• Pygmalion et Galatée

     

    Pygmalion est un sculpteur de Chypre. Dévoué à son art, Pygmalion ne vivait heureux qu’en compagnie de ses statues. Il méprisait les femmes et se tournait vers une vénération totale d’Aphrodite. Il décida de réaliser la statue de la femme idéale. Elle fut si réussie qu’il en tomba amoureux, au point d’embrasser l’ivoire de ses lèvres. Aphrodite, prenant pitié de l’amoureux, donna vie à la statue, qu’elle appela Galatée. Cette histoire met en scène le pouvoir légendaire d’Aphrodite sur toute la création.La légende de Pygmalion, racontée par Ovide dans les Métamorphoses, a, par la suite, inspiré de nombreux artistes !

     

     

    Pygmalion and Galatéa

    Jean-Léon Gérôme  (French, Vésoul 1824–1904 Paris)

    The Métropolitan Museum of Art

     

     

     

    Pygmalion est un sculpteur qui vit sur l’île,

    De Chypre, il vit en célibat, loin des idylles !

    Révolté contre l’attitude des femmes,

    Les Propétides, qui vouent leurs corps et âmes !

     

    On le dit misogyne, surtout indigné !

    Contre une terrible prostitution sacrée…

    Dans son atelier, jour après jour, ainsi que nuits,

    Consacre son temps aux créations, son génie !

     

    Parmi toutes ses œuvres, une seule statue,

    Représentant une femme, belle et nue,

    Requiert son attention ! Seul trésor à ses yeux !

    Dont il tombe éperdument amoureux.

     

    Il façonne, sous doigts habiles, sa statue d’ivoire

    Et veut lui insuffler son amour, ses espoirs !

    Ainsi, sa création devient divine, ô belle !

    Femme imaginaire, mais ô combien charnelle…

     

    Il est vrai, qu’elle incarne, chasteté et pureté

    Des formes ! Et sur son âme, celle qu’il vénère !

    Il lui donne le doux prénom de Galatée,

    L’habille et la pare de riches drapés.

     

    Or, il y eut une fête dédiée à Aphrodite,

    Pygmalion voulu trouver aubaine subite !

    Il se rendit au temple de la déesse,

    Afin qu’elle lui accorde une promesse…

     

    « Grande déesse ! Dit-il, embrassant l’autel,

    Fais que je devienne l’époux d’une belle

    Femme, toute aussi accomplie que ma statue !

    Sans cet amour là, ne suis-je que mortel éperdu ?

      

    Il n’était pas au pouvoir de la déesse,

    D’accorder requête, aussi enchanteresse…

    Car sur l’île de Chypre, point de chaste beauté !

    Celle dont l’artiste rêvait tout extasié !

     

    Aphrodite, cependant évita tout obstacle !

    Au vœu de Pygmalion, eut recours au miracle.

    De son retour à l’atelier, notre sculpteur,

    D’un baiser, vit rougir les joues. Ô stupeur !

     

    L’ivoire s’amollit, Galatée en vie s’anima…

    Là, silence ! Car seul, l’Amour ainsi, parla.

    Pygmalion put ainsi épouser sa création !

    Et combler tous ses fantasmes en obsessions !

     

    Pygmalion eut un fils, Paphos, et Aphrodite,

    Fut encore plus honorée, étant favorite !

    Voilà comment d’un rêve, une statue d’ivoire,

    Sous un baiser reçu, devint ardents espoirs !

     

    La suite, je vous la laisse imaginer…

    Ah, l’Amour !  Ma plume, aime, en être comblée !

     

     

    CorpsRimes

     

    Pygmalion et Galatée00054472

     

      

    Etienne Maurice Falconet  

    (1716-1791)

    « Pygmalion au pied de sa statue, à l'instant où elle s'anime »

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Clarté d'un soirErrance de l’Amour »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    24
    Lundi 13 Février 2012 à 16:57
    Bichau

    Très joli poème Corrine et magnifiques tableaux et sculptures de Pygmalion, une bien belle légende qui fait rêver, bisous

    23
    Mercredi 8 Février 2012 à 10:21
    Carlos

    La Galatée de la peinture est absolument sublime ! On sent la vie qui prend corps dans la statue ; le baiser de Pygmalion la brule comme un feu et la fait rougir, mais la belle a encore les pieds gelés… Allez Pygmalion, encore un petit effort ! 

    C’est une belle inspiration qui donne un poème délicieux à lire. Très belle journée chère Corinne, Amitiés, Carlos.

    22
    Mardi 7 Février 2012 à 19:02

    oublié le c à chaleureux

    21
    Mardi 7 Février 2012 à 19:01

    Bisous haleureux pour te réchaufer

     

    chez moi vent glacial mais chez toi je meurs !............................. brrrrrrrrrrrrrrrrr

    et pas de mon pygmalion pour me réchauffer (rires)

     

    Ma romantique heureusement tu es là pour nous faire rêver

    j'aime l'univers des déesses !.........

    je crois que nous avons beaucoup usé de piles à lire sous les draps (en cachette)  t'n souviens-tu ??

    20
    Mardi 7 Février 2012 à 17:45
    Nettoue

    C'est charmant et comme toujours si bien conté !*

    Merci ma belle rose d'amitié

    Je t'embrasse

    19
    Mardi 7 Février 2012 à 09:25
    Christie Jane

    En venant sur ton blog on s'instruit, on s'émerveille, on admire et on s'incline !

    Magnifique. Bisous. Amitié

    18
    Mardi 7 Février 2012 à 09:16
    ozymandias

    j'ai vu qu'hier je n'avais pas laissé de com pourtant je suis passée;.. j'ai dû être dérangée.. excuse moi ma Corinne

    quelle belle récompense de recevoir l'amour de son oeuvre... façonnée telle que l'on a vue son adorée... ton poème est superbe Corinne et je te dis merci

    je t'embrasse, pas trop froid ?? prends soin de toi

    joelle

    17
    Mardi 7 Février 2012 à 06:25
    timilo

    Je passe un peu tôt sans aucun doute , je relis ton beau poème

    Belle plume 

    Douce journée,CORINNE

    Bisous

    timilo

    16
    Mardi 7 Février 2012 à 00:19
    Capucine

    Oh ! Corinne,

    Quelle envolée et quel talent... Sous tes mots, le mythe est devenu réalité... J'adore !

    Belle et douce nuit à toi.

    Bisous

    Capucine

    15
    Lundi 6 Février 2012 à 22:56
    Mamoune

    bonsoir noble dame Loraine ,

    comme toujours je suis ravie de te lire, comme tu le sais mon imagination est fertile, alors je me laisse porter par tes mots, mon esprit vagabonde...(sagement bien sur, (sourire), tout est fort bien illustré..merci à toi pour ce partage et les mots déposés sur mes pages,bonne nuit, gros bisous... Mamoune

    14
    Lundi 6 Février 2012 à 21:49
    Rose

    Bonsoir Corinne,

    Un poème sculpté de main de maître!

    Merci pour ces jolis vers qui prennent vie... et ces illustrations parfaites!

    J'aime beaucoup ton atelier.

    Bisous Pimprenelle

    Fais de beaux rêves...

    13
    Lundi 6 Février 2012 à 21:48
    Rose

    Bonsoir Corinne,

    Un poème sculpté de main de maître!

    Merci pour ces jolis vers qui prennent vie... et ces illustrations parfaites!

    J'aime beaucoup ton atelier.

    Bisous Pimprenelle

    Fais de beaux rêves...

    Rose

    12
    Lundi 6 Février 2012 à 19:43

    L'île de Chypre magnifique endroit, 
    ma Romantique  et magnifique récit que tu as mis en vers


    Pygmalion regardait les femmes vivantes, il y trouvait bien la beauté, mais alors la, pudeur manquait.
    Quand arriva le jour de la fête de Vénus, ce jour qu'on célèbre avec tant de magnificence dans l'île de Chypre, Pygmalion se rendit au temple de la déesse, qu'il trouva tout parfumé de l'encens qu'on y brûlait, et entouré de génisses blanches dont on avait doré les cornes avant de les immoler. « Grande déesse, s'écria-t-il, en embrassant l'autel, fais que je devienne ,l'époux d'une femme aussi accomplie que ma statue !

     

    Son rêve a été exaucé!...

    fût-il heureux???

    bisous et bonne soirée

    11
    Lundi 6 Février 2012 à 18:48
    flipperine

    mais que personnages historiques tu connais

    10
    Lundi 6 Février 2012 à 18:43
    cacao

    C'est superbe Corinne ! Comme tu racontes bien cette histoire, c'est parfait ! Les illustrations, tout, rendent cet article magnifique. Merci pour ce moment enchanteur. Grosses bises.

    9
    Lundi 6 Février 2012 à 15:23
    mamiecatou
    oh mais comme cette histoire légendaire est belle ,le poème est à la hauteur de la classe d'Aphrodite..moi personnellement je voudrai bie nqu'elle intercède en ma faveur lorsque je vais au musée Rodin et que je me pâme devant le Penseur de Rodin ON PEUT TOUJOURS RËVER N'EST CE PAS !!mdr
    8
    Lundi 6 Février 2012 à 15:18
    cattbury
    l'histoire est belle,le poème bien rythmé:bravo et les statues sont divines ....je serai curieuse ce connaître votre métier Mme la poétesse?!!
    7
    Lundi 6 Février 2012 à 14:00

    J'ai toujours été un grand fan de muthologie et c'était un de mes mythes préférés!

    6
    Lundi 6 Février 2012 à 13:42
    filamots

    Bonjour Corinne,

    Comme j'aime ce poème, que j'ai lu attentivement depuis mon Ipad. Je suis allongée depuis une semaine, et là je te réponds en vitesse via le PC, overblog n'étant pas accessible via un Ipad, ce qui est bien dommage.

    Il n'existe qu'une application pour l'Iphone, mais pas pour l'Ipad. Pour revenir à ton poème si bien ciselé, comme celui d'une sculpture que tu façonnes avec les mots tous ces vers dans lesquels tu transmets si bien cet amour, et cette métamorphose. Cette lecture a quelque peu suscité en moi-même des pensées philosophiques , s'éloignant d'un certain romantisme

    Juste pour dire que toi et Timilo je ne vous oublie pas.

    Je ne viens hélas pas assez souvent chez toi. Si tu souhaites venir lire mon article protégé, je puis t'envoyer le mot de passe si tu ne le possèdes plus.

    Je t'embrasse affectueusement. Geneviève

    5
    Lundi 6 Février 2012 à 10:19

    Fantastique Corinne ! Je ne sais pas si cette légende est d'origine ou seulement le fruit de ton imagination fertile en tout ce qui concerne l'AMOUR, mais je l'adopte de grand coeur ! Elle me ravit telle quelle, et les images qui l'illustrent ne pourraient être mieux choisies ! Je crois que je ne regarderai plus jamais une statue de marbre blanc de la même manière, mais je doute de parvenir à émouvoir un beau dieu grec, mais qui sait ? 

    Amitiés et toute belle semaine !

    4
    Lundi 6 Février 2012 à 08:09
    libre  necessite

    Quelle belle récompense pour un artiste que de recevoir de l'amour de sa création si amoureusement élaborée. Bises Dan

    3
    Lundi 6 Février 2012 à 06:50
    timilo

    Plus beau que la légende , ton poème,

    J'ai aimé le lire en m'imaginant à la place de Pygmalion , moi aussi pendant un  certain temps je faisais du modelage sur glaise , j'ai écrit un poème sur cela ou plusieurs peut-être .

    Donner la vie à sa création , quelle jolie chose

    Je le relis avant de m'en aller

    Malgré ce grand froid , passe CORINNE une douce journée

    Bisous

    timilo

     

    2
    Dimanche 5 Février 2012 à 22:19
    lagardere

    si ta plume est comblée...mon coeur lui est enflammé...enflammé par la sculpture de ce texte où la recherche vaut tous les pygmalions et les galatées...de la terre et du ciel.....tu es cette aphrodite divine déesse qui donne la vie avec talent à cette poésie que je trouve hautement culturelle...il ne faut pas avoir émis ses propres recherches , pour mesurer toute la valeur de ce texte...non ce n'est pas un rêve..c'est un litteraire....roman...dont tu es le sculpteur...pour le plus grand bonheur du lecteur....je suis comblé...devant autant de qualité...mon esprit un instant à oublié grâce à toi...qu'il était un simple mortel...mais il était ailleurs dans cette immensité où règne son amie corinne : immortelle.....merci...de tout mon coeur....pour ce bonheur
    je t'embrasse affectueusement..;à toi
    claude

    1
    Dimanche 5 Février 2012 à 22:18
    *** lili ***

    Une belle légende que je connais pour avoir été à Chypre sur les lieux magnifique et envoutant, j'ai d'ailleurs rapporté une statue d'Aphrodite en albâtre. Merci pour ce joli souvenir - Doux bisous comme des pétales de roses

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :