• Jeune femme au geai

    "Veuillez excuser cette cacophonie, ce salon prénuptial,  
     de petits admirateurs de ma poésie... (rires...)  
    Les oiseaux sont mes messagers célestes...  
    Savoir décrypter leur langage...est divin..."
      
      
    File:Charles Crès - Jeune femme à l'antique au geai.jpg
      
     

    Charles Crès (1850-1907)

    « Jeune femme à l’antique au geai »

    (1884)

     

     

     

     

     

    Sur ma terre bien aimée, s’étend vergers et bois,  

    Bien à l’abri de mes grands chênes, avec émoi,  

    Chante le geai qui niche à leurs troncs touffus ! 

    Il est ce petit roi, aux forêts de feuillus…

     

     

    Son front est orné d’un toupet de plumes noires,  

    Douces, soyeuses au toucher ! Vibratoire  

    Est son chant, où dodeline sa tête,  

    Se pare d’une huppe, qu’il baisse à tue-tête !

     

     

    Très gourmand et friand de châtaignes, noisettes,  

    Et à la douce saison d’été, de cerises,  

    Il s’éveille, aux doux sifflements des alouettes,  

    Se fait charmeur, de son bec sucré, en délices…

     

     

    Il séduit de par ses cris, rauques et puissants !  

    Et guette ainsi d’autres oiseaux, les imitant,  

    De par son registre vocal ! Gloussements,  

    Résonnent en belles parades, au printemps !

     

     

    On le dit farouche…et fait peur aux mouches !  

    Quant aux prédateurs, avec grâce, escarmouche,  

    Donne l’alarme, de son cri si fort, bruyant !  

    N’abdique,  jamais son royaume y siégeant !

     

     

    De ses épaisses moustaches noires, il veut plaire !  

    Nettoie son plumage aux alaires bleues, striées,  

    Se pavanant, d’un joli croupion blanc à l’air,  

    Il est maître des lieux ; Ô buses offusquées !  

      

        

    Lorsqu’il choisit sa douce femelle, de son nid,  

    Il fait un amas de brindilles, de branchettes,  

    De fines racines, il le garnit ainsi,

    Il peut enfin lui conter, douce amourette... 

       

      

    J’aime ainsi cet oiseau, sentinelle des bois,  

    Qui au moindre danger, fait entendre sa voix  

    Stridente ! A ce talent, d’accorder couleurs,

    A son plumage, qui lui sied à tout honneur !

     

     

    CorpsRimes

     

    Jeune femme au geai00054472

     

      
    « EchoNaissance d'un portrait »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    21
    Jeudi 18 Avril 2013 à 09:25

    Bonjour Corinne,

    Qu'il fait bon entendre cette nature si vivante dès le matin.

    Le chant des oiseaux, le soleil... c'est le printemps dehors, mais aussi dans tes vers!

    Ton poème est charmant, j'aime beaucoup.

    Je te souhaite une douce journée en m'envolant sans faire de bruit ;-)

    Grosses bises et amitiés

    Rose

    20
    Jeudi 18 Avril 2013 à 07:37

    Je reviens quelques instants , lire ce beau poème

    Passe une douce journée Corinne

    Bisous

    timilo

    19
    r
    Mercredi 17 Avril 2013 à 22:02

    Corinne, quel beau jet d'encre pour ce beau geai à plumes et quel beau jet de plume pour ce geai couleur d'encre.

    Tout se marrie et se confond si bien que l'on se demande si l'envolée est littéraire ou avicole

    Merci pour ce poème qui laisserait sans doute sans voix notre geai bavard.

    En toute amitié.Renaud.

    P.S: n'est il pas possible de foncer quelque peu la couleur du texte qui s'affiche ?

    18
    Mercredi 17 Avril 2013 à 08:19

    Merci pour ton savoureux commentaire, j'ai beaucoup aimé

    Comme j'aime relire ton poème...

     

    Le printemps est enfin là , j'en profite pour rafraîchir les peintures de ma maison et aussi réaliser quelques travaux...

    Mon fils cadet se marie en Juillet , je vais donc avoir du travail....

    J'ai donc mis mon blog d'Over-blog en pause

    Mais comme ma plume me chatouille en permanence et pour ne pas l'étouffer je continuerai à publier quelques poèmes sur mon blog de blog 50 et sur mon journal de facebook

     

    Douce journée Corinne

    J'espère que tout va pour le mieux

    A bientôt

    Bisous

    TIMILO logo

     

    17
    Mercredi 17 Avril 2013 à 02:37

    Bonsoir Corinne 

    Du retard dans mes visites, ma boîte mail ne fonctionne plus et je ne suis plus prévenu ni des commentaires, ni des Newsletter.

    Tout d’abord, je te remercie de ton passage et de ton commentaire subtil concernant la lettre G qui me fait découvrir une Corinne doté de beaucoup d’humour.

    Point de cacophonie au rituel des oiseaux, si le Geai en conte, les autres se font échos, quant aux parades nuptiales, rien de tel pour apprendre que sur cette terre ici, tout est fait de semblable.

    C’est toute cette faune, qui dans leurs gazouillis, nous explique qu’il existe tout près notre paradis, faire comprendre à nos yeux que peu nous rend heureux, faire entendre à l’ouïe le sens des mélodies.

    Ils se font messagers de nos fausses frayeurs, nous sortent également de nos lourdes torpeurs quant à cette joie de vivre si communicative, elle se transporte en nous comme leitmotiv.

    Alors quand le poète, nous narre l’exquis en rime, de ce chant des oiseaux s’accorde nos libidos qui deviennent légitimes.

    Que la nuit te soit douce

    Bisous

    Le Noctamplume

    16
    Mardi 16 Avril 2013 à 23:06

    Une jolie parenthèse dans ma journée, ce merveilleux poème et le chant des oiseaux...

    Merci à toi!

    15
    lagardère
    Mardi 16 Avril 2013 à 19:20

    tes mots chantent et sautent de branches en branches sur la portée de la poétique sur la nature qui t'inspire une délicieuse  mise en scene verbale.....par une littéraire écriture....toujours parfaite..........merci de ce morceau de bravoure cui cui mélodie
    bisessssssssssssssss
    claude
     

    14
    Mardi 16 Avril 2013 à 18:05

     

    Ma chère Corinne,

     

    J'ai lu plusieurs fois ton merveilleux poème au souffle du Printemps et laissé palpiter dans mon coeur ces chants d'oiseaux dont la vigueur est un enchantement. Riche et envoûtant langage de nos petits amis ailés qui emplissent nos êtres de joie, cette joie sacrée qui règne en Dame Nature... Ta plume est une magicienne, plume de poétesse, plume de prêtresse en ce grand nemeton qu'est le jardin de la vie! J'aime les oiseaux, je les adore même. Je les contemple chaque jour, il y en a beaucoup autour de chez moi, même dans la ville. J'observe les facétieux moineaux qui viennent sautiller sur le rebord de la fenêtre et boire dans les soucoupes que nous remplissons pour eux. J'écoute leur chant plein de vie. J'adore les énormes corneilles qui vivent dans les peupliers de l'autre côté de la route. Elles sont tellement chipies! Leurs cousines les pies viennent boire aussi à notre fenêtre et elles se contorsionnent pour tenter de voir l'intérieur de notre salon, cela m'amuse de les voir si curieuses. J'aime les voir voler au-dessus des toits, porter nos voeux, nos rêves, nos pensées les plus intimes vers les dieux...

    Tes mots sont magnifiques, le tableau l'est aussi, tant de délicatesse, de féminité, de complicité avec la Nature. C'est un régal... Babillages d'oiseaux et langue des initiés qui a traversé les siècles pour nous honorer de ses mystères...

     

    Merci beaucoup mon amie pour tes voeux d'anniversaire, je suis très touchée, je t'en remercie avec de gros bisous et des pensées aux couleurs des fleurs de cerisier.

     

    Je t'embrasse bien affectueusement ainsi que ton fils...

     

    Belle soirée à vous deux

     

    Cendrine

     

    13
    Mardi 16 Avril 2013 à 16:39

    Une histoire bien contée Corinne et toute en vers !

    Il y a quelques semaines, un geai des chênes habitait mon jardin... Je ne le vois plus. Sans doute trop occupé à faire la cour à quelques belles...

    Vive le printemps !

    Belle soirée ! Bises

     

    12
    Mardi 16 Avril 2013 à 10:53

    bonjour  Corinne...

    Qu'il est agréable de se poser en ce salon où l'on cause...du renouveau printanier...des amours à venir..

    Dans toute cette voletante agitation vont bon train les rumeurs forestières...

    Chère Corinne que voici un hymne magnifique à l'oiseau geai !...

    Il est vrai qu'il sait se faire entendre ce coquin !!!

    Que cette journée soit toute de douceur sur ton univers.

    Michèle

    11
    Henri de Margaux Profil de Henri de Margaux
    Mardi 16 Avril 2013 à 09:50

    Bonjour Corinne,

    Adorables ces chants d'oiseaux qui n'ont rien d'une cacophonie pour qui sait les entendre et les écouter. Un bel hommage avec ton poème absolument magnifique. Un grand plaisir de lecture. Un grand merci pour ton dernier commentaire qui m'a beaucoup touché. Merci encore, bises bien amicales.

    Henri.

    10
    Mardi 16 Avril 2013 à 08:10

    Un bel hommage à ce magnifique oiseau qui est la sentinelle des bois

    bonne journée

    amicalement

    Claude

    9
    Mardi 16 Avril 2013 à 08:05

    Le geai , un bien joli oiseau , dans ma région en automne , on se sert de son cri pour effrayer les étourneaux qui viennent dormir dans les villes....

    Un bien joli poème , cette façon de le décrire est particulière belle...

    Bravo Corinne

    Douce journée 

    Bisous

    timilo

    8
    Lundi 15 Avril 2013 à 20:41

    Un joli poème pour ce bel oiseau que je trouve un peu moins quand même lorsqu'il vient dans mon jeune cerisier !!! Bises

    7
    Lundi 15 Avril 2013 à 20:30

    Bonsoir,Corinne !

    La "cacophonie" est néanmoins belle à entendre puisqu'elle émane des oiseaux,volatiles que j'apprécie beaucoup.

    Si le geai pouvait lire,il vous chanterait une belle mélodie en remerciement au beau poème et à l'hommage que vous lui avez rendu.S'il n'appréciait pas,il viendrait vous piquer les doigs avec son bec (rires)...

    Il aime beaucoup les glands,nous en avons dans nos forêts,dans le nord.

    Passez une agréable soirée.

    Toute mon amitié.

    Tahar

    Salam  !

    6
    Lundi 15 Avril 2013 à 19:39

    A te lire on l'entendrait bruisser

    Cet oiseau de plumes et non de papier

    Pépiement gracieux de lettres becquetant

    Les vers poétiques de ton écrit charmant

     

    Ce petit poème pour toi ma chère Corinne en remerciement de ton joli poème

    5
    Lundi 15 Avril 2013 à 19:22

    Bonsoir Corinne,

     

    Il me vient une question ; de quoi s’offusquent-elles les buses ? Du fait que le geai est maître des lieux, où bien qu’il exhibe sans vergogne son joli croupion blanc ? 

    Allez, bonne soirée gentille poétesse de la nature.

    Amicalement, Carlos.

    4
    Lundi 15 Avril 2013 à 18:33

    Bonsoir Eglantine


    Merci de ton commentaire qui m'a fait rire  maintenant que tu me le dis, j'aime beaucoup ta vision sur l'Assemblée nationale,  ! Il fallait y penser ! Bisous, belle soirée, Corinne (Cronin)


    3
    Lundi 15 Avril 2013 à 18:24

    J'ai écouté la conversation de ces oiseaux, c'est amusant on dirait l'assemblée national quand un monte sur le perchoir et que les autres caquètent

    Très beau ton poème sur le geai. Merci

    2
    Lundi 15 Avril 2013 à 17:28

    Le geai est un oiseau très beau, régulièrement ils viennent  autour de mon étang que je vois de la fenêtre de la cuisine et ils me font savoir leur mécontentement par leurs cris quand je les dérange en sortant ... 

    tu as fait un merveilleux poème

    Bonne fin de journée à toi aussi, le soleil vient de revenir à l'instant, nous avons eu qq averses ce matin et en début d'après-midi 

    doux bisous comme des pétales de roses

    1
    flipperine Profil de flipperine
    Lundi 15 Avril 2013 à 17:02

    que les oiseaux sont beaux ils nous enchantent tous par leur chant

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :