•  

     

    Berthe Morisot, Le bord de l'eau, 1864. Peinture;  Collection de M. et Mme Fred Schoneman Objet: Portrait d'Edma Morisot (soeur de Berthe) couché au bord d'une rivière.  Contenu: Étant la toute première photo que Morisot a peinte, elle choisit sa soeur, ...

    Berthe Morisot (1841-1895) 
    Etude au bord de l'eau 
    signed 'B. Morisot' (lower left) 
    oil on canvas 
    23 5/8 x 28 7/8 in. (60 x 73.4 cm.) 
    Painted in 1864

     Les principales caractéristiques du courant impressionniste sont ici réunies : couleurs claires, lumière, scène de genre dans un paysage, dilution des formes. La jeune artiste a trouvé sa voie et quitté la nécessaire mais pesante influence d'Édouard Manet.

     

    Berthe Morisot, Le bord de l'eau, 1864. Peinture; Collection de M. et Mme Fred Schoneman

     

    Objet: Portrait d'Edma Morisot (soeur de Berthe) allongée près d'une rivière.

     

    Contenu: Étant la toute première photo que Morisot a peinte, elle choisit sa sœur, Edma, comme modèle placé dans une atmosphère de forêt. Morisot a beaucoup apprécié et aimé sa soeur car ils étaient proches et elle serait souvent influencée par elle. Ainsi, en utilisant sa soeur comme modèle pour son premier portrait.

     

    Moyen: Berthe choisit de faire une image à base d'huile sur une toile pour souligner le calme de l'image calme de sa soeur dans un environnement confortable.

     

    Histoire de la pièce: L'artiste impressionniste moderne du 19ème siècle a un style féministe. Elle dépeint le mode de vie, les vêtements et la bourgeoisie de femmes et d'individus principalement en relation avec sa sœur, sa mère, sa fille et / ou son mari. Ceci étant sa première pièce, elle utilise sa soeur, Edma comme modèle, car elle la regarde beaucoup et est également influencée par son art.

     

    Humeur: L'image alerte le spectateur à cause du sentiment, de la pensée et de la compétence qui y sont associés. C'est presque comme si l'artiste ressentait ce que le modèle ressentait et le peignait à travers la peinture. Edma semble être triste, confuse et peut-être même vulnérable.

     

    Mouvement : L'image dans son ensemble est dynamique dans le sens où le modèle est immobile, décontracté et allongé avec une de ses jambes dehors et une autre rentrée, bras par la tête et l'autre sur son genou. Cependant, le point culminant est incertain, il pourrait s'agir des motions mentionnées. En continuation, la silhouette du portrait est visible de droite à gauche dans un mouvement doux et paisible.

     

    Biographie :

    Berthe Morisot est née à Bourges en 1841.

    Nièce de Fragonard, elle devient l'élève de Corot en 1862 est fait la connaissance de Daubigny et de Daumier avant de rencontrer Manet en 1868 qui lui enseigne la technique du pastel.

    Elle se rapproche des impressionnistes et expose avec le groupe dont elle devient un membre actif. Elle est la seule femme peintre à exposer avec les impressionniste en 1874.

    En 1877 elle épouse Eugène, frère de Manet, dont elle devient la belle-soeur. Ses thèmes préférés sont les marines,  les paysages et les scènes familiales. Son style se caractérise par une facture très libre à la fois sensible et assurée par des couleurs tendres et des blancs transparents.

    Berthe Morisot tomba malade à la mi-février 1895. Elle avait selon les biographes, une congestion pulmonaire ou une grippe contractée en soignant sa  fille du même mal. Elle mourut le 2 mars 1895 au 10 rueWeber à Paris et légua la plupart de ses oeuvres à ses amis artistes : Degas, Monet, Renoir. Malgré sa riche production artistique, le certificat de décés mentionnait : "sans profession". Elle est enterrée dans le caveau des Manets au cimetière de Passy où il est simplement gravé : "Berthe Morisot, veuve d'Eugène Manet".

    L'époque n'autorisait pas encore la reconnaissance d'une femme peintre.

    (Source Wikipédia).

     

     

     Allongée au bord de l'eau, le temps passe, s'écoule,

    Tel le flot enivrant de l'air qui embaume ;

    Dans les arbres verdoyants, les oiseaux roucoulent,

    Instant de grâce, sérénité en ce royaume.

     

    Blanche est la robe, tel un habit de dimanche ;

    Pureté d'une étude, en la nature d'une peinture.

    Bras par-dessus la tête, relevée est la manche ;

    Nénuphars et fleurs, tissent un tapis de verdure.

     

    La rivière se fait miroir, éclaire l'âme pensive,

    Le soleil est une caresse, le vent un baiser ;

    Lumière romanesque, aux rives contemplatives,

    Une jeune femme, semble, en son reflet, troublée...

     

    Féminine, est cette scène de genre sans âge,

    Où, l'eau, en ses couleurs claires, son paysage,

    Est la  sève de toute impression visuelle ;

    L'eau ! Le sang de l'impressionnisme qui ruisselle !

     

    Captive, en son beau reflet dans la rivière,

    La jeune femme au ruban rouge voyage,

    Vers des contrées vagabondes, buissonnières ;

    Cachotière est l'âme, en ses secrets bagages....

     

    Nul trait narcissique, en sa profonde réflexion !

    Qui attire le regard, guidé par l'admiration,

    D'un modèle, qui illumine ce doux décor,

    Par les courbes graciles, chatoyantes, d'un corps...

     

    Pleures-tu âme, dans le clapotis de ces eaux

    Dormantes ? Par quel chemin t'es-tu égarée ?

    Reviendras-tu, grâce aux sifflements des oiseaux ?

    Vers une terre qui embaume, en son sein, fleuré.

     

    Une étude au bord de l'eau,

    Où glisse en son sillage,

    La magie d'une émotion,

    Qui passe tel un nuage, 

    Dans l'âme d'une artiste, de son pinceau,

    Qui s'expose, éternelle, en sa création :

     

    La lumière, loin des ténèbres !

     

    CorpsRimes

    Vous ais-je dis ?00054472

        

     

    Berthe Morisot par Édouard Manet (1870) 

     

     

     

     Roses trémières 1880, musée Marmottan.

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique