• Soir et tristesse

     

     

     

    Gustave Moreau

    « Evening and sorrow »

    (1882)

    Style symbolisme

          

     

    Soupirs d’une nymphe, au soir de tristesse,

     

    L’Amour se meurt près d’un ange, en détresse...

     

    Le cœur pleure et saigne, s’épanche près de l’étang,

      

    Où l’onde chagrine, s’évapore, lentement…

     

     

     

    En ce lieu, la nuit se pare du silence,

      

    Dans le ciel, la lune ronde, pâle, danse…

      

    Des voix gémissent, chantent louanges en chœurs,

      

    L’Amour, en larmes de rosées, s’enfouit d’un cœur…

     

     

     

    La tristesse, s’imprègne au soir divin,

      

    Invoquant, fragilité d’une vie, en son sein…

      

    Une nymphe s’endort, d’un sommeil éternel,

      

    Les papillons, avec grâce, battent leurs ailes…

     

     

     

    Le chant d’un cygne, annonce l’agonie,

      

    D’une fleur qui s’éteint, aux rives de l’oubli,

      

    Endors-toi, près de ton ange, accablé,

      

    Ses ailes, ne sont point blanches, immaculées…

     

     

     

    Où êtes-vous Amour, qui prend une âme ?

      

    Quand l’Ange, dans ses bras, insuffle la flamme,

      

    Celle, qui expire sur terre, ici bas,

     

    Mais qui rayonne, en lumière, dans l’au-delà !

     

     

     

     

    Le soir s’étire, fait place à l’aurore,

     

    Le parfum des fleurs, exalte aux amphores !

     

    L’Ange, recueille, les baisers de la nature,

     

    Qui enivre l’âme, d’une fleur, au  ciel d’azur…

     

      

     

    CorpsRimes

     

    Soir et tristesse00054472

     

     

     

    « Une étoile est néeballade d'une nymphe »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    23
    Mardi 22 Mai 2012 à 19:20
    Ondine

    Quel merveilleux et mélancolique poème en harmonie avec la douce splendeur du tableau de Gustave Moreau

    Merci pour cette beauté

    Je vous rends visite grâce au lien de mon amie Line

    Bonne soirée

    22
    Lundi 21 Mai 2012 à 18:12
    Cathy

    Bonsoir Chère Corinne,

    J'ai déserté les blogs ce week-end et je suis vraiment désolée de n'avoir pu lire celui-ci... Ta plume était bien triste... Je souhaite que tout aille pour le mieux rapidement. Je te dis toute mon amitié et te fais de doux bisous.

    Cathy.

    21
    Lundi 21 Mai 2012 à 07:18
    timilo

    Je prends mon temps pour relire ton poème , j'en mesure la profondeur.

    J'aime bien te lire , 

    Bon et doux ,Lundi , CORINNE

    Bisous

    timilo

    20
    Dimanche 20 Mai 2012 à 14:02
    papyanar

    Une merveille de nostalgie de mots simple et amoureux,je m'incline devant vous Madame,vous êtes Déesse des mots.

     

    je vous embrasse

    papy

    19
    Dimanche 20 Mai 2012 à 13:24

    ce n'est pas le soir ..mais plein jour...pas de tristesse ...quand je viens faire coucou à ma schroumpette..pour lui souhaiter un doux dimanche...et lui faire de grosses bisesssssssssssssssssssss.....;à toi
    claude

    18
    Dimanche 20 Mai 2012 à 12:18
    ozymandias

    je ne peux commenter ton poème ma Corinne, tu sais pourquoi

    je passais te faire un bisou et te souhaiter un bon dimanche

    après le repas nous allons à l'hôpital

    tout se passe lentement...

    à bientôt

    joelle

    17
    Dimanche 20 Mai 2012 à 12:16
    violete

     bonjour corine

     quelle beauté emprunt d'une grande tristesse Un très beau poème, où je ressens beaucoup de nostalgie je t'embrasse bien affectueusement monette

    16
    Dimanche 20 Mai 2012 à 12:01

    bisous Corinne

    bon dimanche

    15
    Dimanche 20 Mai 2012 à 06:56
    timilo

    Impossible de commenter ton poème ,hier ma box m'a lâché , le temps de la changer et me voilà devant un bien joli quatrain , s'il parle pour ton coeur,  c'est que ce dernier est peut-être triste mais c'est quand même  beau.

    De bien jolies métaphores que tu as utilisées , mais je pense que ta plume parle en tant que poète même si elle s'est colorée d'un gris foncé

     

    Bon et doux ,DIMANCHE , CORINNE

    Bisous

    timilo

    14
    Samedi 19 Mai 2012 à 17:13
    ozymandias

    je n'ai vu que le titre de ton poème ma Corinne je n'ai pas le coeur de lire ton poème je l'interpréterais pas de la bonne façon...

    merci de ton réconfort pour ma soeur, ma nièce a pris le relais, elle a l'âge...c'est un coup dur qui nous arrive enfin elle en sortira avec du temps... pas facile surtout de gérer sa poche trois mois...

    enfin comme je lui ai dit courage il y en a qui ont une poche pour toute leur vie...je n'ai aps du trouver les mots cela n'a pas eu l'air de la réconforter, tu me diras que chacun vois son petit cas particulier, c'est humain

    ceci dit ce matin elle s'est levée et elle est toujours sous perf pas d'alimentation solide non liquide... on attend

    l'équipé médicale est très chouette, ils ont tout de suite vu le problème sinon elle mourrait...

    je t'embrasse ma Corinne excuse moi mais ce poème est surement aussi beau que les autres..mais je n'ai pas le coeur

    passe un bon WE, demain je repars mon mari comprend et m'aide de son mieux

    joelle

    13
    Samedi 19 Mai 2012 à 14:45
    Christie Jane

    Tristesse me fait penser aussi à mélancolie dans ce poème très beau. Bon week-end Cronin (Corinne). Amitiés

    12
    Samedi 19 Mai 2012 à 08:36

    Beaucoup plus que le bonheur et toutes les joies combinées, le spleen est le plus fécond des creusets. Ton (tes?) poème en est la preuve.

    Bisous et bon week-end!

    11
    Samedi 19 Mai 2012 à 07:47
    Plume à l'Encre Crié

    Bonjour Corinne,

    Je t'ai lu une fois... deux fois... trois fois...

    Les métaphores que tu emploies et qui se délectent sans cessure aucune... réveillent chez moi, bien des remous...

    Je répondrai bien à la seule question de tes vers... mais la réponse est d'une telle invraisemblance qu'il est préférable que la personne qui s'interroge, la trouve seule...

    Sur ce : l'Amour se porte, se nourrit comme un enfant...

    A très vite Belle d'âme...

    Plume

    10
    Vendredi 18 Mai 2012 à 23:23
    flipperine

    aujourd'hui c'est un peu triste comme poème

    9
    Vendredi 18 Mai 2012 à 22:15
    @nnie54

    La tristesse nousenvahit aussi quelquefois. 

    On ne peut y échapper quelquefois aussi .

    Bon weekend, @nnie j'espère avec du soleil chez toi à nancy. 

    8
    Vendredi 18 Mai 2012 à 21:19
    Mamoune

    bonsoir Corinne,

    Mélancolique ce poème Madame!

    j'aime le baiser de  la nature, celle à qui nous devons tous nos sentiments, quelqu'ils soient....

    J'ai cru entendre à la radio, qu'aujourd'hui on fêtait les Corinnes, c'est avec toute mon amitié que je te souhaite une très bonne fête...

    je t'embrasse bien amicalement..Mamoune

     

    7
    Vendredi 18 Mai 2012 à 20:22
    *** lili ***

    L'accompagnement musical et ton poème nous plongent dans une tristesse infinie qui nous prend jusqu'au plus profond de notre âme ... c'est sublissime  - doux bisous comme des pétales de roses

    6
    Vendredi 18 Mai 2012 à 20:15

    pardonne-moi Corinne je suis incapable de commenter ce beau poème

    bisous

    5
    Vendredi 18 Mai 2012 à 19:24

    excuses mes râtées

    4
    Vendredi 18 Mai 2012 à 19:23

    quelle symbolique tristesse....tes mots étreignent mon coeur....ils sont la consécration de l'éternel infini....où ton esprit s'en va...et de cet au delà...qui attire tes pas....je te sens attiré vers un spasme indéfinisable d'un temps qui t'échappe...c'est fascinant de te lire ainsi....et aprés avoir visionné ta vidéo...c'est encore plus sensible...c'est un soir que je qualifierai de sombre mélancolie mais riche d'amour et de sensualité......il n'y a rien qui soit plus stressant et fort que cela..et que te lire aussi...tu montes chaque fois un cran dans l'art qui gouverne ta poésie........bonne soirée.doux week end........bisessssssssssss
    claude

    3
    Vendredi 18 Mai 2012 à 19:23
    2
    Vendredi 18 Mai 2012 à 18:06
    Cendrine

    Bonsoir Corinne,

    Que de beauté brasillante et mélancolique dans ton poème...

    Amour et spleen s'entrelacent dans ce paysage somptueux et fascinant, versant les sentiments vers un au-delà intemporel et infini... C'est magique, terrible et magnifique!

    J'aime profondément, ainsi que le tableau de Gustave Moreau...

    Pendant ma Maîtrise de Lettres Modernes, j'ai préparé deux mémoires. L'un était: "Les couleurs de la féminité sacrée dans les oeuvres de Gustave Moreau." Je suis sûre qu'un tel sujet t'aurait plu...

    Ta poésie illustre merveilleusement cet art puissant et luxuriant. Tu as dû te régaler à écrire ce poème et je me suis délectée à le lire...

    Je t'embrasse bien fort et te souhaite un superbe week-end, doux et reposant. Je te souhaite aussi une très bonne fête!

    Cendrine

    1
    Vendredi 18 Mai 2012 à 17:54
    mireille du sablon

    Bonne fête Corinne!

    Merci pour ce pouveau poème, gros bisous de Mireille du sablon

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :