• Divine Sarah..."Quand, même !"

     

     

     http://heleneflont.blogspot.fr/ 

      

    Sarah Bernhardt, de son vrai nom Henriette Rosine Bernard  est une comédienne française née le 22 octobre 1844 à Paris et morte le 26 mars 1923 à Paris. Elle est inhumée au cimetière du Père-Lachaise . Elle était surnommée « la Voix d'or » (expression de Victor Hugo) ou « la Divine » mais aussi « la Scandaleuse ». Considérée par beaucoup, avec Rachel, comme une des plus grandes tragédiennes françaises du XIXe siècle, elle fut la première comédienne à avoir fait des tournées triomphales sur les cinq continents, Jean Cocteau inventant pour elle l'expression de « monstre sacré ».

     Sarah Berhardt dans <i>Phèdre</i> de Racine

    Sarah Bernhardt dans "Phèdre"  en 1893 dans la pièce éponyme de Jean Racine. Photographie de Nadar.

     (Gaspard-Félix Tournachon, dit Nadar, est né le 6 avril 1820 à Paris et meurt le 21
    mars 1910 dans la même ville. Il fut un caricaturiste, aérostier et photographe)

    Sarah  Bernhardt dans le rôle

    de "Doña Maria" dans "Ruy Blas"

    Tableau de Georges Clairin (1897)

      

    Le théâtre de la Renaissance

     

     Mucha et Sarah Bernhardt

     

    1897
    La Dame aux Camélias

    Sarah Bernhardt interpréta plusieurs fois le rôle-titre dans cette pièce d'Alexandre Dumas fils.

    L'affiche de Mucha annonce la reprise de 1896.
    Cette superbe affiche dépeint l'amour tragique de la courtisane Camille qui, se mourant de consomption, libère celui qu'elle aime de sa promesse de mariage. L'héroïne affaiblie s'appuie sur la balustrade contre un fond d'étoiles argentées. Bien visible, sa fleur favorite, des camélias blancs : un camélia orne sa chevelure, un autre, tenu par la main du destin au bas de l'affiche et qui symbolise la mort. La plante à tige lisse contraste avec les roses épineuses qui percent les cœurs en haut du dessin et qui évoquent le thème principal de la pièce, le sacrifice ultime de l'amour.

     Si elle avait suivi le destin de sa mère et de sa tante, elle eût été une petite courtisane pour finir mère maquerelle. Mais, gamine, elle avait déjà trop d’orgueil : elle voulait régner. Selon les canons de l’époque (qui aimait les rondeurs), Sarah Bernhardt n’était pas belle. Elle avait un éclat, un regard, une voix incomparables, et un appétit de conquête digne de Bonaparte. A sa manière, celle qu'on appela La Divine s'est conquis un empire...  Il n’est pas de superlatifs qui ne lui aient été accordés – dont «La Divine», bien avant Garbo. Elle a mis l’Amérique du Nord et du Sud, la Russie, l’Europe à ses pieds. Elle est morte debout, sur sa jambe de bois, à l’âge de soixante-dix-neuf ans, après avoir consommé bien des amants et même des maris avec un appétit qui l’accompagna jusqu’au bout. Car rien de plus mouvementé, de plus passionné, de plus gai et de plus fou que cette vie-là. 

    par Alfred Stevens (1823-1906)
      
    Elle ne supportait pas qu'on tienne la plume à sa place. Parvenue au faîte de sa carrière (1907), elle a tenu à rédiger - et à rédiger seule - ses Mémoires d'actrice... et d'inspiratrice de toute une époque. Sarah se révèle à la fois, une personnalité incandescente et un rare tempérament d'écrivain : en un temps où le style " fleuri " était de rigueur, elle pratique une écriture nue, incisive ; et surtout elle affirme un caractère épatant, d'une liberté inimaginable pour l'époque.
    Une promenade dans les coulisses de la Belle Époque, et une formidable leçon de vie. 

    « Elle parlait net. Écrivait dru. Pensait clair. Vécut libre. C'est ce qui est là. Toujours. » - Mathilde de la Bardonnie, Libération.

    http://lecture-spectacle.blogspot.fr/2012/09/sarah-bernhardt-la-divine-memoires.html   

     

     
    Chiffre et devise de Sarah Bernhardt, surmontés du masque

    de la tragédie. Ils constituent les armes de l’actrice.   

     

    "Quand, même !" 

      

    « Soif ! Soif de cette liberté d'aimer et d'oser ! 

    Jouant cette vie, ma vie, contre vents et marées ! 

    Femme extraordinaire en mon temps, avant-gardiste, 

    Actrice de théâtre, cinéma et unijambiste ; 

    Aussi obstinée, déterminée, qu'excentrique ! 

    Mon œuvre fut répertoire d'auteurs dramatiques,  

    Contemporains, enivrés de mes chants lyriques ; 

    Sous mon masque sonore de tragédie antique, 

    Nombreuses furent mes idylles, alimentant chroniques ! 

    Défiant la société par mon indépendance,  

    Mon célibat, ma scandaleuse insouciance ! 

    Flamboyante, fougueuse, si extravagante ! 

    Collectionneuse d'hommes, muse et amante ; 

    Éprise de cette liberté qui a transformé 

    Mon existence en un théâtre mouvementé ! 

    « Quand, même ! ». Là est bien ma devise favorite, 

    Qui reflète bien l'audace de ma vie, en mes scripts ! 

    Au mépris de toutes conventions, si mon langage 

    Dérape en grossièretés, n'y voyez que voyages, 

    En errances forcées ! Sur la scène théâtrale, 

    Ai endossé bien des rôles, victoires magistrales ! 

    Aux costumes légendaires, rôles si masculins, 

    Si féminins, en mon port royal, souverain ! 

    Un public séduit par une diction emphatique ; 

    Des artistes, façonnèrent mon corps athlétique, 

    En de nombreux hommages, d'œuvres exposées. 

    Victor Hugo fut conquis par mon style vocal, 

    Caractéristique « voix d'or », fût éloge verbale ! 

    « Reine de l'attitude et princesse du geste »

    Selon Edmond Rostand et que ma gloire atteste !

    « Quand, même ! », par ma volonté, amour de l'Art, 

    Mon étoile sur le « Hollywood Walk of Fame » ! Star ! 

    Artiste française reconnue, esprit créatif, 

    Ma silhouette, mon style, inspire arts décoratifs ;

    Je n'hésite pas à mettre en scène, par la « réclame » 

    Chaque minute de ma vie, en des affiches qu'on acclame ! 

    Égérie, muse d’Alfons Mucha, de l'Art Nouveau, 

    Je suis allée jusqu'au bout de mes idéaux ! 

    « Quand, même ! », braver tout regard de réprobation ! 

    Une des plus folles, une des plus baroques exceptions ! 

    Être étrange, aux goûts morbides en son cercueil, 

    Gloire et scandales, ont franchi ainsi tous les seuils, 

    Mais « Quand, même ! », vivre ! Sans rien regretter, 

    De toutes mes actions menées, femme émancipée ! 

    Divine, je suis ! La scène fut ma vie !

    Morte, demeure en ce siècle :

     

    « La voix d'or »

    Qu'on aime encore !  

    La grande tragédienne ! 

    La grande comédienne !   

     

    Inoubliable Sarah Bernhard !

     

    « Quand, même ! »  

     

    CorpsRimes

    Divine Sarah..."Quand même !"00054472

     

    mucha__Lefevre_Utile_S_Bernhardt

     

     Sarah Bernhardt a posé dans l’un des costumes créés par Mucha
    pour la pièce « La Princesse lointaine » d’Edmond Rostand

     

    Rose Pivoine "Sarah Bernhardt"

    Fabienne Marsaudon "Quand Même" Devise de Sarah Bernhardt -

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Le murAve Maria shalom salam »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    16
    Vendredi 27 Octobre à 21:38

    Nul mieux que toi  pour parler de la divine
    C'est parfait, c'est lyrique, c'est unique
    Du grand art pour l'art tu es toi aussi divine
    Pour exprimer une valeur à ton esprit empirique
    Le talent ne se partage pas le tien pour Sarah Bernardt
    Prend des tonalités de poétique qui touchent le regard
    Celui que tu as apposé mérite tous les égards
    Quand deux grandes âmes devant nous tissent une toile
    Notre esprit conquis s'envolent vers les étoiles
    Merci de ce partage chère corine
    bien affectueusement à toi
    VL:Claude



      • Lundi 30 Octobre à 19:32

        Bonsoir mon ami Claude,

        Merci infiniment pour tes vers si divins preux chevalier, qui honore mon article.

        Merci de ta présence,  qui en amitié, inonde de joie, mon coeur et mon âme.

        Il y a des mots qui traversent par la parole prononcée, bien des frontières entre ciel et terre. Les tiens s'envolent très haut, vers cet unique endroit où je te rejoins, les étoiles, où en la Rose Sacrée, le divin et la divine, trouve écho en leur quête.

        Prends bien soin de toi Claude, je t'embrasse affectueusement.

        Merci de ta chaleureuse présence en mon sanctuaire poétique.

        Ma rose à un noble chevalier.

        CorpsRimes, (Corinne)

        Résultat de recherche d'images pour "rose bleue"

    15
    Mardi 24 Octobre à 22:34

    Chère Corinne

    Heureux de vous retrouver chez vous.

    Un grand merci pour vos fidèles passages et commentaires sur mon blog.

    Je regrette vivement de n'avoir pas pu assurer la juste réciprocité que vous méritiez et m'en excuse sincèrement.

    Je constate que votre créativité a été abondante et variée ces derniers mois pour notre plus grand plaisir et notre culture.

    J'ai particulièrement apprécié vos écrits sur le mur de Berlin et sur la folie des hommes, désespérante.L'on peut vraiment s'interroger sur le point de savoir si elle mérite que le Rédempteur s'y intéresse !!!

    Amen et amitiés

    Renaud

      • Jeudi 26 Octobre à 18:16

        Bonsoir Renaud,

        Très heureuse de vous lire. Ne vous excusez pas Renaud, chacun et chacune d'entre nous à des obligations diverses, et une vie bien ancrée dans le présent. Merci pour vos appréciations sur mes textes. Votre réflexion est pourvue de bon sens et appelle à une une réponse divine, qui même prononcée au coeur du silence, trouvera un écho. : croire en l'Homme, en cette humanité si perfectible, qui est capable du pire comme du meilleur, en son temps....

        Portez-vous bien Renaud ainsi que vos proches, je vous remercie d'être venue me lire. Amen et amitié, ma rose,

        CorpsRimes (Corinne)

        Image associée

    14
    corinne56
    Mardi 24 Octobre à 11:00

    Bonjour Corinne,

     

    Quel bel hommage rendu à cette femme talentueuse qui savait vivre totalement ses rôles. Ton article est formidable et il m'a beaucoup appris. Une grande dame que tu nous décris de façon spectaculaire. C'est un  réel bonheur de te lire "tout de même". Son indépendance jusqu'à l'âme l'a rendue populaire.  Cette artiste opiniâtre et mutine est étonnante, tu ne trouves pas avec sa soif d'exister. Je t'embrasse bien fort ma rose.

      • Jeudi 26 Octobre à 18:21

        Très heureuse de te voir sous mon écrit, Corinne : "Tout de même" ! 

        La soif de vivre, malgré les obstacles, garder toujours son optimisme envers et contre tout. Cela demande, force et courage devant la vie mon amie. Tu en es pourvue, dotée d'une clairvoyance et d'une lumière bienveillante. Je te remercie Corinne, prends soin de toi, il fait gris dans ma région :) mais le soleil brille en recevant ton cadeau d'amitié, qu'est ta présence. Bonne fin de journée, gros bisous, mon amie,

        Mon orchidée et ma rose,

        CorpsRimes,

        Image associée

        Image associée

    13
    Lundi 23 Octobre à 19:44

     

    Comme je comprends que la divine Sarah, incarnation de la beauté et de la créativité féminines t'ait inspiré un si joli poème ! Elle est une muse magnifique, célébrée par d'immenses artistes et elle demeure proche de nous et de nos sensibilités avec son talent inégalé, sa capacité à habiter des rôles d'une manière qui lui était si propre... Tes mots lui rendent un superbe hommage, ils sont élégants, romantiques, poignants, talentueux et c'est un vrai bonheur de te retrouver en ce jardin de la toile où les parfums précieux exultent.

     

    Les mots, les tableaux, les illustrations... tout cela est vecteur de rêves. C'est un éternel féminin que tu nous proposes et je t'en remercie, mon amie !

     

    Merci encore...

     

    J'espère que tu vas bien, je t'embrasse bien affectueusement, que ta soirée soit douce et belle...

     

    Cendrine

     

      • Jeudi 26 Octobre à 18:27

        Merci à toi Cendrine, 

        Pour ta chaleureuse présence et ton commentaire qui me va droit au coeur.

        Mon saint graal, ma quête de l'éternelle féminin. Dans tous mes écrits.

        Sarah Bernhardt, fut muse et égérie en son temps. 

        De nos jours, elle a encore sa place parmi les grands qui ont contribué à l'élévation artistique de notre pays et internationale.

        Très gros bisous Cendrine, prends soin de toi ainsi que de tes proches.

        Bonne soirée, amitié et ma rose de plumes et de vie.

        CorpsRimes (Corinne)

        Image associée

    12
    Lundi 23 Octobre à 15:35

    Superbe hommage, encore une fois parfaitement mis en contexte avec des explications passionnantes. Une femme intransigeante, indépendante et combative sans doute aussi un peu diva sur les bords... mais on pardonne tout au génie. 

    Merci pour cette belle évocation, riche et poétique. Votre blog est un jardin où l'on prend plaisir à se perdre.

    Bien Sincèrement, 

    Aubry

      • Jeudi 26 Octobre à 18:34

        Bonsoir Aubry,

        Merci de votre fidèle présence sous mes écrits. 

        Une femme indépendante et combative, surtout dans le contexte de l'époque.

        Je suis très touchée par votre compliment Aubry, Mon jardin est vaste, en ses roses, il y a de quoi ne point perdre son chemin, en ma boussole poétique, le parfum des roses vous guidera, tel le fil d'Ariane, en son centre, en sa roseraie, où un banc y attend mes visiteurs, toute mon amitié, 

        Bien sincèrement, 

        CorpsRimes (Roserimes)

        Ma rose, 

        Image associée

    11
    Vendredi 20 Octobre à 15:48

    bonjour Corinne

    un poètique coucou en passant par ici découvrir ton nouvel article , poétiques bises et A+ du troubadour Emmanuel

      • Jeudi 26 Octobre à 18:37

        Bonsoir Emmanuel, 

        Très heureuse de te savoir de passage en mon antre poétique, de ta fidèle visite en tant qu'artiste à part entière. 

        Bises, prends soin de toi Emmanuel, à bientôt. Belle fin de soirée.

        Ma rose poétique,

        CorpsRimes, (Corinne)

        Résultat de recherche d'images pour "rose de lorraine"

    10
    Vendredi 20 Octobre à 09:49

    La Divine et la belle Sarah, une femme très indépendante pour son époque.

    Je suis allée à Belle Ile voir ce lieu imprégné d'elle, elle avait le don d'envoûter les hommes. (sourire)

    Plein de bisous doux comme des pétales de roses

      • Jeudi 26 Octobre à 18:46

        Bonsoir Lili Marlène, 

        Je n'ai point eu la chance d'y aller à Belle Ile, mais je pense que cet endroit me plairait, retiré du monde, en son antre, face à l'océan.

        Merci Lili, de ta fidèle présence amicale et de ton appréciation sur mon texte poétique, artistique. Bonne soirée, 

        CorpsRimes (Corinne) et plein de bisous au parfum de roses.

         

         http://heleneflont.blogspot.fr/ 

          

    9
    Vendredi 20 Octobre à 06:54

    Une actrice comme il n'en existe plus de notre temps...

    Une dame que j'aurais bien aimé connaitre ...

    Très joli poème , très expressif...

    J'espère que tout va pour le mieux Corinne

    Bon et doux weekend 

    Bisous

    timilo

      • Jeudi 26 Octobre à 18:48

        Bonsoir Timilo,

        Et bien nous  sommes deux à vouloir la connaître en son temps.

        Merci de ton commentaire qui me va droit au coeur, prends soin de toi ami poète, amitié et ma rose,

        CorpsRimes, (Corinne)

        Image associée

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :