• Quechuas !

     

    Les Quechuas, Quichuas, Kichuas, Kichwas ou Kechuas, sont un groupe de peuples d'Amérique du Sud qui forment la plus nombreuse des familles ethnolinguistiques amérindiennes (groupe de langues quechua).

    Principalement localisés dans les régions andines du Pérou, de la Bolivie, et de l'Équateur (où ils sont appelés Kichwas), on en rencontre également des représentants au sud de la Colombie (appelés Ingas), ainsi qu'au nord de l'Argentine et du Chili, ce qui correspond à l'aire d'extension maximale de l'Empire Inca dont le Quechua était la langue véhiculaire.

    Le mot « Quechua » est à l’origine le nom de groupes tribaux qui, après avoir dominé les populations voisines, ont fondé vers le XIIe siècle le royaume de Cusco. Vers le XIIIe siècle, apparaît la dynastie Inca qui de royaume, devient un empire conquérant, unifiant des peuples aux cultures diverses, en imposant leur langue alors appelée Runa simi (« langue des hommes » ou « langage du monde »), et pratiquant une politique colonisatrice : transferts de populations et envoi de savants et d’artisans afin d’échanger et d’uniformiser connaissances et techniques. Ce n’est qu’à l’époque de la colonisation espagnole, que la langue a pris le nom de Quechua. Les missionnaires espagnols qui ont adopté le quechua comme langue de communication et d'évangélisation, ont achevé de propager cette langue sur de vastes territoires au détriment de langues plus anciennes.

    En Équateur, les Quechuas constituent l'une des treize nationalités indigènes reconnues, elle-même composée de treize peuples distincts : Karambi, Natabuela, Otavalo, Kayambi, Kitu Kara, Panzaleo, Chibuleo, Salasaka, Waranka, Puruhá, Kañari, Saragura et Kichwa de l’Amazonie (voir Peuples indigènes d'Équateur).Source Wikipédia.

    Une autre belle musique qui parle à l'âme est cette musique andine, celle des montagnes majestueuses des  Andes, en Amérique du Sud. Une musique douce, magique, profonde, en harmonie avec la nature. Elle révèle puissamment le mysticisme et la paix qu'on respire dans ces paradis terrestres.

    Plusieurs amateurs de musique andine disent que ses belles mélodies guérissent l'âme, font vibrer le coeur et apaisent le mental. Beaucoup disent que le flux des notes des instruments à vent relient l'être au cosmos et invitent le coeur à s'envoler dans des univers mystérieux et délectables.

    La musique andine, plus qu'une simple expression artistique, incarne une énergie qui unit l'être humain à la nature dans toutes ses dimensions.  Une force spirituelle palpable habite ces mélodies simples qui pénètrent doucement et fermement au fond de l'être.

    Les instruments :

    Les instruments à vent, qui existaient même avant l'empire des Incas, comprennent :

    • le siku (zampona en espagnol); c'est une flûte de pan composée de deux rangées de tuyaux de roseaux. Il y en a plusieurs sortes, selon la taille.
    • la quena; il s'agit d'une simple flûte taillée dans le bambou. Il existe différentes variétés de quenas.

    Les Espagnols introduisent les instruments à cordes sur le continent américain au XVIème siècle.  L'ingéniosité des Amérindiens crée le charango, une petite guitare arrondie fabriquée dans une coque de bois ou dans la carapace de quirquincho (tatou).

    Parmi les instruments à percussion ancestraux on distingue le bombo; un tambour circulaire fabriqué à partir d'un tronc d'arbre creux.  

    "Alborada" est un groupe péruvien de musique andine contemporaine. Il puise son inspiration dans la richesse ancestrale du Pérou indigène. La plupart de leurs compositions sont chantées dans la langue autochtone Queschua. La plus célèbre de leur chanson est "Ananau". (ici même en vidéo)


    J'ai eu le plaisir de les découvrir il y a quelques années et je vous invite à un beau voyage de l'âme, vers des terres, civilisations qui ont fait la grandeur et la puissance de leur culture ; une musique qui transporte et fait vibrer nos âmes, nos coeurs et nous relie à la nature, à ce monde, au cosmos...

     

     

    Plus fort que le souffle du vent,

    Sur les hauts plateaux des Andes

    Enneigés, mon âme en tourments,

    S'enlace au condor en offrande...

       

    Je marche pieds-nus sur ma terre,

    liberté est sans frontière,

    Entre le soleil et la lune,

    J'erre au grès de mes infortunes...

       

    Sur les chemins, sentiers de pierres,

    Sont gravés mes rêves en prières.

    Ici même en ces lieux sacrés,

    Pleure l'arbre que l'on a oublié...

      

    Aux entrailles, racines d'un monde,

    Je danse et honore mémoire féconde,

    Et le vent soulève cette poussière,

    Qui se mélange à l'eau des rivières...

       

    L'écho du vent dans le lointain,

    Accompagne l'indien sur son chemin,

    Et j'entends résonner ses pas,

    Sur ma montagne la Pachamama...

       

    Dépaysantes sont les rives,

    Aux roches taillées d'incisives...

    Mais fertile est la liberté !

    Qui guide le cœur des opprimés...

       

    Tel le Condor, ailes déployées,

    Suis l'étoile au-delà des vallées ;

    Là-bas y règne l'espérance,

    Où l'âme des ancêtres y danse...

       

    Et les chants des plus grands guerriers,

    S'élèvent vers les cieux tant aimés ;

    Guérissant les âmes brisées,

    Aux solitudes et pleurs versés...

          

    Sur ce sommet du bout du monde,

    Errent bien des âmes vagabondes...

    Entre ténèbre et lumière,  

    La voie qui mène aux mystères...

      

    C'est ici même que bat mon coeur,

    En cet espace libre, loin de la mort...

    Aux sillons des âges, de leurs clameurs,

    Ne se piétine l'Amour qui s'honore... 

      

    Danse...mon âme, sur ma Terre Déesse...

    Vole Condor vers mes cieux en liesses !

    Bien au-delà des sécheresses

    Humaines, vers mes rives de richesses...

      

    J'entends au loin, battrent les tambours,

    A l'unisson des coeurs remplis d'Amour !

    Et mon esprit vole, tel le Condor,

    Bien loin des tourments de la mort...

      

    Ma vue perçante n'y voit que la lumière d'un soleil...  

    CorpsRimes

    Quechuas !00054472

        

        

    Femme Quechua

      

      

     

     

    « Si vous n'avez rien à me dire...L'après-midi d'un faune »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    22
    Mercredi 16 Octobre 2013 à 21:25

    Voilà une culture qui m’attire irrésistiblement. Peut-être que la Pachamama reconnaît ses enfants et les appelle ; mémoire d’une autre vie…

    Ça me plait de voir que nous avons parfois les mêmes sources d’inspirations.

    Je te souhaite une douce soirée, amitiés,

     

    Carlos.

    21
    Lundi 14 Octobre 2013 à 22:13

    Corinne, votre texte est très beau.

    Il faut le relire plusieurs fois pour s'imprégner de sa profondeur et de sa sensibilité.

    Quel bel hommage à cette civilisation et à ces peuples que nous avons fait beaucoup souffrir.

    Il faudrait faire une chanson de votre poème avec accompagnement à la flûte de Pan.

    J'attends la vidéo prochaine.

    En toute amitié.

    Renaud

    20
    claudecb
    Dimanche 13 Octobre 2013 à 21:16

    très chère cronin(corinne) je viens avec retard (mais tu en connais les causes) je viens m'impregner de cette merveilleuse poésie ...j'ai lu un jour un livre sur le mystère des Andes....et je dois te dire que je viens de retrouver cette essence de vie qui se ressent dans ce peuple aux rites sacrés...grâce à toi j'ai repris un voyage arrêté ....et ce n'était plus un fantasme mais une réalité où je me suis laissé bercer par cette musique qui fait vivre le sang du coeur...la lutte pour la vie.. la lutte pour la terre.. la lutte pour les dieux...la lutte pour le divin....la recherche du temps....tout est présent dans cette peuplade des amériques du sud...il y a beaucoup de profondeur d'âmes dans les esprits de ces gens...ils ont une vision peu ordinaire de l'humain en tant que tel...ils savent dépasser les clivages auxquels ils sont confrontés...ils vivent de ces sentiments divins qui font l'éternité... et chez toi..;un bonheur je viens de retrouver....merci très chère ..;douce soirée à toi
    je t'embrasse affectueusement
    claude

    19
    Dimanche 13 Octobre 2013 à 20:58

    coucou ma Corinne


    je viens honorer ce peuple si fier.. et t'embrasser tres fort


    prends soin de toi belle soirée Mini diaporama - MERCI... YVONNE...joelle

    18
    Dimanche 13 Octobre 2013 à 17:20

    Bonjour Chère Corinne,

    Très belle évocation de ce peuple Amérindien auquel tu rends ici hommage. Je reste sous le charme de cette musique et de ton poème qui laisse percevoir à quel point tu admires ces êtres, dont la sagesse n'est plus à rappeler.

    Nous avons beaucoup de leçons à tirer de ces Indiens d'Amérique. Merci de l'exprimer ici, avec justesse et délicatesse, en ta belle poétique.

    Douce fin de journée. Prends bien soin de toi.

    Amitié et bisous,

    Cathy.

     

    17
    Samedi 12 Octobre 2013 à 15:41

    l'on voyage avec plaisir au coeur de ton article .

    un musical et poètique coucou par ici te souhaitant un bon w end A+ du troubadour

    16
    Samedi 12 Octobre 2013 à 06:23

    Juste un petit coucou ,Corinne en ce début de weekend

    Je relis ton poème

    Passe la plus douce des journées 

    Bisous

    timilo

    15
    Samedi 12 Octobre 2013 à 02:46

     

    Ma chère Corinne,

    Je relis tes mots passionnés, sublimes et empreints d'une intemporelle sagesse. Mon âme voyage, au creux de la nuit, vers ces contrées où rayonne le dieu soleil, offert à la corbeille de vie de la déesse... Poésie en élixir qui se nourrit de nos plus intimes expériences, à travers l'espace et le temps... Ta plume est magnifique!

    Ton commentaire m'a fait tellement plaisir... J'ai pensé à toi très fort en photographiant ces roses magnifiques. J'ai senti leur parfum avant même d'arriver dans la roseraie. C'était comme si j'avais suivi des fragrances de fées, aimantée par leur voluptueuse magie... Les atmosphères de ce jardin sont envoûtantes. Il y a tant de beauté verte et colorée dans Paris. Je suis toujours surprise lorsque j'entends des parisiens dire qu'il n'y a que du béton, du noir et du gris à Paris. Ce sont des idées reçues qui ont la vie dure mais au fil du temps, heureusement, certaines mentalités évoluent. La Ville montre l'exemple avec ces petits hôtels à insectes, les fleurs des champs qui visiblement se réjouissent de pousser dans cet écrin urbain, les ruchers, l'attention portée aux méthodes d'agriculture et de jardinage biologique, le potager cultivé par les enfants du quartier de Bercy. Des parties de plusieurs jardins ressemblent à de petites forêts. L'humain ne cherche plus à domestiquer à tout crin la Nature. Il y a aussi des particuliers qui sèment des graines un peu partout, cela donne des émulsions fleuries et les passants les arrosent, je trouve cela formidable, c'est un autre regard sur le vivant.

     

    Je te remercie pour tes mots adorables et si poétiques. Entre « cocons de soie » et « cocons de soi » ces nids gorgés de lumière étaient fascinants. Ils ont captivé mon regard puis quand j'ai commencé à me gratter les bras (nous étions en été), les joues, les cheveux...rires... je me suis éloignée. Le jeune homme m'a fait beaucoup de peine, j'aurais voulu l'aider, lui dire quelque chose de réconfortant mais j'ai senti que je devais rester en retrait. Je lui ai souhaité plein de belles choses et en parlant de lui dans mon article je me suis dit que les pensées de mes ami(e)s lui apporteraient des ondes positives.

     

     

     

    J'espère que tu vas bien mon amie, je t'envoie de gros bisous, merci pour la photo de ce superbe paon, oiseau mythique et mystique qui nous offre les chatoiements de ses plumes merveilleuses. J'aimerais tant visiter un jour cette magnifique roseraie en ta compagnie. Je te souhaite une très belle soirée et un excellent week-end.

     

    Cendrine

     

    14
    Vendredi 11 Octobre 2013 à 15:09
    magnifique reportage sur ces peuples d'Amérique du Sud, quel merveilleux partage, et ton poème surmonté de cette très agréable vidéo, tu nous transportes et égayes notre âme, ton site est devenu incontournable, il recèle des écrits qui sont de véritables petits bijoux, j'adhère totalement. Je t'envoie d'affectueuses pensées et toute mon amitié. Monique
    13
    Vendredi 11 Octobre 2013 à 10:22

    Merci pour ce voyage poétique et musical qui m'a fait un moment oublier la pluie.

    Je mets ce poème dans mon panier

    12
    Vendredi 11 Octobre 2013 à 07:23

    J'écoute et je relis... 

    Ce merveilleux poème

    Bon et doux weekend Corinne

    Bisous

    timilo

    11
    Jeudi 10 Octobre 2013 à 21:24

    Un fort joli poème qui révèle une âme sensible aux peuples possédant un magnifique art de vivre. Ala fois mystérieux et d'une profonde sagesse qui ne peut pas laisser indifférent. Je suis très respectueuse des croyances d'autrui...Cette musique est très belle...Bises

    10
    Jeudi 10 Octobre 2013 à 02:23

     

    Coucou mon amie,

    Les rêves palpitent, ils nous appellent et je m'apprête à les rejoindre, enfin je l'espère...

    J'ai relu tes mots, la magie s'y love avec les couleurs du jour et de la nuit, le souffle des éléments, la sagesse de ces peuples qui nous fascinent profondément. Tu nous fais ressentir de merveilleuse mélodies, je t'en remercie infiniment.

    Les feuilles crépitent, l'or affleure à la surface de toute chose, or spirituel et feu mordoré qui couvait dans les entrailles de l'été... La pluie d'octobre va nourrir la terre en prévision de la fertilité printanière, les cycles se renouvèlent, encore et encore, la sagesse de ce qui fut continuera de rayonner. Ces peuples l'exprimaient si remarquablement,...

    Je t'envoie mes plus chaleureuses pensées, de gros bisous surtout, à très bientôt..

    Cendrine

    9
    Mercredi 9 Octobre 2013 à 19:11

    Bon soir . Ho mon amie tu a une grande culture , tout comme Cendrine . J'aime beaucoup leurs musique . Cette musique et de bons souvenirs pour moi . Ton Poême et beau . Nous avons u une belle journée . Vendredi je part a la Baule avec une de mes filles . Rien qu'elle et moi . Nous avons beaucoup de choses a nous dire . Elle et Notaire et elle vas faire une vente dans cette ville . En ce moment je ne suie pas trot motivée pour la bloguo , je serais beaucoup plus présente en hivers je pense. Je te souhaite une belle fin de ssemaine

     Je t'embrasse trés fort de ma Sologne

                     Amitié

    8
    Mercredi 9 Octobre 2013 à 14:30
    ytneg

    J'aime beaucoup la musique des andes et je trouve la civilisation des Incas intéressante et mystérieuse, une civilisation qui s'est éteinte brusquement. Merci, Cronin, pour toutes ces informations.

    7
    Mercredi 9 Octobre 2013 à 06:52

    Il faut être en harmonie avec les élements quand on vit dans des endroits comme çà où la vie est très difficile.....

    Difficile mais belle et harmonieuse....

    J'admire ces peuples qui savent vivre de peu et qui résistent aux appels de la mondialisation ...

    Un bien joli poème que tu as écrit là ,Corinne ...

    Douce jorunée 

    Bisous

    timilo

    6
    Mardi 8 Octobre 2013 à 23:59

     

    Ma chère Corinne,

    Tu m'as transportée en ces lieux où notre mère la terre est célébrée dans ses merveilles, dans le souffle des prières qui s'enlacent pour monter vers les cieux dorés et attiser les rayons de lune qui nourrissent la vie sous ses multiples formes. La sagesse amérindienne coule dans les paysages qui ont vu naître ces peuples mystérieux et ô combien fascinants. Tu nous offres un magnifique poème, à fleur d'horizon et de plume. La Pachamama, je la célèbre, elle nous enveloppe de ses vertus et de sa luxuriance, elle nous soutient dans l'épreuve... Cette fabuleuse musique en témoigne par ses notes d'une subtilité inouïe, une expérience inoubliable lorsqu'on a perçu ces accords divins et ces runes sonores et sacrées. Merci pour ces instants si beaux, je reviendrai me régaler des trésors de ton écriture, gros bisous mon amie, je te souhaite la plus douce des nuits, avec des rêves qui te transportent au pays des hauts plateaux et des vastes forêts fécondes...

    Je t'embrasse bien affectueusement.

     

    Cendrine

     

    5
    Mardi 8 Octobre 2013 à 22:10

    Bonsoir Corinne,

    Chez tous les Améridiens on remarquera ce respect qu'ils portent à la vie en l'honorant et la respectant chaque instant. Leurs pensées bienveillantes sont emplies de gratitude pour chaque arbre qui pousse avec la présence du Grand Esprit qui tisse une toile nous invitant à la paix que nous devons mettre en place tout au long de notre cheminement. En te lisant je vois les âmes s'élever vers la lumière de la sagesse. Le sang qui coule dans leurs veines devrait être pour nous la genèse de l'espérance.  Ils ont le don d'observer et de transmettre. Ce chant résonne dans les cieux et a le pouvoir de guérir. Dommage que certains hommes aient pu briser les règes d'un peuple soudé en allant à l'encontre de leurs actions. Le monde n'évolue pas toujours dans le bon sens et c'est regrettable. Les indiens remercient la lumière du jour lorsqu'ils se lèvent le matin parce que sur cette terre sacrée chaque graine semée est récoltée avec amour. La vidéo qui accompagne ton article et ton beau poème est un merveilleux cadeau que tu nous offres Corinne. Je me suis laissée transporter dans un souffle de liberté en écoutant cette musique somptueuse. Il est important de prendre conscience que toutes choses sont liées et éviter de les bouleverser c'est apprendre à  les aimer. Merci d'avoir nourri mon esprit de lumière et de prières améridiennes. Je t'embrasse bien fort ma rose adorée. Je te souhaite une belle soirée.

    4
    Mardi 8 Octobre 2013 à 20:45

    tres beau sujet.. les indiens d'Amérique du Sud, terre à terre je comprends mieux la marque QUECHUA;;; Tous les indiens sont attirés par le mystère de l'au dela, la lumière éternelle  - je m'intéresse beaucoup aux Lakotas qui vivent dans le N des USA indiens aussi ils ont les memes aspitations :L'éternité de l'äme ----- tes vers montrent leur  grande sagesse  et nous font rêver aux immensités qu'ils avaient avant de rencontrer l'homme blanc...... il ya aussi les indiens d'Amazonie qu'on veut chasser de chez eux pour construire un barrage, je crois qu'il verra le jour hélas, inondant toutes les terres... encore des peuples déplacés qui ne demandaient rien, ces hommes vivant simplement aux rythmes des saisons, des tamtams et des flutes...


    tu as fait là un superbe poème sur ce peuple je te remercie, je t'embrasse ma Corinne, passe une belle soirée et prends soin de toi


    joelle Scènes de vie indienne...


    ce sont des indiens siouax mais ils ont tous le meme mode de vie , aimant la nature, les animaux qu'ils ne tuent que pour se nourrir sans en faire commerce comme les blancs   je t'embrasse ma Corinne


    joelle

    3
    Mardi 8 Octobre 2013 à 19:45

    Bonsoir,Corinne !

    "Pleure l'arbre que l'on a oublié"...Voilà,un fait qui dit long et qui exprime tant de tendresse.Emouvent !

    Un grand merci pour cette étude sur ces différents peuples d'Amérique du sud dont les Incas si célèbres...

    Amitié.

    Salam !

    Tahar

    2
    Mardi 8 Octobre 2013 à 17:28

    Bonjour Coinne,

    Mais quel plaisir la réception de tes écrits, un si agréable moment de lecture. De la poésie , de la musique, de l'histoire, tout y est. La vidéo est magnifique. C'est absolument extraordinaire. Un grand moment de bonheur tout simplement. Je t'embrasse trés amicalement.

    Henri.

    1
    Mardi 8 Octobre 2013 à 10:10

    Lire ton poème en écoutant cette musique et je m'envole au Paradis. C'est vrai (pour moi c'est certain) que ces belles mélodies guérissent l'âme, font vibrer le coeur et apaisent le mental. Cette musique me rappelle aussi mon premier Amour,  qui écoutait en boucle le 33 tours d'un groupe de musique des Andes, je me souviens plus de leur nom/ Touchant souvenir avec tout ce qui l'accompagne (baisers, caresses ...   stop je m'arrête là !  hi hi hi

    Merci pour ce moment de bonheur dans ma triste vie actuelle. Les échanges virtuels sont remarquables quand ils sont comme les tiens

    Plein de doux bisous comme des pétales de roses Lili ....Marlène

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :