre,


    Ou d’amère tristesse ou de sombre délire !


    Le siècle est ballotté sur des flots désastreux ;


    Comme son action, son repos est fiévreux ;


    Plus il a pu jouir, et plus il est avide ;


    Son cœur inassouvi s’agite dans le vide ! 


    Ah ! je comprends mon siècle et je souffre avec lui ;


    Sa plainte, au fond de moi, sans cesse a retenti ;


    Emu de ses accents de doute et de souffrance,


    Je veux chanter la foi, l’amour et l’espérance ;


    Et par de saints concerts combattant ses discords,


    Suivre l’âme affranchie en ses divins transports !


      Ô Muse solitaire, épouse rayonnante,


    Sois pour moi ce que fut Béatrix pour le Dante ;


    De mon vol idéal sois le guide assuré ;


    Trace-moi le chemin vers un monde éthéré !


    Pour te suivre au séjour de céleste harmonie,


    Que l’amour dans mon cœur, remplaçant le génie,


    Fasse luire à mes yeux, dans un ciel toujours pur,


    Et ta robe étoilée et ton manteau d’azur !


     

      

    Denys Puech La muse d’André Chénier

    Denys Puech et la nostalgie de l'antique

      

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    19 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique