• Céleste Alchimie

     

    Memories by Jorge Mendéz Art by Max Gasparini

     

    Oeuvres "Le rayon argent de conscience"

     
    Peinture, figure humaine, huile, feuille de métal, 136x101x3cm, 2012
     
    La recherche alchimique de Max Gasparini reste un "point d'arrivée et de remise en marche".
    Dans cet ouvrage, né de l'étude de l'alchimie et la Kabbale, est exprimé dans le sens originel, le "souffle Divin".
    Les trois personnages symbolisent les lettres Aleph, Beth, Ghimel : l'homme est la première créature soufflée par l'Amour Divin, la parole est donnée à l'homme par Dieu, l'être humain est le résultat de ces actions.
    Deux sont l'un et un est trois, selon les kabbalistes, la création du monde intérieur était par réflexion de la lumière réfléchie, c'est pourquoi la séquence des lettres dans les deux mondes est dans la théorie des noms "mystiques de Dieu".
    Le choix du substrat métallique et le blanc et le noir deviennent, à ce stade, nécessaire pour achever le processus alchimique en métaux et en argent, qui voit l'objectif ultime de la transformation alchimique de matière-picturale.
    Les personnages apparaissent en argent et se complètent mutuellement en s'intégrant dans le support métallique.
    Ce processus réunit toute la symbolique alchimique : il représente la conjonction qui a lieu au moyen de la création, qui est celle du cosmos par Dieu ou le travail alchimique de l'accomplissement.
      

    Max Gasparini est né à Rovato (Bs), Italie, en 1970. Maintenant il vit et travaille dans la province de Bergamo. Max Gasparini fréquente le lycée artistique et il se consacre ensuite à la restauration des œuvres d’art. Autodidacte, il peint toujours, sans sentir le besoin d’exposer.

    Les œuvres de Max Gasparini

    Ses études sur la peinture classique se réfléchisse dans ses sujets intimes : portraits, nature morte, paysages ; fait avec une technique à huile et badigeons à l’œuf sur tableau. En 2007 il  rencontre le carton d’emballage que libère l’artiste de l’usage du chevalet et de ses techniques canoniques. Max découvre les grands coups de brosses, la libération gestuelle et les techniques les plus disparates, à la fois casuelle, en  arrivant au paradoxe de réaliser des peintures avec la pâte décapante.  Le visage féminin comme « tout », représentation de l’univers (Platon) et  entendu comme figuration de la terre génératrice, c’est la thématique du travail des derniers ans. Les couleurs, ainsi comme les blanches et les noires, investissent avec élan les nombreux supports choisi, créant parcours originaux avec la matière dans une constante relation - guide de l’artiste qui féconde les rencontres. Disparaissent les tableaux blancs, cédant la place à des vieilles plaques rouillées. Pas des mondes inconnus mais un regard au passé, en utilisant des matériaux animés par qui on les a déjà utilisés.

     

    Les expositions Max Gasparini   

    "Rêves et espoirs, déceptions et douleurs", la fusion

    alchimiques de matières au creuset d'un travail qui se veut lyrique et évocateur, expressionniste ! Ses femmes, sont des "apparitions", telles des sirènes séduisantes et qui cependant plonge le spectateur dans un état second, lorsqu'elles vous contemplent de leurs regards inquiètants, pour détourner leurs regards vers le bas ou fermer les yeux... Une symbiose alchimique, du temps qui passe, entre transcendance et immanence...un voyage alchimique entre le bonheur et la douleur...entres couleurs de la vie, de sa beauté exaltée, de ses ombres et de ses lumières, à la recherche de notre "identité", qui font de l'Etre Humain, cette parcelle Divine, sans laquelle il ne peut véritablement "se trouver", en "lui-même" et trouver son "autre en une "Céleste alchimie"."Visita interiorem terrae rectificando invenies operae lapidem" soit, selon une traduction de Jean Servier : "Descends dans les entrailles de la terre, en distillant, tu trouveras la pierre de l'oeuvre". Ceci exprime la loi d'un processus de transformation, concernant le retour de l'être au noyau le plus intime de la personne humaine...ce qui revient à dire : "Descends au plus profond de toi-même et trouve le noyau insécable, sur lequel tu pourras bâtir une autre personnalité, un Homme nouveau.

      

    Alchimie de la douleur

    L'un t'éclaire avec son ardeur,
    L'autre en toi met son deuil, Nature !
    Ce qui dit à l'un : Sépulture !
    Dit à l'autre : Vie et splendeur !

    Hermès inconnu qui m'assistes
    Et qui toujours m'intimidas,
    Tu me rends l'égal de Midas,
    Le plus triste des alchimistes ;

    Par toi je change l'or en fer
    Et le paradis en enfer ;
    Dans le suaire des nuages

    Je découvre un cadavre cher,
    Et sur les célestes rivages
    Je bâtis de grands sarcophages.

    Charles BAUDELAIRE   (1821-1867)

     

    « A la Rose, sur la Croix du Temps... »

      

    Je suis venue à ta rencontre, fermant mes yeux

    Pour puiser à la source de ta lumière, "mes cieux" ;

    Sur les cendres de mon propre suaire, en ma chair,

    Bannie, les préjugés, l'orgueil en ma propre terre ;

    Au plus profond de mon volcan en ébullition,

    Ai fais jaillir "la rosée" d'un coeur en rédemption,

    Chaque goutte de sang,

    A fait éclore, fleurs de

    rose... 

    Celles qui parfument mon âme en "sa rosée céleste".

    Au creuset de cette revivification,

    Aux racines mêmes de toutes mes germinations,

    L'Amour s'est déployé en ramifications,

    En son saint tabernacle et sa bénédiction...

    Ai trouvé refuge en ses branches, "L'Arbre de Vie",

    Respirée un second souffle, loin d'un monde qui se

    détruit !

    Ma propre appartenance, ma propre identité,

    Au mépris de tous les préjugés édifiés !

    A l'ignorance du véritable Verbe sacrifié !

    Je suis, vous êtes, le guerrier de votre sanctuaire,

    Je suis, vous êtes, "ses enfants de la lumière"...

    Et lorsque je dis :

    "Je ne suis ni illuminée, ni prophétesse",

    Je ne m'adresse aucunement aux plus faibles en détresse...

    Simplement, je déplore en cette humanité,

    La montée en puissance des sectes, leurs perversités !

    La corruption des plus grands et de leurs vices,

    Qui font rires, hypocrites, aux pleurs d'une misère en supplices ! 

    L'Amour en sa "Céleste alchimie", se donne sans compter,

    En larmes de pluie, sur le coeur et l'âme sanctifiée...

    Je n'ai pour foi aucun dogme, aucune frontière,

    Car l'Amour est Universel en sa noble matière,

    Sur le coeur, il est flamme, un brasier dans l'Oeuvre,

    Dont le souffle Divin, en est le purificateur...

    "Céleste Alchimie",  en tout Homme, toute Femme,

    Existe cette substance primordiale, en son âme ;

    A la coupe de la vie, au sein même de nos entrailles,

    Elle est sans cesse ce feu d'Amour qui nous assaillent...

    De ses baisers brûlants d'Humanité...

    Je suis une Femme au coeur de cette Humanité.

      

    CorpsRimes

    Céleste Alchimie00054472

     

     

    "La Table d'Emeraude léguée par Hermès contient le secret de tous les êtres et de la relation entre le microcosme et le macrocosme: « Ce qui est haut est comme ce qui est bas ».

     

     

      

    « La lune blanchele printemps est amour »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    13
    Jeudi 20 Février 2014 à 00:12

    Ma chère Corinne,

    Un petit panier de roses voulait se poser dans ton jardin...

    Je vois que tu es aussi en pause indéfinie, tout comme je le suis, j'ai mis très longtemps à rallumer l'ordinateur et cela m'est encore bien difficile mais je voulais te dire que je pense à toi, t'espérant au mieux.

    Je me suis régalée de ta poésie, effleurant l'étincelle qui irrigue les mots de sa puissance rouge et or. Sublime entité qu'est l'Amour, celui des mondes spirituels qui offrent aux coeurs et aux corps la passion et la tendresse d'aimer. Sans cet  Amour qui s'incarne en la Rose  primordiale aucun souffle de vie ne peut se propager, le froid, la sécheresse, le chaos règnent alors sans partage... terreau sur lequel prospèrent les mouvements sectaires, les gourous affreux et les avides compulsifs.

    Femme et rose, amie et poétesse, ange et muse aux doux parfums, ainsi tu nous offres ta sensibilité, ta vérité, ta force et ta foi, un très grand merci chère Corinne et à très bientôt, prends bien soin de toi...

    Gros bisous charmés...

    Cendrine

    12
    Mercredi 19 Février 2014 à 17:01

    Bonjour Corinne,


    Je ne t'oublie, malgré la vie qui passe et qui nous emporte.


    Je viens juste te faire un coucou et te distribuer des pétales de roses en guisede mon amitié virtuelle.


    Je t'embrasse


    Geneviève

    11
    Vendredi 31 Janvier 2014 à 06:59

    Un petit coucou pour te dire que mon blog lui aussi sera  en pause quelques jours..

     

    Douce journée , CORINNE

     

    Bisous

     

    timilo

    10
    Mercredi 29 Janvier 2014 à 10:32

    Je constate, comme d'habitude, que chaque visite chez toi me rend plus riche et je t'en remercie.

    9
    Mardi 28 Janvier 2014 à 09:59

    Il faut beaucoup de ressources et de sagesse pour puiser l’amour au fond de son âme, lorsque tout s’effondre autour de soi. C’est peut-être une histoire d’alchimie céleste…

    Et si l’amour est un brasier, alors il faut que quelqu’un souffle sur les braises, sinon je crains que le feu de l’amour s’éteigne.

     

    Belle et douce semaine très chère Corinne.

    8
    Lundi 27 Janvier 2014 à 16:05

    Bonjour Corinne,

    Quel bonheur de te lire ton billet d'aujourd'hui est extraordinaire de réalisme et de poésie ! Une merveille d'écriture . MERCI !

    Bises très amicales.

    Henri.

    7
    Lundi 27 Janvier 2014 à 09:37

    Me voilà chère Corinne, occupée la lili avec sa petite famille depuis vendredi soir, je les vois une fois par mois environ donc quand ils sont à la maison j'en profite un maximum (sourire)

    Un billet qui fait réfléchir ! le monde est ainsi fait, certains dominent et d'autres sont dominés et se laissent aller à la dérive sectaire ...

    Mais gardons à l'esprit ce que tu écris dans ton poème :  l'Amour est universel !

    Doux bisous comme des pétales de roses

    lili ....  marlène

     

    6
    Dimanche 26 Janvier 2014 à 17:25

    les sectes sont des choses qui font peur et il faut tjs faire attention de ne pas se laisser embrigader par de belles paroles

    5
    Dimanche 26 Janvier 2014 à 06:17

    J'ai et relu ta publication...

    L'amour est bafoué dans notre société , à croire que les coeurs qui s'aiment ne sont pas comme tout le monde.

    Je sais que des personnes mal intentionnées profitent de ce grand vide et besoin d'affection...

    L'homme est ainsi , certains abusent , d'autres se lient au joug sectaire

    J'espère  Corinne que tout va pour le mieux  ..

    Merci pour ton petit  mot pour Line

    Bon et doux Dimanche 

    Bisous

    timilo

     

    4
    Samedi 25 Janvier 2014 à 23:50

    JE suie contente d'étre passée te faire un signe d'amitié . Une lecture un peut difficile pour moi . Les Sectes , un mot que je n'aime pas trot. J'espère que tu vas bien. Peut étre que comme moi tu a hâte  de voir arrivé le Printemps pour tes Roses

     Doux Dimanche  

    Je t'envoie un panier de bisous parfumé a la Rose

    3
    Samedi 25 Janvier 2014 à 21:20

    bonsoir Corinne, tout d'abord une précision le blanc et le noir  sont achromatiques à moins que cela ait changé... c'est pôssible, je ne veux en aucun cas de donner de leçons je suis tres mal placée tu le sais car souvent je te demande une explication...mais on m'a appris ceci...


    je lis ton merveilleux poème et j'arrive à cette conclusion que les hommes et les femmes ayant besoin d'amour sont récupérés par les sectes, d'une part pour justement cet amour et d'autre part car ils ne sont pas capables de gérer leur vie seul, enfin c'est ce que je pense.. et les sectes vivent à leurs crochets c'est bien connus...


    tu nous fais là un beau cours d'art pictural et litteraire avec Baudelaire que j'adore, merci infiniment


    j'espère que ton apparition précède une autre asssez rapide.. je t'embrasse tres fort ma Corinne, prends soin de toi


    passe une belle soirée


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


    tu dois connaitre ce tableau de Gerard VAN SPAENDONCK  ...gros bisous  Joelle

    2
    Samedi 25 Janvier 2014 à 17:49

    Bonsoir,Corinne !


    Voilà un trio formidable : un grand peintre,Baudelaire  et votre beau poème !


    C'est vrai que les sectes sont dangereuses et mènent les gens à la dérive.


    Je suis ravi de vous lire.Je vous souhaite un agréable week-end plein de peitis bonheurs.


    Tahar


     


     

    1
    Samedi 25 Janvier 2014 à 16:38

    bonjour Corine ,un poètique et musical coucou du troubadour Emmanuel, A+

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :