•  

     Édouard François Zier, né à Paris en 1856 et mort en 1924, est un peintre et illustrateur français

     

     

    Si mon cœur s’est brûlé aux aurores

    D’un soleil aux couleurs de bouton d’or,

    Dans le jardin où règnent mes pensées,

    Sur notre amour, je n'ai rien oublié...

      

    Si je ne vois point triste l’avenir,

    C’est qu’il me reste nos doux souvenirs,

    Le reflet de nos yeux dans le miroir

    De mon âme, ta lumière en espoir…

      

    Si dans mes hivers et mes brumes,

    Ton amour me guide et me consume,

    C’est que sur les doux rivages du temps,

    S’illuminent tous nos soleils couchants…

      

    Tel un flambeau, qu’éclairent nos souvenirs,

    Au jardin de la vie, j’entends nos rires !

    L’âge, aujourd'hui ne me fait point défaut,

    Je n’ai rien oublié de leurs échos…

      

     Si nos cœurs ont brûlé par tant d’amour,

    Dans nos pensées, nos mots et discours,

    Aux rivages du temps, ma faiblesse,

    Se transforme en langage de sagesse…

      

     Si les fleurs au printemps sont embaumantes,

    C’est que nos baisers sur nos peaux aimantent,

    Parfument à jamais leurs douces ardeurs,

    Et que cette fièvre demeure aux heures…

        

    Qu’importe le temps, nos larmes, rires !

    J’ai goûté aux charmes de cet amour,

    Et nos cœurs battaient à en défaillir,

    Brûlante était la passion des jours !

      

    Aux rivages du temps, mes pensées

    S’entrelacent, d’extases harmonisées,

    Et ton souffle d’amour sur mon visage,

    Embellis ma vie et ses sillages... 

     

    Si la roue du temps en un instant,

    A brisé tous ses éclats de diamants,

    Sous la voûte d’un ciel bleu, étoilé,

    Mon cœur à su trouver sérénité...

      

    Lorsque le vent se joue de mes chagrins,

    Qui jusqu’au ciel, montent en désespoirs,

    Une lumière brille dans ma nuit noire,

    Mon cœur s’enflamme à l'aube d'un matin…

      

    Sur les rivages du temps, l’âme ploie,

    Comme un arbre nu, aux hivers si froids,

    Mais dans le jardin où dorment nos rêves,

    Un bouquet d’amour se libère en sève !

      

    Si mon coeur saigne et continue d'aimer,

    C'est que l'Amour est mer, d'éternité

    Car sur ses  rivages du temps, la vie,

    Chasse la nuit, en son bel astre qui luit...

     

     

    Sur les rivages du temps,

    Nous ne cessons jamais d'aimer...

     

     

    CorpsRimes

     

    Sur les rivages du temps00054472-2

     

    Résultat de recherche d'images pour "rose rouge sur rivage de mer" 

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    38 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique