• J'ai tant rêvé de toi


    j'ai tant rêvé de toi par coquelicot1977 

     

    Recueil : Corps et biens.

     

    J'ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.
    Est-il encore temps d'atteindre ce corps vivant
    Et de baiser sur cette bouche la naissance
    De la voix qui m'est chère ?

    J'ai tant rêvé de toi que mes bras habitués
    En étreignant ton ombre
    A se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas
    Au contour de ton corps, peut-être.
    Et que, devant l'apparence réelle de ce qui me hante
    Et me gouverne depuis des jours et des années,
    Je deviendrais une ombre sans doute.
    O balances sentimentales.

    J'ai tant rêvé de toi qu'il n'est plus temps
    Sans doute que je m'éveille.
    Je dors debout, le corps exposé
    A toutes les apparences de la vie
    Et de l'amour et toi, la seule
    qui compte aujourd'hui pour moi,
    Je pourrais moins toucher ton front
    Et tes lèvres que les premières lèvres
    et le premier front venu.
     
     
    J'ai tant rêvé de toi, tant marché, parlé,
    Couché avec ton fantôme
    Qu'il ne me reste plus peut-être,
    Et pourtant, qu'a être fantôme
    Parmi les fantômes et plus ombre
    Cent fois que l'ombre qui se promène
    Et se promènera allègrement
    Sur le cadran solaire de ta vie.




    Robert Desnos.

     
    Portrait de Robert DESNOS 

      

    Image associée 

     

     http://lewebpedagogique.com/asphodele/2012/12/19/robert-desnos-jai-tant-reve-de-toi-explication/

     

     

     

    « ImmortelleLyrisme dans la forêt »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    20
    Jeudi 26 Janvier 2012 à 17:28
    flipperine

    j'ai tant rêvé que parfois l'on voit on est déçu

    19
    Mercredi 25 Janvier 2012 à 10:45
    Mokalona

    MAGNIFIQUE !! TOUT EST MAGNIFIQUE ! 

    Le poème, la musique, la vidéo, la sculpture...

    Et m'interpelle... Entre le rêve et la réalité... Existe-t'il une barrière, une frontière... difficilement infranchissable ? 

    Merci pour ce partage !

    Belle journée, Corinne !

    Bisous. @mitiés.

    Mokalona (Monik)

    18
    Mercredi 25 Janvier 2012 à 05:54
    timilo

    Je relis quelques uns de tes jolis poèmes

    Belle plume

    Douce journée,CORINNE

    Bisous

    TIMILO

    17
    Mardi 24 Janvier 2012 à 22:27
    ozymandias

    tu as choisi là ma Corinne un texte très doux de Desnos... tres nostalgique aussi

    c'est un tres bon choix... j'aime beaucoup ce poète, tu lui ressemble quelquefois, , jolie la fontaine aux amours compassion

    j'aime beaucoup

    je t'embrasse ma Corinne bonne soirée joelle, ici les violettes sortent....

    16
    Mardi 24 Janvier 2012 à 18:38
    Mireille du Sablon

    "J'ai tant rêvé de toi qui vins à ma rencontre..." cela me fait penser à la chanson de Jean Ferrat, j'en vois encore les larmes dans les yeux de mon mari,

    Oh quel beau et tendre souvenir!

    Bonne et douce nuit, Mireille du Sablon

    15
    Mardi 24 Janvier 2012 à 18:05
    k pou de Chine

    J'ai tant rêvé de toi que je n'ose l'avouer

    Mes lèvres de tendresse n'osent dire à quel point

    T'étreindre juste un instant sera éternité

    Contre un amour si fort le temps ne pourra rien

     

    Bisous et douce soirée à toi Cronin. merci beaucoup de m'avoir fait découvrir ce poème de Robert Desnos que je ne connaissais pas et qui est fort joli.

    14
    Mardi 24 Janvier 2012 à 14:57
    nettoue

    C'est parfait Cronin, la musique est superbe et le reste aussi

    Je t'embrasse ma rose d'amitié

    13
    Mardi 24 Janvier 2012 à 13:41
    @nnie

    Le rêve devient-il souvent réalité ? je ne sais ou ne sais plus !

    Bise, @nnie

    12
    Mardi 24 Janvier 2012 à 12:55
    cronin

    Bonjour Dan

    Oui, tu as raison, cette sculpture fait partie de cette fontaine, que j'aime beaucoup !Fontaine commandée par la ville de Paris au sculpteur Georges Jeanclos, né en 1933 et décédé en 1997 à Paris. Jeanclos, s'est inspiré de l'histoire de Saint Julien Le Pauvre, l'hospitalier, Saint Patron de l'église voisine...sa légende a été popularisé au Moyen Age, par la légende dorée de Jacques de Voragine...puis par la nouvelle de Gustave Flaubert, publiée dans les "trois contes en 1877"Jeanclos à puiser librement dans le récit de Flaubert...Les thèmes abordés par le conte, sont le rapport au corps de l'autre : corps meurtris, corps radieux. Les trois groupes situés aux angles de la fontaine, sont là pour exprimer l'action de soutenir, et porter le corps de l'autre, dans un acte d'amour, de tendresse, de compassion, ainsi qu'il est écrit dans l'histoire de Saint Julien d'Hospitalier. Merci Dan ! Bisous, belle journée à la Bretagne, ma rose !

    11
    Mardi 24 Janvier 2012 à 11:07

    Les rêves sont des désirs inavoués ;-) le subconscient n'a plus de barrières, pendant la nuit..

    Mais parfois, on rêve tout éveillé, surtout quand on est amoureux !

    Et le mieux, c'est quand la réalité est encore plus belle que les rêves !

    Amicalement et belle semaine à toi, Corinne !

    10
    Mardi 24 Janvier 2012 à 07:43
    Mamoune.Marie

    bonjour Corinne,

    un petit coucou du matin avant de vite partir travailler, gros bisous à bientôt ..Mamoune

    9
    Mardi 24 Janvier 2012 à 07:04
    timilo

    Souvent notre plume ne trouve pas les mots pour parler de soi , alors on puise dans la bibliothèque des poètes , et il y a toujours un poème qui colle à notre réalité

    Un bien joli poème , qui ne laisse pas indifférent.

    Comme ne me laisse pas indifférent tes savoureux commentaires sur ma modeste poésie. 

    As-tu ,Corinne , ce don de lire les sous-entendus dans les lignes, j'avoue que j'en reste souvent bouche bée devant autant d'argumentation et  je ne sais comment te remercier. 

    Douce et agréable  journée 

    Bisous

    TIMILO

     

     

    8
    Lundi 23 Janvier 2012 à 23:04
    libre  necessite

    Bonsoir , je voulais te copier cette même photo que j'ai faite lors de mon dernier voyage à Paris en Novembre dernier mais je n'ai pas réussi. la fontaine Saint Julien le pauvre non loin de Notre Dame. Amitiés Dan

    7
    Lundi 23 Janvier 2012 à 21:03

    J'ai encore rêvé d'Elle... il était une fois , voilà je ne sais pourquoi mais ton poème me fais pensé à ça. Bises Le Chaton.

    6
    Lundi 23 Janvier 2012 à 19:14
    Rose

    Que d'émotions dans ces corps sculptés... dans ces vers posés...

    A force de rêver, on idéalise et alors, on s'éloigne de toute réalité...

    Merci pour ce partage, ma chère Corinne!

    Bisous et mon amitié

    Rose

    5
    Lundi 23 Janvier 2012 à 19:01
    lagardere

    c'est divinement sentimental... plein d'amour délicat....tendre et subtil...ce poéme se lit avec adoration....tu as ce don de la sensibilité des belles choses...çà c'est une de tes qualitées..;merci de nous le faire partager...bonne et douce soirée...je t'embrasse
    claude

    4
    Lundi 23 Janvier 2012 à 18:39
    cacao

    Merci Corinne pour ce magnifique poème de Desnos que tu nous offres. Grosses bises à toi et bonne semaine.

    3
    Lundi 23 Janvier 2012 à 18:21
    **** lili ****

    Tu trouves toujours des merveilles qui me parlent ....  merci - doux bisous comme des pétales de roses

    2
    Lundi 23 Janvier 2012 à 17:54
    Lucy

    Elle est belle cette poésie, un thème que nous parlons souvent dans nos textes poétiques, et la recherche du vrai amour en fait, n’existe que dans nos vers…  Tes pensées rejoignent les miennes, à la différence que tes poèmes s’élèvent beaucoup plus haut… Bonne soirée Corinne, ce poète te ressemble étrangement. Beaucoup de talent. Bises de Rillieux.

    Lucie-y

    1
    Lundi 23 Janvier 2012 à 17:50

    magnifique !... ce rêve mais la réalité doit suivre

     

    n'oublie pas Corinne que j'écris..... où du moins j'essaie.........................

    Cupidon m'a percé le coeur alors que je n'étais qu'une enfant et je n'ai jamais eu envie de retirer la flêche.

     

    bonne semaine ma Romantique

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :