• Les temps modernes




     

     

    Les temps modernes (Modern times) est une comédie dramatique américaine de Charlie Chaplin, sortie en 1936. Il s'agit du dernier film muet de son auteur et le dernier qui présente le personnage de Charlot, lequel lutte pour survivre dans le monde industrialisé. Le film est une satire du travail à la chaîne et un réquisitoire contre le chômage et des conditions de vie d'une grande partie de la population occidentale lors de la Grande Dépression. Conditions imposées, selon Chaplin par les gains d'efficacités exigés par l'industrialisation des temps modernes. Les vedettes du film sont Charlie Chaplin, Paulette Goddard, qui fut pendant quelques années la compagne de l'auteur. 

    Les temps modernes montre la vie d'un ouvrier d'usine, employé sur une chaîne de production. Après avoir été soumis à divers mauvais traitements, gavé par une machine ou contraint à visser des écrous à un rythme effréné sur une chaîne de montage accélérée, Charlot est atteint d'une dépression nerveuse. Il est alors envoyé à l'hôpital. Après son rétablissement, devenu chômeur, Charlot est arrêté, par erreur, pour avoir fomenté une manifestation communiste, alors qu'il tentait en fait simplement de restituer un drapeau tombé d'un véhicule de livraison. En prison il ingère accidentellement de la cocaïne, la prenant pour du sel. Dans l'état délirant qui s'ensuit, il est mêlé à une évasion à laquelle il met fin en frappant les autres condamnés. Il est alors acclamé en héros par les geôliers et libéré. Pourtant il se sent heureux en prison et voudrait y demeurer ! Libéré contre sa volonté, il découvre combien la vie est rude, et rêve de retrouver sa confortable geôle après avoir provoqué une catastrophe sur un chantier naval. Il rencontre alors dans la rue une orpheline clocharde ("la gamine"), interprétée par Paulette Goddard, qui fuit la police après avoir volé un pain pour se nourrir. Pour sauver la jeune femme et retourner en prison, Charlot ment à la police et prétend être le voleur. Cependant, un témoin révèle la supercherie et Charlot est libéré. Afin d'être nouveau arrêté, il ingurgite une énorme quantité de nourriture dans un delicatessen sans payer. Il se retrouve avec la gamine dans le "panier à salade", dont ils sont éjectés en route. Rêvant d'une vie meilleure, Charlot obtient un emploi de gardien de nuit dans un grand magasin, introduit la gamine dans celui-ci et tombe sur des cambrioleurs. Il se rend compte qu'il s'agit de ses anciens compagnons d'usine et sympathise avec eux ! Se réveillant le lendemain matin dans un tas de tissus, il est arrêté une fois de plus. Dix jours plus tard, la gamine l'emmène dans une nouvelle maison au bord d'un étang, une cabane délabrée qu'elle admet ne pas être "Buckingham Palace" mais qui fera l'affaire. Le matin suivant, Charlot apprend l'ouverture d'une nouvelle usine et se rend immédiatement sur les lieux. Par sa faute, son chef est accidentellement piégé dans une machine, mais parvient finalement à s'en extirper. Les autres travailleurs décident de mener une grève. Lançant accidentellement une brique sur un policier, il est encore arrêté ! Deux semaines plus tard, il est relâché et apprend que la gamine a trouvé un emploi de danseuse dans un bar. La jeune femme essaie de lui fournir un travail de chanteur dans ce même restaurant. Le soir, il devient un serveur efficace, et bien que se trompant entre la porte "in" et "out" de la cuisine, il réussit laborieusement à servir un canard rôti. Pendant son spectacle, il perd ses manchettes sur lesquelles la gamine avait écrit les paroles d'une chanson que son patron lui avait demandé de chanter. Mais il se rattrape en improvisant un charabia et un numéro de pantomime. Chaplin a choisi de chanter en phonétique, imitant plusieurs langues européennes pour la circonstance. C'est la seule fois où l'on entend la vraie voix de Charlot. Sa représentation se révèle un vrai succès. Quand la police arrive pour arrêter la gamine, recherchée par la police des mineurs, ils s'échappent à nouveau.

    Finalement arpentant une route à l'aube, on les voit se diriger vers un futur incertain, mais plein d'espérance.

    Les temps modernes fut le premier film où la voix de Chaplin est entendue : Il y interprète, en "charabia", la chanson de Léo Daniderff "Je cherche après Titine". La version de Chaplin est aussi connue sous le nom "The Nonsense Song" (La chanson sans sens). Les paroles n'ont en effet aucun sens, mais elles sont un mélange de mots français et italiens. (source wikipédia).

    Je me devais de rendre ici, un bel hommage, à cet acteur, qui fût "le plus grand", à la pantomime de clown inoubliable ; reste à ce jour, dans ma mémoire et la vôtre, monsieur "Charlie Chaplin". Acteur hors norme, du cinéma muet, dans toute sa beauté d'expression et de gestes à travers une cinématographie et un regard si visionnaire sur notre monde ! "Bravo l'artiste !" 

     

    Fallait-il être un "clown" pour décrire ce mythe

    Trompeur du progrès social, "satire interdite",

    D'une oeuvre sociale, sous prétextes politiques !

    A l'arrière-goût, tendancieux et bolchévique...

    Fallait-il "oser" d'un regard si visionnaire

    En "Ces temps modernes", filmer cette nouvelle ère,

    Dont les machines huilées, productives d'un néant,

    Font grincer nombres d'écrous, aux tapis roulants !

    Sous la sueur des ouvriers, troupeaux de moutons,

    Cobayes de cette modernité, mécanisation !

    Panorama, de cette déshumanisation

    Du monde du travail, critique en sa vision !

    Fallait-il être poète ? Décrire une fresque,

    Mutations technologiques, si burlesques,

    En ses scènes, sous l'oeil vigilant, des dirigeants,

    Qui surveillent tout, en contrôles omniprésents !

    Avoir l'art de la "pantomime", faire passer

    Des messages universels, en toutes vérités ;

    "Ces temps modernes", dérèglements d'un système,

    Loin des réalités, si proche d'une fiction même !

    Dénoncer, travail à la chaîne, avilissant,

    Dévorant l'Homme, son cerveau agonisant,

    En faisant de lui, ce "jouet" des machines,

    Le broyant sans cesse, aux rouages qui laminent...

    Où sont les "vrais fous", en ce monde matérialiste ?

    Où productivité, est cadence idéaliste ?

    "Temps modernes", d'événements qui dépassent,

    En rythmes d'enfer, en excitations qui lassent...

    Fallait-il avoir connu misère, prophétique,

    En sa crise économique et autobiographique ?

    Là est tout le génie de "Charlot", en dimension !

    Représentatif des injustices en dénonciation !

    Temps modernes en sa Grande Dépression !

     Si porteur, en nombreuses revendications...

    Celle de pouvoir vivre libre, à son rythme !

    Alors aimons ce "poète", aux rêveries paisibles, 

    Fouler les herbes en talus, sons inaudibles...

    Incertitude des lendemains, qui permettent espoirs !

    Etre ce "kid" si "Grand", émouvant à nos mémoires !

    "Chapeau Monsieur Chaplin !"

     CorpsRimes

    Les temps modernes00054472

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Soupirs d'une rose...Mam'selle...bulles... »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    17
    Mardi 17 Juin 2014 à 11:26

    je passe te rendre une visite, j'étais en panne de PC, çà arrive... j'espère que tu vas bien je t'embrasse tres fort ma Corinne


    "Bon mardi" - Chien portant une rose rouge dans la gueulejoelle

    16
    Lundi 16 Juin 2014 à 21:52
    hello Corinne, un poètique coucou du troubadour A+ d' Emmanuel
    15
    Dimanche 15 Juin 2014 à 08:00

    Bonjour mon amie . Souvenir , souvenir! J'espere Corine que tu vas bien. Moi savas du moment que le Soleil et la. Aujourd'hui ce seras une journée trés agréable . Nous allons passés cette fête des Pére en famille . Mon amie je te souhaite également une douce journée. Je t'embrasse trés fort de ma Sologne .

    14
    Samedi 14 Juin 2014 à 11:14

    bonjour Corinne

    un immortel et grand artiste Monsieur Charlie Chaplin ./ un musical coucou "jazz" te proposant la découverte de Tom Harrel 

    bon w end , bises et A+ du troubadour Emmanuel

    13
    Vendredi 13 Juin 2014 à 09:18

    Récit fort complet sur cet homme dont on connait souvent que son côté humoristique...Bravo pour cet hommage et Chapeau l'Artiste...Bises chère Corinne

    12
    Vendredi 13 Juin 2014 à 06:37

    Un petit mot pour marquer mon passage

    Bon et doux qui weekend CORINNE

    Bisous

    timilo

    11
    Jeudi 12 Juin 2014 à 21:26

    Corinne

    Un grand merci de nous avoir fait revivre l'épopée de ce film qui démontre, si besoin était, le courage d'homme et d'acteur de Charlie Chaplin qui était quelqu'un " d'engagé " sur le plan social et politique à tel point qu'il dût quitter les Etats Unis au moment de la guerre froide étant accusé d'idéologie communiste.

    Il n'oublia jamais ses origines modestes et sa jeunesse pauvre et a toujours pris le parti des exploités contre les exploiteurs ce qui a fait d'ailleurs que soin film avait été très mal accueilli par le milieu des patrons et des affaires.

    Le côté humain est toujours présent dans ses oeuvres qui sont pleines de poésie et de romantisme même lorsque l'histoire est triste.

    L'on peut effectivement affirmer "Chapeau l'Artiste "

    Avec mon amitié chère Corinne.

    Renaud

    10
    Jeudi 12 Juin 2014 à 11:57
    Cathybelg

    Bonjour Chère Corinne,

    Charlie CHAPLIN est resté dans l'esprit de beaucoup, "le clown" dont le cinéma et la télévision ensuite n'ont montré qu'un aspect.

    Tu as, ici, évoqué l'entièreté de ce personnage, dont la vie ne fut pas simple. Généreux, posant un regard lucide sur le monde, cet homme avait compris combien l'exploitation au travail causerait de tort à l'être humain... La machine infernale du pouvoir, de la rentabilité et du profit à tout prix était déjà en route et personne ne l'avait compris !

    Très bel hommage à cet homme qui faisait, à cette époque, passer des "messages" à travers des films cultes... Fussent-il muets !

    Douces pensées. Je suis ravie de retrouver le chemin de ton blog après ma longue absence.

    Toute mon amitié et de gros bisous,

    Cathy.

    9
    Jeudi 12 Juin 2014 à 06:05

    Un petit coucou ,et le temps de relire

    Bon et doux jeudi CORINNE

    Bisous

    timilo

    8
    claude
    Mercredi 11 Juin 2014 à 20:44

    les temps modernes sont  victimes d'une emphytéose  pernicieuse qui hélas se conjugue de sont passé, son présent et son avenir. formidable Charlie Chaplin, formidable texte de dame Cronin. Chacun de ses textes restent l'expression d'une lucidité littéraire qui fait prendre à  l'esprit de celui où celle qui le  lit un chemin lumineux . Merci pour ces instants en partage d'une très haute pensée d'une lorraine devant laquelle mon esprit se sent tout humble...Bonne soirée....bien affectueusement
    Claude

    7
    Mercredi 11 Juin 2014 à 17:19

    Bonjour Corinne,

    Quel merveilleux hommage rendu à cet artiste de génie. " Les temps modernes " , un film prémonitoire qui pourrait parfaitement représenter la situation actuelle du travail à la chaine dans des conditions de plus en plus inhumaines. Une situation dramatique qui perdure maintenant dans les pays étrangers. Une triste réalité. Une lecture qui nous pousse à la réflexion. Bravo pour cet hommage extraordinaire.

    Je t'embrasse bien amicalement.

    Henri.

    6
    Mercredi 11 Juin 2014 à 11:33
    Daniel

    Un film prémonitoire et un bel hommage à cet homme talentueux.

    5
    Mercredi 11 Juin 2014 à 11:29

    merci ma Corinne pour cet hommage que tu rends à un grand artiste - les temps modernes - s'il voyait ce qui se passe maintenant .... tout part à l'étranger et non ce n'est pas le meilleur des mondes dans lequel nous vivons.. en espérant que tout ceci cesse un jour, je parle de l'exploitation des ouvriers style esclavage moderne


    je t'embrasse tres fort passe une "Bonne journée" - Superbe bouquet à dominante rose...joelle

    4
    Mercredi 11 Juin 2014 à 10:22

    Bonjour,Corinne,

    Ce grand artiste a accompagné notre enfance durant les années 70 et nous a procuré joies et bien-ètre.Nous ne pouvons l'oublier.Il mérite bien ce bel hommage que vous venez de lui rendre.

    C'est un beau et grand travaille que vous venez de faire en nous rappelant

    .cette fantastique période de la vie de ce grand artiste;merci beaucoup.

    Toute mon amitié et un grand Salam !

    Tahar

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    3
    Mercredi 11 Juin 2014 à 09:19
    Superbe hommage à cet Artiste Géant par son talent et visionnaire. Il est le souvenir cinématographique de jeunesse du monde entier ! doux bisous comme des pétales de roses
    2
    Mercredi 11 Juin 2014 à 07:01

    Un bien joli hommage à cet acteur de talent ...


    J'adorais ses films quand j'étais jeune et j'aime encore les revoir...


    Les temps modernes , ils suffirait de mettre des images de maintenant et le scénario du film surferait sur la réalité du travail à chaîne..


    Dans notre pays la production industrielle s'est enfuie à l'étranger pour bénéficier de conditions encore moins favorable à l'ouvrier...


    Douce journée Corinne


    Bisous


    timilo

    1
    Mardi 10 Juin 2014 à 23:03

    un bel hommage de rendu

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :