• Quelque part dans le temps...

     

    Quelque part dans le temps (Somewhere in Time) est un film tragico-romantique américain sorti en France en 1980 et réalisé par Jeannot Szwarc. Ce film est tiré du roman de Richard Matheson intitulé Le Jeune Homme, la Mort et le Temps publié en 1975. Le romancier en a également écrit le scénario. Le film met en vedette Christopher Reeve, Jane Seymour, Christopher Plummer, Teresa Wright et Bill Erwin. Le film est connu pour la musique composée par John Barry. La dix-huitième variation de la Rhapsodie sur un thème de Paganini de Sergei Rachmaninoff joue également tout au long du film.

     

    En mai 1972, Richard Collier est abordé en coulisses le soir de la première représentation de sa toute première pièce de théâtre par une vieille dame qui lui remet une montre et le supplie de 'revenir à elle'. Huit ans plus tard, alors qu'il essaye de trouver l'inspiration pour sa nouvelle pièce au 'Grand Hôtel', il est étrangement captivé par la beauté d'une jeune femme sur une vieille photographie. Avec l'aide de Arthur Biehl, un vieil homme qui travaille dans l'hôtel depuis 1910, Richard découvre que cette femme est Elise Mc Kenna, une célèbre actrice des années 1920, qui séjournait dans ce même hôtel en 1912. En approfondissant ses recherches, il découvre qu'Elise était la vieille dame qui lui avait remis la montre 8 ans plus tôt, et qu'elle est morte le soir de leur rencontre.

     

    La piste d'Elise mène également Richard à un professeur d'université, spécialiste de l'auto-suggestion, qui selon lui, permettrait de voyager dans le temps. Pour y parvenir, le sujet doit écarter de sa vue tout élément en relation avec son époque présente, et se convaincre qu'il est dans le passé. De retour à sa chambre, Richard essaie d'appliquer ce principe dans le but de revenir en 1912, sans succès. Alors qu'il est sur le point de renoncer, il découvre dans un vieux registre de l'hôtel datant de 1912 sa propre signature, preuve qu'il va, ou qu'il a déjà réussi. S'engage alors un voyage dans le temps, où Richard abandonnera son époque pour trouver l'amour dans le passé.

     

     

     

    Quelque part dans le temps,

    Errent entre deux rives,

    D'éternels sentiments,

    En ma mémoire si vive...

       

    Quelque part dans le temps,

    Je n'ai pu oublier,

    La force de ces instants,

    Sur tes lèvres scellées...

      

    Même si le sablier

    Du temps s'est arrêté...

    Mon amour est resté,

    Au-delà des années...

      

    Reviendras-tu vers moi,

    A travers un voyage,

    Vers un passé d'émois,

    Pour unique bagage ?

     

    Quelle que  soit cette époque,

    Je sais que tu viendras...

    Même si ma voix évoque,

    Souvenirs d'ici-bas...

      

    Puisses-tu en mon portrait,

    Désirer en mes traits,

    Tout l'éclat des frissons,

    Aux murmures d'un prénom...

     

    Je t'attendrai là-bas,

    Près de notre rivage,

    Où l'amour succomba,

    Sur nos doux visages...

     

    Quelque part dans ce temps,

    Rien ne peux exister,

    Pas même un firmament,

    Sans ta présence rêvée...

      

    Ne renonce jamais,

    A tout ce que j'aimais,

    Dans tes yeux et mes yeux,

    A la flamme des aveux...

     

    Qu'importe ton voyage,

    Puisque près de mon sillage,

    Et pour l'éternité,

    Ton empreinte m'est gravée...

      

    Quelque part dans le temps...

    Mon amour, je t'attends ! 

    « Comme back with me... »

    Tout au fond de ma nuit...

     

    CorpsRimes

    Quelque part dans le temps...00054472

     

    « L'homme de mes rêves,

    à disparu pour toujours,

    Celui que j'ai inventé dans mon imagination...

    Le genre d'homme dont rêve toutes femmes,

    au plus profond de son être et dans le

    secret de son cœur...

    C'est un peu comme s'il était devant moi,

    Que lui dirais-je, s'il apparaissait réellement ?

    Si tout à coup il était là...

    Je lui dirais... « Pardonne-moi... »

    Je n'ai jamais connu un sentiment si doux,

    Jamais je ne l'ai éprouvé...

    Ne t'étonne-pas si lorsque je t'ai vu,

    Je n'ai pas su te reconnaître...

    C'est de toi que ce sentiment m'est venu

    Pour la première fois...

    Existent t-'ils des mots ,

    Qui sauraient te dire à quel point ma vie a changé,

    Des mots qui te feraient comprendre,

    La douceur de ce que tu m'as donné...

    Il y a tellement à dire...

    Que je ne trouve pas les mots...

    Sache simplement que...

    « Je t'aime d'amour... »

     

    Improvisation d'une scène,

    de l'actrice Élise Mc Kenna

    (Alias Jane Seymour) à Richard Collier

    (Christopher Reeve), lors de sa 

    représentation théâtrale 

     

     

     

     

    Sue Halstenberg (American Artist)

    « RédemptionMa nuit bleue... »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    18
    Aubry
    Dimanche 27 Août 2017 à 23:20

     De Richard Matheson, je ne connaissais que "Je suis une légende", roman fondateur en matière d'anticipation post-apocalyptique. Mais voilà que je découvre, grâce à vous, ce récit au synopsis accrocheur et qui a donc donné lieu à une adaptation cinématographique avec une bande sonore de l'immense John Barry. Votre poème est une invitation pressante à se pencher sur l'œuvre littéraire et son pendant en film, d'autant que la carrière de Reeves est totalement occultée par son rôle de Superman et que, finalement, on connaît bien peu le reste de sa cinématographie. 

    Décidément, votre blog regorge de pépites et de références qui poussent à la curiosité. 

    Au plaisir de découvrir d'autres facettes de votre blog, 

     

     

     

     

      • Aubry
        Mardi 29 Août 2017 à 20:21
        Merci Roserimes pour ces compléments passionnants et pour la rose poétique. Le film et le livre sont sur ma liste d'achats (déjà bien pleine ! ) La machine à explorer le temps, dites vous ? Si c'est du film de Georges Pal dont vous parlez, alors sachez que je suis un fan absolu de ce long métrage que j'ai vu un nombre incalculable de fois. Je cours de ce pas sur la page de votre blog qui est consacrée à cette œuvre.
      • Mardi 29 Août 2017 à 09:22

        Bonjour Aubry,

        Merci d'être venu me lire. De ce film que j'ai aimé, (pour le sujet qu'il évoque, à savoir le voyage dans le temps), je me suis inspirée de la musique de John Barry (Qui lui-même s'est inspiré d'un événement dramatique dans sa vie (la mort de son père et de sa mère quelques mois plus tard). Cela l'a influencé dans l'écriture de sa musique. Savez-vous que l'auteur, Richard Matheson fait une brève apparition dans le film sous les traits d'un client de l'hôtel de 1912 ? : il est celui qui est choqué à la vue de Christopher Reeve qui s'est coupé en se rasant avec un rasoir coupe-chou.

        Comme certains livres, adaptés d'un roman, il y a des différences dans le film. Dans le roman, Richard Collier voyage de 1971 à 1896 au lieu de 1980 à 1912. Contrairement au film, il meurt d'une tumeur au cerveau , et non par le chagrin d'avoir perdu Elise.

        La scène où une vieille femme remet à Richard une montre de poche n'apparaît pas dans le livre. Et puis le lieu où a été tourné le film est différent. 

        Le portrait de Jane Seymour, que je mets dans mon poème (alias Elise) est celui de la série qu'elle interprète( "Docteur Quinn, femme médecin), c'est également la première fois que l'acteur Christopher Reeve le voit pour la première fois, lors de la scène (Il n'a pas voulu le voir avant :) ).

        Bref, si vous avez l'occasion de le voir, je vous le conseille. 

        Il y a un autre film que j'ai beaucoup aimé, "la machine à explorer le temps", tiré d'un roman de science -fiction écrit en 1895 par H.G Wells (Royaume Uni). Dont j'ai écris un poème, voici le lien si vous voulez le lire : http://roserimes.eklablog.com/la-machine-a-remonter-le-temps-a77724609

        On voit là un écho de ce que l'élite littéraire de gauche, d'alors, déplora dans cette Angleterre en plein essor économique : fortes inégalités sociales, mécanisation croissante des grandes villes, Entassement de l'habitat, villes souterraines, architecture  mécanique.L'étrangeté et le dépaysement total du voyage dans le temps est évoqué dans La machine à explorer le temps avec un talent que seul Barjavel  atteindra 40 ans plus tard, avec "le voyageur imprudent" qui en est d'ailleurs clairement inspiré.

        Je vous remercie pour votre fidèle amitié sur mes pages Aubry, et de vos commentaires plein de réflexion sur ceux-ci.

        Je vous souhaite une très belle journée, amitié de plumes et au plaisir d'autres échanges cordiaux.

        CorpsRimes (Roserimes)

        Ma rose poétique, que je délivre à mes ami(s)(es), de plumes et mon emblème.

         

        Image result for Rose et voyage dans le temps

    17
    Vendredi 16 Mai 2014 à 20:26

    J'ai vu ce film, et j'ai beaucoup aimé !

    La musique est superbe aussi, bon, je t'avoue que je suis une incorrigible romantique :-)

    Merci pour ta visite chez moi, bon week-end à toi.

     

    16
    Lundi 25 Novembre 2013 à 08:38

    J'ai poussé la grille de ton jardin des roses mais tu n'es pas là, qu'importe je repasserai plus tard...Bises et bonne journée

    15
    Samedi 9 Novembre 2013 à 15:29

    Corinne, quel beau poème d'amour.Il me rappelle irrésistiblement le vers d'Edmond Rostand dans Chanteclerc:

    " il n'est de grand amour qu'à l'ombre d'un grand rêve "

    Merci pour ces mots d'éternité.

    Renaud

    14
    Lundi 4 Novembre 2013 à 09:13

    Quel magnifique poème ! L'Amour : ce sentiment indéfinissable qui dans tes mots se pare de magie...Bises

    13
    Jeudi 31 Octobre 2013 à 21:21

     quel beau poème ma Corinne sur l'amour...on cherche l'âme soeur quelquefois longtemps, on tâtonne on hésite, on réfléchit c'est parceque l'âme soeur ne s'est pas encore présentée, alors on fait des essais malheureux.. j'aime beaucoup  Jane Seymour et Meryl Streep mais je n'aimais pas Reeves (pauvre homme) par contre j'adorais  Robert Redford


    tu fais dire une jolie réplique, pleine de sensibilité, comme toi seule sais les écrire


    je t'embrasse ma Corinne prends soin de toi, bonne soirée


    joelleImage hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

    12
    Jeudi 31 Octobre 2013 à 02:32

    Quelque part dans le temps... la musique des sentiments les plus purs et les plus passionnés se cristallise et devient rose aux pétales enfiévrés d'amour et de vie. Bercée par la musique au creux des mots, enveloppée par les fragrances de ton écriture, écoutant battre l'émotion de nos coeurs, je laisse l'ivresse du poème danser en moi.

    Je crois profondément aux âmes soeurs, en amour comme en amitié...

    Je te souhaite une très belle fin de semaine ma douce amie, avec des pensées tendres pour nos chers disparus. La lumière de leur affection ne s'éteindra jamais dans nos coeurs.

    Gros bisous pour une rose enchanteresse...

    Cendrine

    11
    Jeudi 31 Octobre 2013 à 00:37

    Bonsoir Corinne

     

    Grâce et volupté nous enchantent au fil de cette vidéo bercée au rythme envoutant du piano, nous traduisant la sentimentalité du film et  sa transcendance mystique intemporelle.

    Puis, vient le poème, dans sa versification de beauté à nous faire se saisir de l’amour et le garder pour toujours, quoiqu’on fasse comme voyage au travers des affres du temps et de s’en souvenir, même si la vie implique à son immuable perte, quelques traces du passé en l’éclat des frissons, des "verves" amoureuses, redonner vibrato sur un antique tableau et à l’instar de l’homme qu’elle a toujours rêvé, elle deviendra une femme dans sa féminité.

    Voyages initiatiques, longs et laborieux, peuplés d’embûches et de dégénérescences psychiques, mal reconnues par nos semblables, pour prendre les chemins de traverses dans  le temps et il est bien souvent  très difficile de revenir sur terre, avec la totalité de son esprit cartésien…

    Je te remercie d’être passée, ton commentaire judicieux sur mon poème "Confidences" m’a charmé au plus au point.

    Je te souhaite une douce nuit et te renouvelle mon amitié

    Bisous

    Le Noctamplume

    10
    Mercredi 30 Octobre 2013 à 19:07

    Bonjour Corinne,

    Toujours te lire est un enchantement nouveau dont je ne me lasse pas. Tes écrits sont toujpurs pour moi d'excellents moment de lecture. Merci. Je t'embrasse trés amicalement.

    Henri.

    J'ai adoré ton gentil commentaire sur "Le Setter Anglais"  MERCI !

    9
    Mercredi 30 Octobre 2013 à 09:54
    ytneg

    Nous sommes des voyageurs de l'éternité.Je l'ai toujours pensé. J'ai ressenti à plusieurs reprises l'existence d'autres vies qui venait s'impooser à moi.

    Des amies sont parties mais sont aussi toujours là dans l'invisible. Il n'y a pas que notre monde! Belle journée, chère Cronin.

    8
    Mercredi 30 Octobre 2013 à 06:56

    S'affranchir des barrières du temps ... Communiquer ainsi...

    L'écriture le permet , la peinture et la scuplture aussi ... 

    Je me souviens de l'école des beaux arts et les jours où j'ai appris à scuplter et à modeler , reproduire dans l'espace un corps avec une âme , c'est merveilleux.

    Ce que l'on crée se charge d'émotions que l'on retrouve chaque fois que l'on voit l'objet.. 

    C'est ce qui m'est arrivé Dimanche et sur les émotions que j'ai ressenties, j'ai écrit mon poème d'hier.

    On voudrait toujours communiquer avec l'être cher à son coeur , tous les moyens sont bons..

    J'aime beaucoup la forme de ta poésie et tes connaissances

    Douce journée  CORINNE

    Bisous

    timilo

    7
    Mercredi 30 Octobre 2013 à 00:49

     

    Ma chère Corinne, c'est magnifique et merveilleux...

    Quelque part dans le temps, les âmes soeurs se retrouvent, s'aiment à nouveau, poursuivent leur chemin de vie, leurs secrètes et intenses expériences. Ces acteurs sont remarquables. Je suis une inconditionnelle de Jane Seymour, dans les films, les téléfilms, dans la série Docteur Quinn aussi. Une femme si romantique et forte, avec une douceur étoilée de mille nuances dans le regard. Les autres acteurs sont tout aussi fascinants.

    Tu m'enchantes à chaque voyage poétique en ta compagnie, tu le sais déjà, je me réjouis de te l'écrire au fil des jours et des nuits. Il y a des choses, dans l'essence du temps, qui jamais ne s'évaporent, jamais ne s'étiolent, l'amour, le vrai perdure au-delà de tous les conflits, de toutes les attentes et les solitudes. Ce très beau film est une histoire comme je les aime profondément. Je songe aussi à la musique de John Barry, à cet inénarrable talent de compositeur, alchimiste et magicien des notes qui laissent jaillir l'émotion des mots.

    Merci pour cette danse à travers le temps et pour tes délicieuses visites dans mon petit univers, j'y suis très sensible, je te souhaite une excellente journée, en espérant que nous ne soyons pas emportées par le vent fou, encore que s'il est charmant et gourmand pourquoi pas...rires!

    Je t'embrasse bien affectueusement, que ta nuit soit belle, que les étoiles brillent sur toi, je t'envoie une petite sorcière que j'adore... Gros bisous!

    Cendrine

    6
    lagarderecb
    Mardi 29 Octobre 2013 à 20:25

    ma chère corinne(cronin) quelque part dans le temps si je te dis que j'ai pratiqué et mis en oeuvre l'auto-suggestion....je te dis la vérité sur une réalité qu'il est très très difficile d'obtenir... c'est extrêmement épuisant...physiquement et moralement...c'est une expérience que je ne recommencerai pas..; du moins pour l'instant...je m'en suis servi pour essayer de comprendre la vie au delà de la vie....elle est quelque part dans le temps... mais aussi dans cet océan immense qui livre difficilement ses secrets...j'ai apprécié ton texte merveilleux... tu as ce don divin d'écrire et de passionner tous les esprits..tu es une déesse hors du temps...merci de ce moment fort intéressant à mes yeux...bonne soirée
    bisesssssssss
    claude

    5
    Mardi 29 Octobre 2013 à 19:55

    Qu'ils sont beaux ces deux là, Jane Seymour et Christopher Reeve, Jane Seymour fait partie de mes actrices américaines préférées avec Meryl Streep.

    Quant à tes poèmes, ils sont sublimes,  et me donnent  l' envie de voir ce film, tu m'as fait rêver à cet Amour du passé. Tes mots glissent en moi et atteignent à chaque fois mon coeur et mon âme.  Merci Corinne

    Soleil et ciel bleu une bonne partie de la journée aussi ici mais la température commence à descendre ce soir ...

    Une corbeille de bisous doux comme des pétales de roses

    4
    Mardi 29 Octobre 2013 à 19:23

    quel magnifique poème et ode à l'amour, c'est sublime. Je te souhaite ma chère Corinne un amour comme celui-là, un amour comme en rêve toutes les femmes, un écrit somptueux et une plume délicate et pleine de sensibilité, j'adore te lire, tu sais si bien nous donner l'émotion et les frissons, merci pour ce beau partage. Je te fais de gros bisous et te souhaite une douce soirée. Bien amicalement. Monique

    3
    Mardi 29 Octobre 2013 à 18:25

    que de belles paroles encore sur l'amour

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :