• Le philosophe

     

    "Le philosophe tire sa connaissance

    De son voyage, intérieur, extérieur...

    Le livre de la vie, est à son chevet,

    De sa lumière intérieure,

    Où la chandelle éclaire son chemin…

    Il cotoie l’obscurité et la lumière,

    Rien n'est conflits ! 

    Au contraire, tout, se réconcilie,

    Pour ne procurer que sérénité."

     

    Citation de Corinne

       

    « Dans votre ruche… composez le miel… »

     

     

    REMBRANDT  VAN RIJN, peintre hollandais du XVII  siècle

    Le Philosophe et la méditation (1633).

      

    Huile – Musée du Louvre Paris

     

    Datant de 1633 environ, le "Philosophe en méditation"

    est assis les mains jointes.

    Il a détourné les yeux du livre ouvert sur la table,

    fermé les paupières sur ce monde extérieur

    Et ouvert tout son être à l'illumination intérieure.

    La lumière traversant la fenêtre éclaire les

    premières marches d'un escalier en spirale.

    Les marches suivantes sont dans la pénombre

    et gravies par un personnage à peine visible regardant le spectateur.

    Est-ce une invitation à le suivre ? L'escalier s'enroule autour d'un axe

     invisible appelé "Axe du Monde"

    Reliant la Terre et le Ciel. Il symbolise les différents états de l'être depuis les

    plus terrestres jusqu'aux plus célestes dont les différents

    degrés sont illustrés par les marches. Indifférente à la scène,

     une servante attise un feu dans

    la cheminée. Les ustensiles de cuisines accrochés au mur laissent supposer

    qu'elle prépare le repas.

        

     

     

     

     

    Hommes ! Je vous invite à un beau voyage…

     

    Celui, d’explorer en ce monde, les rivages

     

    Terrestres et Célestes, où la connaissance

     

    Sillonne vos pas, dans l’ombre de l’ignorance…

     

     De votre jeunesse, à votre vieillesse,

     

    Votre vision globale, se transforme sans cesse !

     

    Le visage, ridé, ravagé par les ans,

     

    Vous courez après chimères, face au temps…

     

     Soyez sages, à l’heure où sonne le glas !

     

    Où la grande horloge, s’arrête au trépas...

     

    Ephémère, est l’existence, où vos pensées,

     

    Errent, entre imagination, réalité…

     

    Etre philosophe, n’est-ce pas Voir, Entendre,

     

    Et développer ces sens, quitte à se méprendre,

     

    Des jugements portés, hâtifs ? Rayons solaires,

     

    Pénétrez dans l’âme ! Comme le feu et l’air,

     

    Attisez la matière et de vos idées,

     

    Elargissez à ce monde, vos étendues

     

    Profondes ! Démêlez ainsi, la Vérité ! 

     

    En une quête sacrée, vos âmes, mises à nues…

     

    Mélangez savamment, le jeu des clairs, sombres,

     

    Dosez avec patience, silence, pénombre,

     

    Et réfléchissez ainsi, lumière de l’Esprit !

     

    Conciliez-vous, alors, en juge, d'une vie,

     

    Faites de vos actions et gestes, la souplesse,

     

    Dans vos décisions, bannissez l’étroitesse

     

    De vos opinions, misez, sur l’observation,

     

    De ce monde, de ses abîmes : entre mer,

     

    Forêts ! Vivez ainsi en réconciliation !

     

     Eloignez-vous des chemins, des spéculations !

     

    Des désordres, hérésies de cette terre !

     

    Emanations, de guerres, chimères, vertus !

     

    Hommes ! Faites entendre votre voix qui s’est tue,

     

    Donnez aux mots, aux livres, matière à réfléchir,

     

    Mais guidez vos sens, votre cœur,  à l’étude,

     

    D’une contemplation intérieure et plénitude,

     

    Ne soyez, ni en exil, ni votre ennemi…

     

    Marchez ! Précédez, le flambeau de votre nuit,

     

    Méditez ! Mais soyez vivants en société !

     

    Equilibrez la retraite, et le partage !

      

    Philosophes ! Côtoyez ainsi l’Humanité !

     

    Soyez-en son sôcle et son propre pilier... 

     

     

     CorpsRimes

     

    Le philosophe00054472

     

     

    Rembrant  

    "Le philosophe lisant"

     

    huile - 1631

     

    Le tableau de 1631 représente le "philosophe lisant".

    Un livre ouvert, déposé parmi d'autres sur une table près

    d'une fenêtre. Le philosophe est assis, bras écartés. La lumière

    Eclaire une pièce dépouillée. L'entrée, surmontée d'un arc,

    En plein centre, marque le seuil entre la pénombre extérieure

    Et la clarté intérieure. L'arc circulaire de l'entrée se retrouve dans

    les ouvertures murales et l'encadrement de la fenêtre. Ces

    ouvertures constituées d'un arc en plein centre surmontant

    une base rectangulaire symbolisent la relation

    entre le Ciel et la Terre.

     

     

    Pour ceux et celles qui veulent écouter le

     

    Poème de Charles de Baudelaire

     

    "Reccueillement" 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Romance sous la pluiePensive... »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    22
    Lundi 6 Août 2012 à 21:54
    cacao

    Merci Corinne pour ce bel article, très complet et intéressant. J'aime beaucoup : "Dans votre ruche...Composez le miel..." Grosses bises.

    21
    Dimanche 15 Juillet 2012 à 19:57

    je te souhaite une belle semaine

     

    je viens de relire ce beau voyage

    bisous

    20
    Dimanche 15 Juillet 2012 à 14:35
    Lucie-y

    Ta poésie me fait un peu trembler, et pourtant tes mots sont justes ! J'ai l'impression de lire une prophétie, et je me sens très impressionnée !" Ne soyez, ni en exil, ni votre ennemi", je réfléchis sur moi même pour cela, un message peut-être de haut...Tu écris bien Corinne, j'essayerais avec mon smartphone de t'écrire, j'espère y arriver. Des présages figurent dans ton poème, et cela me porte à réfléchir !

    Bisous Corinne, et toute mon amitié, ainsi qu'à la rose bien sûr!

    19
    Dimanche 15 Juillet 2012 à 00:34
    Le Noctamplume

    Bonsoir Corinne

    Dans ta première citation, je comprends tout mot pour mot et moi qui est très axé sur la philosophie, mon chemin en est à "rien n’est conflits".

    Là, j’avoue que je cale depuis très longtemps, par ce que si d’une part le conflit extérieur paraît se résorber en apparence et c’est la le piège, le conflit intérieur est sous-jacent et je n’ai pas encore trouvé le sésame.

    Une grande partie de ton deuxième texte me ferait plutôt penser à un cheminement à suivre donné par Lao-Tseu, concernant l’obtention de la connaissance et de la vérité, mise à par que sur la fin, il laisserait très peu d’indices et éviterait les effluves de paroles et d’écrits, alors que beaucoup de nos grands philosophes occidentaux se perdent souvent en conjectures.

    Mais une chose est certaine, c’est que toi tu es sur une bonne voie.

    Dommage que je ‘nais pas d’enceintes pour écouter le "Recueillement"

    Bisous et douce nuit Corinne

    Le Noctamplume

    18
    Samedi 14 Juillet 2012 à 21:45

    un très bel article ma chère Corinne

     c'est un champ tellement immense que je te laisse ta propre conception de la philosophie.

    Gros bisous

    bonne soirée 

    17
    Samedi 14 Juillet 2012 à 11:45

    bellissima giornata ......bon 14 juillet.........grosses bisesssssssssssssssssssssss
    claude

    16
    Samedi 14 Juillet 2012 à 11:16
    Le Noctamplume

    Bonjour Corinne

    Je suis venu te souhaiter un bon 14 Juillet et te transmettres tous mes voeux d'amitié.

    Ton texte suscite matière à réflexion et je viens dès que possible te transmettre ma pensée

    Bisous

    Le Noctamplume

    15
    Samedi 14 Juillet 2012 à 10:16

    Bonjour, Corinne...et bon 14 du mois!

    Quelle belle incitation à l'introspection et la prospection, que ton poème! 

    Passe un bon week-end!

    Bisous.

    14
    Samedi 14 Juillet 2012 à 07:19
    timilo

    j'ai cherché des réponses à mes questions dans la religion , celles que je n'ai pas trouvées c'est en lisant les grands philosophes que je me suis réconforté .

    Il faut dire qu'aujourd'hui j'ai de la chance , je reviens et ton poème  aborde ce thème qui me passionne le plus avant même la poésie.

    Magnifique plume , j'ai ressenti mille émotions 

    Je profite de la pause du weekend dans mes séances de rééducations (il me reste encore 3 semaines à faire )pour venir te lire et rattraper mon retard

    Bonne fête du 14 juillet

    Douce journée,CORINNE

    Bisous

    timilo 

    13
    Vendredi 13 Juillet 2012 à 19:27

    bon comme cendrine m'a laissée un peu de miel...je suis là pour saluer ma belle abeille philosophe ....vroum vroum.... à tire d'ailes ...pour concurencer l'abeille...mais pour lui dire que son dimanche je le lui souhaite au repos....et qu'elle ne butine pas trop....ptdr....bon week end très chére corinne ......vroum vrom ..je repart.....chargé de nectar.....fou rires..........bisesssssssssssss
    claude

    12
    Vendredi 13 Juillet 2012 à 17:36
    Cendrine

    Ma chère Corinne,

    Je reviens butiner le miel du philosophe, en petite abeille solitaire et rêveuse, cherchant quelques fils de soleil... et ce sont tes vers magnifiques qui m'accueillent!

    J'ai chaussé mes bottes non pas de pluie mais d'intérieur (rires...) et j'attends mon cher et tendre qui est parti quérir, sous le ciel de tempête, quelques victuailles pour le week-end! J'ai envie de petits fruits rouges et de pêches...

    C'est la philosophie de la gourmandise qui m'étreint! Je suis sûre que toi aussi...

    Ton miel de lavande me fait très envie! J'ai trouvé du chocolat noir fourré à la framboise... un régal absolu! Quelles gourmandes nous faisons!

    Gros bisous et un très agréable week-end! Je pense à toi.

    Cendrine

     

    11
    Vendredi 13 Juillet 2012 à 13:49
    ozymandias

    ma Corinne, tu as vraiment un don pour écrire... quelle belle description du philosophe d'avant .... car maintenant qui philosophe encore ?? on réfléchit et encore .....

    ton poème est une exortation à la philosophie de tout ... la vie, la port, le travail, etc... tres bien écrit sincèrement

    je t'embrasse maCorinne passe un bel a.midi

    joelle Fragonard

    10
    Vendredi 13 Juillet 2012 à 12:25
    Hécate

    Bonjour ,un premier survol chez toi ,invitée par Cathy ,suite au très intéressant commentaire sur V.Hugo . Rembrand ,la peinture ,le livre favori "Jane Eyre " que j'ai aimé ,comme tout ce qui a trait aux Brontë .

     A une prochaine fois :)

    9
    Jeudi 12 Juillet 2012 à 21:46
    ozymandias

    coucou ma Corinne

    je repasserai demain mais j'ai jeté un oeil.. j'ai gardé l'autre pour lire....mon livre lol

    au fait t'ai je dit que j'ai passé 1/2 journée dans la salle Rembrandt au Prado à Madrid c'est un peintre que j'adore, un grand maitre de l'école flamande

    je t'embrasse belle soirée et à demain

    joelle Saskia son épouse

    8
    Jeudi 12 Juillet 2012 à 20:09
    Simon

    Chère Corinne,

     

    Bien que je sois plus dans la délivrance de mes émotions que dans la démarche de vouloir les expliquer ou les analyser, je me retrouve totalement dans les propos de ton article. La crainte étant de délaisser ou de montrer un certain ennui envers certaines personnes, de me replier plus sur moi-même a mesure que j’avance dans ma perception du monde. Tes mots sont d’une grande justesse et un encouragement à aller plus vers les autres. Merci pour cette profonde réflexion, avec toue mon amitié, Simon...

    7
    Jeudi 12 Juillet 2012 à 16:31
    Plume A l'Encre Crié

    chair Corps Rimes

    Merci pour tes mots de vers et et de verre rendant un sublime hommage à la Citée du Prince en Cheval Blanc qui terrassa le  Dragon de la Roue du Destin ( je parle ici du Sagittaire) ; et aux rares êtres véritablement humains qui recherchent,  suivent la Lumière de la Connaissance plutôt que les ombres de la bêtise qui plombent l'Humanité de ses mensonges depuis des millénaires...

    Certains parviennent à monter quelques marches, mais les épreuves à passer à endurer sont si difficiles à surmonter, pour ne pas dire mortelles, qu'une seule et unique personne n'est parvenue jusqu'à présent à devenir cette Lumière,guidant, illuminant toutes les autres... qui ne sont qu'au fond des étincelles...

    Bcp d'appelés(e), un seul, voire une seule Élue... Si, si, c'est peint aussi dans le tableau...

    Mais comme je dis toujours, mieux vaut n'être qu'une étincelle : cela permet d'être au moins clairvoyant et lucide des noirs abyssaux de l'inconscience qui guident en grande partie ce Monde... Clairvoyance que l'on retrouve d'ailleurs dans tes " r'hymnes "...

    Je ne sais pas si tu as remarqué mais sur l'oeuvre de Rembrandt, il a des barreaux à la fenêtre... CroiX moi, il ne les a pas peints pour rien... d'ailleurs cette oeuvre est entièrement codée : lorsque l'on connaît le langage utilisé ; on sait que celle ci déchire le voile de la Vérité Divine... qui est Belle et Bien à des années Lumières... si... si....... Rirrrrrrreeeeeeeessssss de ce que croit le commun profane des mortels... (Euh, non non je ne me moque de personne ; tu me connais ce n'est pas du tout mon style, mais je me pose encore et toujours la question de savoir comment l'Humanité a pu s'égarer ainsi dans les méandres spirituels... surtout de nos jours : où l'accès à la connaissance est relativement aisée, contrairement à il y a quelques siècles...)

    Comme je crains de t'ennuyer, je n'irai pas plus loin sur la questSion...je risque de faire, fer désordre.... riresssssssssss

    Sur ce, les philosophes initiés sont souvent aussi souvent représentés sur les oeuvres d'art façon portrait, avec une chaîne en Or sur leur poitrine...

    Merci pour l'éveil des sens... essence-ciel Belle D'Âme...

    Je t'embrasse de la chaleur de la tendresse et de l'amitié

    Plume

    6
    Jeudi 12 Juillet 2012 à 14:44
    Cathy

    Bonjour Chère Corinne,

    La lecture de ce poème bien connu de Baudelaire est un enchantement... La musique de fond est très agréable et cette oeuvre conclut très finement ton "article".

    La philosophie serait-elle remplacée par la méditation maintenant ? Je crois que certains font l'amalgame. C'est en tout cas ce que je constate parfois. Ta citation rétablit donc bien le sens du verbe "philosopher"... L'association du "voyage intérieur et extérieur"...

    Quant à ton poème, en dehors de sa poétique toujours aussi finement brodée, il devrait être lu par beaucoup en cette société qui perd le sens des valeurs les plus importantes de la vie. Il est la parfaite incitation à se remettre en question, pour éviter de sombrer dans le matérialisme et revenir alors à l'enrichissement de l'esprit... Le seul qui permette à l'Homme de poursuivre la conquête du savoir, et de l'appliquer à bon escient.

    C'est en tout cas ce que m'inspire la réflexion vers laquelle tu nous entraînes ici. Mais il y a tant et tant à dire sur le sujet !

    Merci, pour ce rappel d'une notion importante à mes yeux.

    Douce fin de journée, et toute mon amitié,

    Bisous,

    Cathy.

    5
    Jeudi 12 Juillet 2012 à 10:33
    *** lili ***

    Un billet très intéressant comme toujours avec tes mots choisis, les illustrations et ce poème de Baudelaire.  Pour moi la philosophie, c'est bien souvent l'explication du clair par l'obscur  ! (sourire)

    Doux bisous comme des pétales de roses

    4
    Jeudi 12 Juillet 2012 à 01:08
    Cendrine

    Ma chère Corinne,

    Les mots suaves et puissants de la poétesse attisent le feu de l'âme, celui que tisse le philosophe, alchimiste des mondes et des passages... Tu es une brodeuse de pensées, de mots, de couleurs, tu façonnes la glaise de poésie et tu en fais naître la beauté, la connaissance, la passion! Dans ce creuset respire la sagesse, rose philosophale, boussole guidant l'esprit, entre l'extérieur et l'intérieur, entre l'infiniment grand et l'infiniment petit. Je suis sous le charme des tes mots et de la touche de Rembrandt, peintre inspiré parmi les inspirés! Que de merveilles à déguster! Merci chère poétesse...

    Je t'embrasse bien affectueusement.

    Cendrine

    3
    Mercredi 11 Juillet 2012 à 20:55
    Arielle

    tout est superbe dans cet article.

    bravo et bonne soirée

    arielle

    2
    Mercredi 11 Juillet 2012 à 19:28

    ce que je viens de lire chére corinne(cronin) pourrai s'inscrire dans la logique du maître socrate...qui avait bien sur laisser évoluer le sens de la réalité pour mieux en imprégner  son lecteur...c'est exactement ce que tu fais avec talent...tout comme le faisait platon en bon éléve de son maître.....je reconnais là ton âme dans toute la splendeur de son ascése spirituelle...ta philosophie en devient lumière...car tu sais t'émanciper des doctrines de ceux qui comme descartes le faisait dans sa liberté d'expression....mais je suis enchanté d'y trouver une pointe épicurienne....je me garderai bien de rentrer dans plus de détails..mais je reste admiratif devant ton écrit qui devient un référence philosophique dans la suggestivité  en t'inspirant de ces connaissances que nous ont si bien inspirés ces antiques philosophes qui ont faient évoluer le discours et la méthode...par leur propres recherches analytiques de ce que sont les essences du moi sur l'existence et la reflexion de l'esprit....merci très chére...je t'admire.....bonne soirée
    bisessssssssssssssss
    CLAUDE

    1
    Mercredi 11 Juillet 2012 à 19:05
    Tahar YETTOU

    Bonsoir,Corinne.

    Le plus beau en l'être humain,c'est lorsqu'il fait travailler sa cervelle,aigise ses neronnes...Nous apprenons sans cesse et ce jusqu'à notre dernier instant.Nous devrons avoir toujours soif d'apprendre.Comme c'est le cas des philosophes...

    Merci pour ce rappel si utile.

     Mes amitiés.

    Salam !

    Tahar

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :