• Naissance d'un portrait

     

     

    Dibutade ou l’origine du dessin - Huile sur toile - 1791 - Bruges

    Joseph Benoit Suvée.

    (1743-1807)

    Peintre belge

    culture néoclassique française

      

    Entre 1791 à 1793, Suvée réalisera plusieurs toiles sur le thème de « Dibutade ou l'origine du dessin ». La jeune fille qui donne son nom au tableau est représentée avec son fiancé. Avant que celui-ci ne parte pour un long voyage (à la guerre) dont on suppose qu'il n'en revint jamais...elle trace sur le mur le contour de sa silhouette afin d’en conserver toujours le souvenir et inventant ainsi, d’après la légende, l’art du dessin ou "tracé" que je trouve plus conforme, par rapport à l'époque. Ce grand tableau que l’artiste a offert à l’Académie de Bruges en 1799, et qui est maintenant conservé au musée de la ville, est très certainement celui qui fut présenté au Salon en 1791. Le sujet a été représenté de nombreuses fois depuis la fin des années 1760 en France et en Angleterre surtout. Suvée a certainement eu connaissance d'une gravure faite d’après l’œuvre du peintre écossais David Allan réalisée à Rome en 1773, la composition de la toile en étant très proche. Cependant la gamme chromatique et les formes prolongent la réflexion menée par Wright of Derby. Il y a chez Suvée une reprise de l’esthétique antique interprétée sur un mode radical. En plongeant dans la pénombre ses antiques modèles à la lueur d’une flamme bien modeste et vacillante, Suvée dégage une poétique des ombres caressantes et du dédoublement (reflet d’un monde intérieur hanté par l’absence et la constance du souvenir). (http://minisite.louvre.fr/saison18e/fr/antiquite_revee/ar47.html) 

    Légende :

     

    Butades, parfois nommé Dibutades, potier de Sicyone ou de Corinthe, qui vivait à une époque incertaine, mais fort reculée. Sa fille ayant imaginé de tracer l'ombre de son amant, dont le profil était dessiné sur une muraille par la lumière d'une lampe, ce fut là, dit-on, l'origine de la peinture. Le père appliqua de l'argile sur ces mêmes traits en observant leurs contours, et fit cuire ce profil de terre : ce fut là l'origine de la sculpture en relief.

      

      

    Sur ce mur, mon bien aimé, je trace le contour

    De ton visage, conservant ainsi pour toujours,

    Se souvenir de toi, en son parfait sillage,

    Que ni le temps, l’oubli, dérobera à l’âge…

       

    Dans cette pénombre, la lueur vacillante

    D’une lampe, caresse ma main, celle d’une amante,

    Qui dans son geste, veut immortaliser l’absence,

    De ton manque à mon existence, Ô évanescence !

       

    La chaleur de ton étreinte autour de mon corps,

    Fait frissonner ma peau, de désirs, dans l’effort ;

    L’ombre portée de l’Amour, entourée d’un trait,

    Rehausse la beauté lumineuse de son attrait…

      

    Ainsi, lorsque loin de moi, tu seras mon ange,

    Tu seras vivant en ma demeure si étrange,

    En ce reflet, en ton double, comme un miroir,

    Que je ne veux polir à ma chère mémoire… 

     

    Car de ce tracé est né un acte d’Amour,

    Encensé par mon cœur de feu, en cet espace ;

    Ton empreinte gravée dans mes nuits et mes jours,

    Ma vision intime d’un regard qui ne s’efface…

      

    Ô flammes ardentes, brûlantes en mes pupilles !

    Faites que ma main, mon corps, mon âme ne vacille !

    Que ma vue amoureuse, glisse sur tes désirs,

    Et les fixe à jamais dans mes souvenirs…

      

    Soir nocturne, mais nimbé de fiévreuses présences !

    Entre ton ombre, sa réalité ! Mes sens,

    Éclairés d’une visibilité si intense,

    Ont palpé la passion en son effervescence…

     

    Sur ce mur, mon bien aimé, je trace le contour

    De ton visage, conservant ainsi pour toujours,

    Se souvenir de toi, en son parfait sillage,

    Que ni le temps, l’oubli, érodera à l’âge… 

     

    CorpsRimes

    Naissance d'un portrait00054472

     

     

    " L’origine de la peinture "

    1785

    Régnault Jean-Baptiste (1754-1829)

     

     

     

     

     

     

    « Jeune femme au geaiPrésence »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    24
    Mercredi 24 Avril 2013 à 01:09

    bonne nuit

    23
    Mardi 23 Avril 2013 à 16:07

    Coucou Douce Rose Cronin !!! Sourire

    Musique, peinture, poésie... Que dire, si ce n'est qu'une fois de plus tu m'offres une bien agréable évasion "culturelle" dans cette Vie qui est parfois "bien cruelle"... Sourire Ravi

    Je m'excuse une fois de plus pour mes rares visites et mes réponses tardives à tes douces p'tites Bafouilles... Sourire Mea Culpa

    Merci pour ce beau Partage... unique et un peu magique, comme tu sais si bien le faire !!! Sourire Admiratif

    Mille tendres Bisoudoux

    ***Tincky***

    22
    flipperine Profil de flipperine
    Dimanche 21 Avril 2013 à 17:42

    une présence qq chose d'important et on ne peut oublier un être que l'on a aimé et on garde tjs en nous son image

    21
    Samedi 20 Avril 2013 à 17:07

    Un beau texte qui souligné d'un trait de peinture donne de magnifiques effets...Bises

    20
    Samedi 20 Avril 2013 à 15:03

    njour Corinne , un musical coucou "jazz" te proposant de découvrir sur "jazz" l'univers de yasser hay youssef .

    bon w end , bises et A+ du troubadour Emmanuel

    19
    Samedi 20 Avril 2013 à 07:22

    Je suis en plein travaux de peinture , mais je prends un peu de temps pour visiter mes blogs amis...

    J'aime relire ta poésie...

    Passe, Corinne le plus doux des weekends

    Bisous

    timilo

    18
    Samedi 20 Avril 2013 à 03:41

    Bonsoir Chère Corinne  

    C’est plus fort que moi, je suis revenu me délecter de ton charmant billet avant de partir ce matin de bonne heure.

    Il fallait y penser, c’est pourtant si simple, avec cette méthode, même si je ne maîtrise rien en peinture, j’aurai pu être au mieux, un dessinateur.

    Que de preuves d’amour dans le jeu de ces ombres et lumières où l’on distingue nettement la liaison des âmes se perpétrant dans la mouvance des affres de la vie qui nous oblige qui oblige les êtres à se séparer physiquement, avec pour seule consolation  leur imagination que tu honores en faisant revivre tous ces éclats à la grâce de tes rimes ciselées  évoquant les amours passionnés et sincères.

    L’équilibre s’y fait entre ombre et lumière et le message entre l’abstrait et la réalité s’en fait écho avec ce trait de génie qui te vient de ta plume allié à ton esprit sibyllin où tu nous guides à la fois vers les prémisses des esquisses et de plus amples  discernements chromatiques.

    Tes mots  viennent  s’y ajouter  pour y parfaire la divinité de l’art dans toutes  ses expressions mythiques où l’amour y tient sa place prépondérante.

    Bisous et douce nuit

    Le Noctamplume

    17
    Vendredi 19 Avril 2013 à 19:48

    Très édifiantes, ces premières tentatives de fixer le temps en figeant le souvenir! Une belle et pertinemment opportuniste versification!

    Bisous et bon weekend!

    16
    Vendredi 19 Avril 2013 à 18:48

    Merci Corinne pour ton petit message

    je venais te dire  que je continuais sur la nouvelle plateforme OB pour la broderie, les fleurs et le divers et que je conservais ekla pour la poésie et la littérature

    Le transfert n'a pas été évident, encore bcp de rubriques à corriger et puis je ne sais pas comment récupérer mes archives, pas sympa de nous complioquer nos vieilles têtes  .

    http://lili-touche-tout.over-blog.fr

    Plein de doux bisous comme des pétales de roses et joli week-end

    15
    Vendredi 19 Avril 2013 à 15:14

    très beau...et envoyé sur la page facebook Rimesenbar comme l'a indiqué Carlos.

    ça commence bien !

    14
    Henri de Margaux Profil de Henri de Margaux
    Vendredi 19 Avril 2013 à 11:20

    Bonjour Corinne,

    Une manière d'expliquer la peinture absolument extraordinaire et puis ton si splendide poème d'une si belle richesse de rimes. (une merveille) je l'ai relu plusieurs fois et toujours avec autant de plaisir. Un grand merci aussi pour tes si gentils commentaires sur mes écrits. Je t'embrasse trés amicalement.

    Henri.

    13
    Vendredi 19 Avril 2013 à 11:19

    Bonjour Corinne

    Je te remercie de ton passage et de ton commentaire sur Alexandra

    Je n'ai pas le temps de te lire, je pars deux jours dans les Ardennes, dès mon retour je reviens dans ton univers pour m'imprégner de tes écrits.

    Bisous en attendant et bon week-end

    Le Noctamplume

    12
    Vendredi 19 Avril 2013 à 10:08

    Merci pour tout ce travail. Grâce à toi j'apprends des choses nouvelles à chaque fois que je viens te lire.

    11
    Vendredi 19 Avril 2013 à 09:17

    C'est un bien joli billet . Je ne connais rien en peinture . Tu écris trée bien mon amie . J'aime beaucoup ton blog , merci

     Bon et doux week end

     Je t'embrasse

                                      

    10
    Vendredi 19 Avril 2013 à 06:58

    Merci Corinne pour ta science des rimes et tes connaissances qui nous font voyager dans le temps d'une jolie façon et nous montre cet artiste qui fait de sa peinture l'expression de ses sentiments .....

    Aimer le modèle et le peindre, serait pour moi la plus belle des choses

    J'aurai aimé  le faire , mais je ne suis pas doué avec un pinceau , je dois donc utiliser des mots pour imprégner la toile....

    Par contre ta poésie sublime tout cela et  le rend merveilleux

    Douce journée 

    Bisous

    timilo

     

    9
    Jeudi 18 Avril 2013 à 23:40

    Amour idyllique d'une femme comme je l'ai toujours apprécié et voulu.

    Merci pour le travail de recherche que vous faites,Corinne, afin de nous faire connaitre les gens de l'Art en général.

    Toute mon amitié.

    Tahar

    Salam   !

    8
    Jeudi 18 Avril 2013 à 22:46

    Une belle histoire qui t'inspire ce poème romantique et touchant.

    Un amour qui perdure dans le dessin de l'aimée, c'est magique...

    7
    lagardère
    Jeudi 18 Avril 2013 à 19:55

    l'ombre portée de l'amour, entourée d'un trait....c'est toute la lumière vivante qu'elle donne à ta plume poétique....je suis sous le charme de ton ombre....et je ne fais que tracer la vérité....bisessssssssssssss
    claude

    6
    Jeudi 18 Avril 2013 à 19:01

    Bonsoir Corinne,

    Joli portrait sur le mur et dans tes vers ; très joli choix musical également, un bon moment tout ça. Merci pour le partage. Je te souhaite une très belle fin de semaine, sous le soleil j’espère ! Très amicalement, Carlos.

    PS : j’en profite pour te donner le lien de l’opération « rimes en bar » qui consiste à faire sortir nos poèmes des blogs pour aller à la rencontre d’un nouveau public. Voici l’adresse de la page FB qui explique tout :

    https://www.facebook.com/RimesEnBar

     

    A toi de voir ce que tu peux en faire.

    5
    Jeudi 18 Avril 2013 à 18:27

    Ma chère Corinne,

    Un portrait, c'est l'âme d'un être qui s'incarne dans le choix des couleurs, dans les jeux d'ombre et de lumière, dans le tracé... Tracé de l'amante en ce poème, en cette merveilleuse histoire qui a si joliment attisé ton inspiration. Peindre avec les yeux de l'amour est la plus belle des peintures, un acte magique, celui de la création venant du coeur...

    Je suis sous le charme de tes mots qui rayonnent dans l'écrin des couleurs, couleurs et fièvre créatrice qui se nourrissent mutuellement. Un plaisir de lire ta poésie, renouvelé à chaque visite...

    Un grand merci pour ton message, ta sensibilité, tes mots d'amitié. Les oiseaux nous accompagnent au fil de la journée, ils sont en grande forme en ce Printemps qui s'épanouit enfin et c'est un régal!

    Merci mon amie, je te souhaite une délicieuse soirée, je t'embrasse très affectueusement ainsi que ton fils. Je reviendrai savourer ce portrait de poésie... Gros bisous!

    Cendrine

    4
    Martine 85 Profil de Martine 85
    Jeudi 18 Avril 2013 à 18:23

    Je n'iame pas trop la musique en général mais quelle voix et ton poème qui va si bien avec avec le premier tableau. Bravo. Ce fut comme à chaque fois un petit bonheur de passer chez toi. Bonne soirée

    3
    Jeudi 18 Avril 2013 à 17:31

    coucou lili,


    Merci de ta visite, d'aimer mon poème. C'est cette musique là que je voulais, car elle est d'origine grecque, ainsi que les instruments joués, je voulais que cela corresponde avec l'époque situé, n'ayant rien trouvé qui se rapporte à la  naissance du tracé(du dessin de Dibutades) en musique, c'est un comble, mais la musique raconte un épitaphe gravé qui glorifie l'Amour d'un homme pour sa femme, qui lui dit, que sa lumière existera à jamais...je la trouvais très belle...gros bisous, à bientôt sur nos blogs respectifs, Corinne (Cronin) belle soirée printanière, bisous !


    2
    Jeudi 18 Avril 2013 à 17:20

    coucou Corinne, un bel Amour que celui de ce poème ancré dans les profondeurs du coeur et de l'âme.

    Belles peintures - par contre je ne suis pas du tout sensible à cette voix et musique, mais c'est juste perso (sourire)

    doux bisous comme des pétales de roses

    1
    flipperine Profil de flipperine
    Jeudi 18 Avril 2013 à 17:05

    je trouve que c'est un tableau dur à faire un portrait il faut que ça ressemble vraiment à la personne

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :