• Hypatie


    AGORA : BANDE-ANNONCE VF par baryla


     
     

    «IVème siècle après Jésus-Christ. L'Egypte est sous domination romaine. A Alexandrie, la révolte des Chrétiens gronde. Réfugiée dans la grande bibliothèque, désormais menacée par la colère des insurgés, la brillante astronome Hypatie tente de préserver les connaissances accumulées depuis des siècles, avec l'aide de ses disciples. Parmi eux, deux hommes se disputent l'amour d'Hypatie : Oreste et le jeune esclave Davus, déchiré entre ses sentiments et la perspective d'être affranchi s'il accepte de rejoindre les Chrétiens, de plus en plus puissants… »

    Agora n’est pas seulement, une leçon de tolérance, il est surtout un avertissement contre le renoncement aux principes de la Raison devant la menace de ceux qui veulent gouverner par la parole de Dieu, la domination, des femmes et la lapidation, quelle que soit leur religion.

     

     


    Agora, est un péplum philosophique hispano maltais, réalisé par Alejandro Amenàbar et sorti en 2009. Il a pour thème le conflit entre science et religion et pour décor l’Alexandrie de l’époque romaine. Le scénario reprend les événements réels de la vie d’Hypatie d’Alexandrie, (philosophe, astronome, mathématicienne), du préfet Oreste et du patriarche Cyrille, tout en relevant de la fiction historique.

    Agora met en scène, le dévouement total de la philosophe Hypatie à la quête du savoir et le conflit intérieur de deux hommes de son entourage : son esclave Davus et son élève Oreste. Chacun est acculé entre son amour pour cette femme inaccessible et le fanatisme croissant de la société environnante.

     

     Le film a été présenté lors de la compétition au Festival de Cannes en 2009, et est sorti en Espagne le 9 octobre 2009. Agora a reçu sept prix Goya en Espagne, dont le prix Goya du meilleur scénario original. Il a également été récompensé au Festival du film des Hamptons.

     

     

    Hypatie d’Alexandrie (en grec ancien en grec ancien πατία / Hypatia

    v 370-415) est une mathématicienne, astronome, et une philosophe grecque.

    Son père, Théon d’Alexandrie, dernier directeur du Musée d’Alexandrie, est éditeur

    Et commentateur de textes mathématiques. Il éduque sa fille en l’initiant

    Aux mathématiques et à la philosophie. Elle a peut-être dirigé l’école néo-

    Platonicienne d’Alexandrie (Source Wikipédia))

     

     

     

    Evoquons aujourd’hui l’histoire de cette femme, philosophe, qui vécut au IVème siècle de notre ère, au temps où les conflits entre païens et chrétiens s’inversèrent…A cette époque, c’est donc la culture antique qui se vit persécutée, interdite ou renversée, tandis que le christianisme endossait pleinement son rôle de religion d’état, quitte à s’éloigner quelque peu du message originel…

    Hypatie d’Alexandrie, est entrée dans la légende pour son intelligence hors du commun, sa beauté, sa virginité, son rôle particulier à la tête de l’école platonicienne dans ces temps troublés et par-dessus tout, pour sa mort dramatique, puisqu’elle fut lapidée, dénudée, et mise en pièce dans une église, par un groupe de chrétiens fanatiques. Le complot, semble-t’il, fut imaginé par des moines cénobites, désireux de purifier le monde de ce reste d’influence, héritée de l’ancienne culture.

    Aucun textes ne nous reste de la mathématicienne et philosophe Hypatie, ouvrages disparus avec tant d’autres dans l’incendie de la Grande Bibliothèque, bien que l’on ne sache pas exactement, à quelle époque la bibliothèque d’Alexandrie prit feu. Il est probable que cette destruction, correspondent aux conflits, évoqués plus haut, sous le règne de l’empereur Théodose. (Source : http://labyrinthe.over-blog.org/article-hypatie-la-sagesse-ou-la-foi-42112322.html)

     

     

     

    La mort d’Hypatie

    1885

    Charles William Mitchell

    1854-1903

     

     

           

     

    Iconographies : Profils d'Hypatie 

     

     

    L'École d'Athènes :

     

    Quelle est la référence des affirmations suivantes qui me paraissent suspectes ?

     

    Détail de L'École d'Athènes, une référence à Hypatie, Raphaël l'a représentée dans une première version de son tableau L'École d'Athènes. Il est souvent rappelé que lorsqu'un des cardinaux a examiné le tableau et su que la femme représentée au centre et en bas était « Hypatie, la plus fameuse des membres de l'École d'Athènes », il aurait souhaité qu'elle en soit effacée.Il a ordonné : "Enlève-la. La foi ne permet de rien savoir sur elle. A part cela, l'oeuvre est acceptable". Raphaël l'a retiré, mais une référence lui en reste du fait de son remplacement par la figure efféminée de Franceso Maria della Rovere, un neveu du pape Jules II.

      

     

    "L'Ecole d'Athènes"

    *Raffaello Santi dit : 

    Raphaël 

    1509-1510

      

      Hypatie figure à plusieurs reprises dans la littérature romantique française du XIXe siècle, notamment chez les poètes et écrivains Leconte de Lisle, Gérard de Nerval et Maurice Barrès. Chez eux, elle est la dernière représentante des vieilles valeurs helléniques, se dressant mais tombant devant la marche irrésistible du christianisme, avec son système intellectuel grossier et rigide. De Lisle décrit Hypatie comme étant « le souffle de Platon et le corps d’Aphrodite ».

    Je me devais de lui rendre un bel hommage à cette femme charismatique, première femme universitaire de la tradition occidentale. Elle n'était pas la première intellectuelle, ni non plus la première philosophe. Elle avait toute une série de devancières dans la discipline, de Théanon et Périctione à Aspasie et Macrine. Mais elle semble être la première à s'engager dans la recherche de l'enseignement, tels que nous les connaissons de nos jours.

    dont Socrate, lui même, chanta ses louanges :

    "Il y avait à Alexandrie, une femme nommée Hypatie, fille du philosophe Théon, qui a si bien mené ses études qu'elle a devancé tous les philosophes de son époque ; elle a entrepris l'étude de la pensée de Platon telle que comprise par Plotin ; et elle pouvait expliquer à n'importe qui voulait l'entendre toute la science de la Philosophie. Ceux qui voulait apprendre la philosophie accouraient de partout dans le monde. A cause de son aplomb et de sa grâce, provenant de son esprit cultivé, elle pouvait se présenter avec sang-froid, devant les principaux citoyens. Elle  n'éprouvait aucune gêne à s'aventurer au milieu des hommes : à cause de sa vertu extraordinaire, tous l'admiraient et l'estimaient encore plus.

     

    « La Sagesse ou la foi »

     

    « Dans les derniers jours de l’Empire romain,

    En plein déclin de la civilisation, une femme,

    Une légende, en avance sur son temps,

    S’est dressée, pour unir l’Humanité ».

     

    « Après des années d’étude,

    J’ai voulu lever le voile…

    Remettre en question…

    Ce que je me devais de faire

    Afin de faire avancer ce monde…

    Et l’éclairer de ma lumière,

    Celui ou celle qui ne se remet point

    En question, ne fera pas évoluer

    Ce Monde…J’ai voulu être

    LIBRE…»

     

     

    « A travers les brumes du temps et de l’oubli,

      

    J’ai voulu être étoile, à ce ciel infini…

      

    Libre, à la face d’un monde si obscur !

     

    Cloîtrée, dans une foi intime, que je n’abjure !

     

    Avec vertu, pudeur, prodiguer enseignements,

     

    Mener avec passion et dévouement !

      

    La musique de mes pensées, à traversé,

      

    Divers lieux, au sein, des esprits éclairés...

      

     Sous la voûte du ciel, dessinée l’astrolabe !

     

    Où j’ai voyagé, aux chants de mes chorales,

      

    Afin d’en comprendre toutes mathématiques,

      

    Et, déjouer ainsi toutes problématiques…

     

    Comme un navigateur, sur les flots des mers,

     

    Mon sextant, m’a guidé vers toutes lumières !

     

    D’initier ce monde, aux changements, progrès !

     

    De lever ainsi le voile, sur bien des secrets…

     

     Mon voyage, fut aventure cognitive,

     

    Vers des étapes, à jamais définitives…

     

    Vers la Haute Science, au-delà du mystique,

      

    De l’Etre, écartant, toutes voies fanatiques !

     

    Femme, isolée, dans une civilisation

     

    En perpétuelle mouvance, la répudiation,

     

    De ma féminité, aux bancs des accusés,

     

    Par des hommes érudits et civilisés…

     

    A effacé de leurs visions, de leurs doctrines,

      

    L’icône sacrée, des rives abyssines !

     

    L’étude ésotérique et secrète,

     

    A fait de ma vie, une dévotion ascète…

     

    J’ai voulu être Libre, au cœur du monde,

     

    Vivante, à jamais, aux mutations profondes !

     

    Philosophe, à l’écoute, de l’humanité,

     

    Unir ses peuples, aux respects des identités…

     

    J’ai voulu lever le voile, de toutes obscurités ! »  

     

    CorpsRimes

    Hypatie00054472

    « Un baiser au jardin des dieuxRendez-vous... »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    22
    NéO~
    Mercredi 20 Février 2013 à 11:20
    NéO~

    Bonsoir Cronin ,

    Ce Bel Hommage en Lettres , Pour Cet Esprit en Âge ,

    Met en Lumière la Sage , Cherchant à se Connaître ,

    Au Fil d'Idées à Naître , la Pensée Envisage ,

    Promettre l'Apprentissage , Sans par Foi se Soumettre.

    ~

    Cette Hérésie Moderne , dans l'Ombre du Pouvoir ,

    A Défaut de Savoirs , A Creusé bien des Cernes ,

    Sous l'Oeil et sa Gouverne , Voulant vivre d'Espoirs ,

    Là où règne l'Eteignoir , sur nos Vies Mises en Scènes.

    ~

    NéO~

    ~

    Becs en Phare

    21
    Jeudi 13 Septembre 2012 à 13:17
    ozymandias

    je passe t'embrasser ma Corinne et t'offrir cette rose

    belle journée

    joelle reine-danemark-302954-2217e68.jpg Naissance de Vénus c'est son nom....

    20
    Jeudi 13 Septembre 2012 à 11:58
    autresrimes

    bonjour Corinne

    j'ai pas eu l'occasion de voir ce film lors de sa sortie au cinéma, et non plus à la télési il est diffusé ou rediffusé un jour je regarderais , la bande annonce donne envie le voir. Par contre j'ai suivi la série "Rome" en deux saisons çà a du être diffusé sur Arté et M6 il me semble , très bonne série.

    "Cette série relate à la fois les événements ayant entraîné la chute de la république romaine et la naissance de l'empire romain vus à travers les yeux de leurs principaux protagonistes, et la vie et les aventures de deux soldats de la 13 ème légion, le légionnaire tius poulos et le centurion Lucius Vorenus, qui sont témoins de ces évènements, et parfois même les influencent.
    La première saison débute lorsque Jules Cesar revient de Gaule à la fin de son mandat de proconsul, refuse de libérer ses légions selon l'ordre du Sénat, et s'apprête à franchir le Rubiconà la tête de ses légions et à marcher sur Rome. Dès lors, l'action retrace les luttes de pouvoirsentre Pompée et César, jusqu'au triomphe de César et à l’assassinat de ce dernier aux ides de mars en 44 avant J.C Lucius Vorenus, sous la protection de César et de Marc Antoine, y entreprend son ascension sociale qui va le conduire jusqu'au Senat avant d'être victime d'un drame familial, alors que Titus Pullo noue des liens avec le jeune Octave  tout en éprouvant des difficultés à réintégrer à la vie civile.


    La deuxième saison reprend le thème de la lutte de pouvoir, mais cette fois-ci entre Marc Antoine et Octave, après l'assassinat de César. Elle se termine sur la mort de Marc Antoine et de Cléopatre en Egypte et le triomphe final d'Octave qui devient le premier empereur romain sous le nom d'Auguste. Lucius Vorenus connait une brutale descente aux enfers et devient le chef d'une bande de brigands de l'Aventin avant d'attacher son destin à celui de Marc Antoine, et Titus Pullo, récemment marié, aide son ami à sortir de sa mauvaise passe avant de devenir son second, puis de le remplacer quand Vorenus part pour l'Égypte. Quand Octave part lui-même pour l'Égypte, il emmène Pullo avec lui, permettant ainsi aux deux vieux amis d'être réunis une dernière fois.

    peut être avez vous vu cette série télé ? .

    bonne journée et A+ du troubadour Emmanuel

    19
    Jeudi 13 Septembre 2012 à 06:48
    timilo

    Je prends mon temps pour relire ton beau poème et écouter

    Je mesure tes connaissances et j'apprécie d'autant plus la qualité de ta plume.

    Merveilleusement écrit et scénarisé , je deviendrai fan de ton Hypatie

    Douce journée CORINNE

    Bisous

    timilo

    18
    Mercredi 12 Septembre 2012 à 22:24

    Bonsoir Corinne,

    Je me prends d'affection pour tes mots et ce péplum dont tu nous parles avec volupté. Agora est un film dont je garde un souvenir certain car il évoque grandement le fanatisme religieux dénoncé par beaucoup d'écrivains dans le but de toucher le public face à toutes ces horreurs machiavéliques. Je suis en admiration devant cette femme philosophe brillante et charismatique qu'était Hypathie d'Alexandrie proche de l'astronomie. Son corps mutilé et ensuite brûlé révèle une réalité bien douloureuse où chacun voulait sa mort. Le monde a-t-il changé depuis quand on voit que les gens passent leur temps à construire pour mieux détruire. Il y a des gestes qui nous marquent éternellement et et des faits qui sont toujours d'actualité lorsque nous nous apercevons qu'il y aura toujours une dualité entre la religion et les thèses scientifiques. La torture ne se justifie pas et ne s'oublie pas. Si nous vivons demain nous devrions apprendre à aimer davantage au lieu de se faire la guerre. Tout sonne agréablement dans ton poème Corinne, riche de vérité où j'aimerais que l'homme se remplisse de sagesse même peu importe si mes paroles font de moi une personne utopiste. C'est mon coeur qui parle. Bisous et douce soirée. Corinne.

    17
    Mercredi 12 Septembre 2012 à 20:52
    Lucie-y

    Excuse-moi Corinne, j'ai chippé cette rose chez flipperine...

    16
    Mercredi 12 Septembre 2012 à 20:50
    Lucie-y

    Bonsoir Corinne, nous avons tous un destin différent, mais si nous regardons de plus près, il peut devenir extraordinaire! Je pense que tout doit venir de nous. Le clochard qui veut devenir mendiant le sera, et le poète qui veut s'élever réussira à le faire! Le destin est présent, avec une grande participation de nous même.

    Ta poésie est belle, et le mot Abysse y est souvent écrit, probablement parce-ce que tu te rends compte de ce qu'il se passe dans notre monde.

    Bisous fraternels, et toute mon amitié.

    Lucie-y 

     

    15
    Mercredi 12 Septembre 2012 à 19:16
    cronin

    Bonsoir Cendrine,

    J'ai lu longuement ton commentaire, et je te répondrai mon amie. J'ai bien pris note de ton rêve, et je te crois... Je suis tout aussi émue en te lisant. Merci Cendrine, de déposer ainsi confidence, en audience de mon coeur... gros bisous, belle et douce soirée. Corinne (Cronin)

    14
    Mercredi 12 Septembre 2012 à 19:12
    cronin

    Bonsoir Bichau,

    Je suis ravie de ta venue ! Oui, bien sûr, tu peux mettre une partie de ma page sur ton blog, au contraire, c'est un grand plaisir ! Je n'y vois aucun refus, bien au contraire ! Je t'embrasse aussi Bichau, porte toi bien, à bientôt ! Ma rose d'amitié, belle et douce soirée. Corinne (Cronin)

    13
    Mercredi 12 Septembre 2012 à 18:06
    flipperine

    comme on aimerait que tous les voiles soient levés

    12
    Mercredi 12 Septembre 2012 à 12:02
    Pascale Madeleine

    Pari gagné, s'il en était un : j'ai toujours retardé le visionnement du film, que j'imaginais un peu (trop) emphatique... Tu m'en donnes l'envie avec cette recherche, décidément précise, mais ça tu le sais !

    Bel article donc. Et, je le dis et j'ai honte, je ne connaissais rien d'Hypathie. 

    Très sympatique poème aussi, en guise d'hommage à une femme hors du commun. Tu l'as rend plus vivante encore...

    Des bises

    Pascale 

    11
    Mercredi 12 Septembre 2012 à 10:58
    Bichau

    Bonjour Corinne,

    J'aime beaucoup cette époque, ton travail sur cette philosophe passionnante donne envie de la connaître. Je suis allé voir les livres écrits à son sujet, mais il y a plusieurs auteurs et il est difficile de faire un choix... En attendant je vais me procurer le film que je n'ai pas encore vu. Puis-je mettre une partie de ta page sur mon blog en citant sa source ?

    Je t'embrasse et te souhaite une agréable journée chère amie,

    Bichau

     

    10
    Mercredi 12 Septembre 2012 à 07:40
    sylviane

    J'ai lu et relu parce que c'est parfait

    Tu as fait un travail de recherche formidable.

    Une grande femme éliminée parce qu'elle faisait peur, je pense.

     

    9
    Mercredi 12 Septembre 2012 à 06:37
    timilo

    J'ai lu une fois , je l'ai lu une deuxième fois et une autre fois par ce que c'est beau  , ton poème aborde avec délicatesse  cette femme , érudite égale de l'homme mais que la société ses hommes rejette .

    J'y vois dans tes rimes , et dans cette histoire ce message universel , ne muselons pas les femmes , laissons-les s'exprimer , la société en sera bien plus riche. 

    Je suis ébloui par ta plume ,Corinne,

    Je repasserai pour approfondir

    Douce journée

    Bisous

    timilo

     

     

    8
    Mercredi 12 Septembre 2012 à 02:54
    Capucine

    Bonsoir Corinne,

    Excellent ! Parle moi encore et toujours de ces femmes au destin extraordinaire... L'histoire, ses grandes lignes et ses petites anecdotes me passionnent.... Encore, encore, encore !!!

    Belle et douce nuit à toi.

    Gros bisous.

    Capucine

    7
    Mardi 11 Septembre 2012 à 22:30

    La Vierge Rouge Antique ! 

    Corinne, tu as fait là un travail de recherches et d'écriture remarquable 

     je suis toujours beate d'admiration en lisant tes billets et je te remercie de partager tes coups de coeur ...

    Plein de bisous doux comme des pétales de roses    *** lili *** 

    6
    Mardi 11 Septembre 2012 à 22:26
    Christie Jane

    Bravo, quel travail de recherche ! Je n'avais jamais entendu parler d'Hypatie avant aujourd'hui. Merci pour ces éclairages et ton texte que je pense elle aurait beaucoup aimé ! Une fin tragique pour un être aussi doué, comme malheureusement souvent dans l'histoire on élimine les meilleurs parce qu'ils font peur aux médiocres. Belle soirée Cronin (Corinne)

    5
    Mardi 11 Septembre 2012 à 21:42

    Chère Corinne j'ai vu ce peplum

    une vraie parabole sur l'humanité il montre aussi le fanatisme de la science et celui de toutes les religions

    ela peut s'appliquer à notre époque.

    De nombreux mythes sur cette femme libre  philosophe, la première sorcière de notre histoire, difficile de déméler le vrai du faux, vu le peu de documents sur elle, suite à l'incendie de la bibliothèque d'Alexandrie.

    Grâce à ton imaginaire et tes recherches, tu en as tiré un très beau poème qui me fait dire que nous devons lutter contre tous ceux qui persécutent les femmes du monde. 

    bisous et bonne soirée

     

     

    4
    Mardi 11 Septembre 2012 à 21:13
    ozymandias

    nous avons traversé pendant des siècles bien des époques où la femme était considérée comme RIEN... les valeurs cognitives pour reprendre ton mot  étaientt réservée aux hommes , être suprêmes, resposnable hélas de bien de déboires dans le monde ...

    les femmes malgré tout oeuvraient tout en faisant les enfants...

    et il en est resté dans l'histoire, heureusement reconnues par des poètes, philosophes, savants et savants et par toi ma Corinne

    superbe poème sur cette femme hors du commun qui reste reconnue meme si (bien pratique) le feu a détruit son oeuvre, ce qui n'a nullement empêché qu'elle soit connue et reconnue

    j'ai l'impression en te lisant que tu t'es imprégnée de sa personnalité c'est bien

    ainsi meilleur rendu

    je t'embrasse ma Corinne passe une belle soirée

    joelle

    3
    Mardi 11 Septembre 2012 à 20:34

    la justice, la vertu, la faute, les violences, le vice, les talents et les actes sont des grandes passions de faute où d'innocence, la splendeur de la vie individuelle, l'indépendance, le bonheur et le malheur ont une signification et uune valeur définie dans la sphére de la conscience où se trouve le jugement de la justice....l'histoire reste en dehors des points de vues...l'idée de l'esprit universel est au niveau de l'être un droit absolu pour que l'opinion reste dans la postérité...c'est la subjectivité formelle qui prend forme dans la gloire immortelle
    hypathie n'y a pas échappée....je vous tire bien bas mon chapeau très chère déesse littéraire de l'histoire....bonne soirée
    bisesssssssssssss
    claude

    2
    Mardi 11 Septembre 2012 à 20:32
    Cendrine

    Pour toi, enchanteresse!

    Je t'embrasse bien fort!

    Cendrine

    1
    Mardi 11 Septembre 2012 à 20:31
    Cendrine

    Ma chère Corinne,

    Je te félicite, avec beaucoup d'émotion, pour ton magnifique article, fruit d'un immense travail et d'une réflexion pleine de finesse!

    Je vais te dire quelque chose de troublant... j'ai rêvé d'Hypatie cette nuit! Cela me trouble vraiment! Je me suis endormie en pensant à elle, me remémorant le film que j'ai beaucoup apprécié et son image s'est dessinée dans mon rêve, à la pointe du jour. Il y avait un grand papillon pourpre sur son épaule gauche. Elle tournait les pages d'un  livre bleu nuit, je me suis approchée pour lire ce qui était écrit, j'ai vu des formes dorées ondoyantes et je me suis réveillée... Plus je t'écris, plus je suis troublée...

    J'aime profondément ce que tu as écrit, ce fourmillement de détails très précis et ta poésie superbe qui célèbre une beauté étoilée, sacrifiée sur l'autel de la haine et de la bêtise...

    J'ai des rêves très intenses qui jaillissent en couleurs vers l'aurore et je m'en souviens très bien. Lorsque j'ai vu ton article, cela m'a bouleversée!

    Le tableau de Charles William Mitchell est superbement poignant. Vêtue de sa magnifique chevelure, elle incarne la force, la foi et la créativité féminine. Ceux qui ont voulu la détruire n'ont pas réussi...

    Bravo, ma chère Corinne, je suis charmée!

    Je t'embrasse bien affectueusement, très belle soirée

    Cendrine

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :