•  

    On a dit, non sans vérité et profondeur, que pour l'artiste, pour le poète, l'inspiration : c'est la femme. On peut noter, en effet, comme un trait distinctif de l'âme poétique, cette faculté d'adoration, cette sorte de nostalgie de la pure beauté entrevue ou rêvée sous la forme de l'éternel féminin, qui est comme une intime et mystérieuse aspiration, un élan spontané vers les splendeurs de la perfection infinie. Adoration idéale, culte charmant, qui se confond dans ces âmes supérieures avec le culte sacré de la Muse !...

     

    Ary Scheffer

    « The Vision, Dante and Beatrice »

    L'Eternel Féminin s'est révélé dans toute sa Puissance à travers l'amour d'une jeune fille et D'un poète. Les motifs sont d'une extrême simplicité, mais leurs effets prodigieux.
    Ils se sont rencontrés tout jeunes, puis, de loin en loin les années suivantes, sans jamais se parler. Mais de ces rencontres silencieuses est né un immortel amour. Dante rêve constamment à sa bien-aimée, la transfigurant dans ses poèmes. Et, lorsque Béatrice meurt à l'âge de 24 ans, il sombre dans un abîme de tristesse. Cette douleur mènera Dante sur le chemin de la théologie et de la philosophie, recherchant l'âme de Béatrice à travers les visions de sa "Divine Comédie". On voit avec quelle force impulsive, Béatrice, ou plutôt l'Eternel Féminin, est devenue l'initiatrice de l'âme du poète, le centre de sa vie et la clef de son chef-d'oeuvre. Couronné de lauriers, le  poète initie sa bien-aimée aux accords de sa lyre.

    (Littérature contemporaine...)

    "Volume 43, publiées par Evariste Carrance,

    Agen 1890"

    le grand poète, exalté par son enthousiasme mystique, évoque cette figure céleste de Béatrice, sous la couronne de gloire qu'il lui tresse dans ses vers.

    C'est au milieu des visions paradisiaques qu'il semble surtout se plaire à la contempler et à lui offrir l'encens de ses louanges. 

    "Perdu dans cette mer d'éternelle lumière,
    Ce phare m'éblouit tellement de ses feux,
    Que je ne vis plus rien dans ce miroir des cieux. ..
    Aimer et ne plus voir ramenèrent mon âme
    Au flambeau de ma vie, aux beaux yeux de ma Dame...

    Dussé-je en son honneur réunir dans mes vers,
    Tout ce que j'ai dit d'elle en mille chants divers,
    Je resterais encore impuissant à la peindre...
    Aux beautés que je vis nul ne saurait atteindre ;
    Je dis plus, et je crois qu'un Joyau d'un tel prix,
    Par son créateur seul peut être bien compris !"
    ...........................................

     

    Gabriel Rossetti - Le Rêve de Dante

    Dante Gabriel Rosseti (peintre italien)
    "Rêve de Dante au moment de la mort de Béatrice"
    Walker Art Gallery, Liverpool, Merseyside, (l'Angleterre).
    Rosseti avait un intérêt indéfectible du poète italien Dante Alighieri. La peinture a été inspirée par le poème de Dante "La Vita Nuova". Dans ce poème, Dante rêve qu'il est amené au lit de mort de Béatrice Portinari, qui a fait l'objet de son amour inassouvi. Dante, en noir, se dresse en regardant vers la Béatrice mourrante qui est allongée sur un lit. Deux figures féminines en vert tiennent un auvent au-dessus de lui. Un ange en rouge tient la main de Dante et se penche en avant pour embrasser Béatrice. Dans sa peinture, Rosseti a crée un monde fantaisiste avec des symboles complexes. Les symboles incluent les vêtements verts des accompagnateurs de Béatrice, qui signifie : espoir ; fleurs de printemps dans la pureté au premier plan et des Colombes rouges pour l'Amour.
     

    Je laisse un poète nommé Dante, s'imprégner de mon âme...

     

    Ô ma sœur des anges ! Mon lys mystique, Rayonnante !   

    Des clartés immortelles, élogieuses ; Bienfaisante, 

    Âme ! Ma fleur des régions idéales, du Divin 

    Séjour, où tu règnes par la grâce en ton écrin...

     ***************

    Étoile vivante de ma Divine Comédie  

    Guide suprême, de ma contemplation Infinie... 

    Dans l'aurore naissante, nuancée de Roses d'Orient, 

    Tu es magnificences et  louanges exaltants ! 

    ****************  

    Ma douce vision, sous les vapeurs du matin, 

    Vêtue de draperies aux flammes ardentes, 

    Tu apparais dans mon ciel, ton trône Souverain ! 

    Couronnée de lauriers, secrète confidente... 

    ****************  

    Splendeur d'une lumière éternelle ! En ton sourire, 

    Je m'abreuve à ma fontaine en élixirs ! 

    Je me désaltère aux douces gouttes d'une voix, 

    Celle qui résonne sur mon cœur et me fait roi !   

    ****************  

    Un poète à sa reine, dédie trois cantiques, 

    Enfer, purgatoire, paradis! Testament Mystique ! 

    Divine puissance, sagesse ! Primordial

    Amour ! 

    Ange tutélaire, gloire céleste ! Mes Cieux en atours !   

    **************** 

    Je livre mon âme, où claironne mon chant, 

    Dans le vent des mélopées, parfums Enivrants ; 

    J'étreins l'éternité, où demeure ma Bien-aimée, 

    Béatrice ! Celle que je vénère, en ma Renommée...

    Une rose...sur mon âme   

    CorpsRimes

    Dante et Béatrice00054472

     

     

    Membre de la Confrérie des Pré-Raphaelites, Dante Gabriel Rossetti est né en 1828 et décède en 1882. Doté d’un caractère particulièrement romantique, il se confine dans le refus évident du monde qui l’entoure.
     
    Poète, il écrit de nombreux textes, jusqu'à la mort de son épouse Elisabeth Siddal, décédée d'une overdose de laudanum,  à cette période  il décide d'enterrer ses poèmes avec la défunte. C'est en pleine dépression qu'il réalise ses plus belles toiles dont  "Beata Beatrix", vision de la "Béatrice" de Dante, représentée sous les traits de sa femme transportée au Paradis.
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique