• A ma muse

    The Emily Brontë poem "November 1837" set to music and sung by Janet Jones

     

     

    Je vais être bientôt ready pour poster mon roman "Joif" et une nouvelle sur Amazon. La question c'est avec ou pas Kindle select ? 28/03/2016

    Image pinterest

     

    ᎶᎥɲɠҽɽ 

    A lire avec la musique et vidéo

    Merci d'attendre 33 secondes avant la lecture de la vidéo.yes

     

     

    Lorsque le vide se fait ressentir,

    Il plait à ma plume de vous écrire ;

    Recluse en ce royaume imaginaire,

    Mes rêves n'ont plus aucune frontière,

    Même si ceux-ci demeurent irréels, vains,

    Mon âme chante pour les lendemains ;

    Lorsque, je m'égare seule dans mes ténèbres,

    Je ne crains point la mort, ses airs funèbres !

    Tu me ramènes, vers des rives clémentes,

    Au coeur d'un monde précieux que régente,

    Mon sanctuaire où il ne fait point froid ;

    Rayons de soleil, réchauffent mes désarrois...

    Lassée d'un monde où n'existe que néant,

    J'erre, ma muse dans ton doux océan,

    Loin des récifs néfastes et leurs maux,

    L'essence divine de mon âme y éclot...

    Toi seule, demeure vaillante, consolatrice,

    Reste, ma fidèle source inspiratrice !

    À l'heure apaisée des éternels soirs,

    Ne voir qu'en mes rêves, de radieux espoirs !

    Près de toi, sublime reconnaissance,

    Toi et moi, unique serment d'allégeance,

    Qu'évoque ton souffle divin en échos ;

    Ta voix ruisselle à mon imagination...

     

    Qu'elle est douce cette sainte mélopée,

    Musique céleste sur mes nuits étoilées.

    Ô muse solitaire ! Soeur rayonnante,

    Sois pour moi, fidèle confidente !

    N'écrire que cette foi en l'Amour, l'espoir,

    Où mille tourments, suintent en ce siècle si noir !

    Sois pour moi, idéale muse, ce guide

    À mon âme, lors de mes divins transports,

    Vers tes rives bienfaisantes et limpides,

    Joue de ta lyre, tes harmonieux accords !

    Je ne veux que te suivre sur ce chemin,

    Où l'Amour règne au coeur souverain...

    Ô muse ! Fais luire à mes yeux ce diamant si pur,

    Chasse, tempêtes, naufrages, éclaire mon azur !

     

    Laisse libre et s'envoler mon imagination !

     

    CorpsRimes

    Une autre saison00054472-2

     

    Merci à mes lecteurs, lectrices, à votre fidélité, votre amitié. Un temps de pause s'impose, prenez soin de vous,

    Avec toute mon amitié et ma rose,

    CorpsRimes

       

    Effata

     

     

    « Une autre saison
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    11
    Dimanche 14 Juillet à 11:44
    Véronique S.

    Bien chère Corinne ,

    Le plaisir de te lire en ce petit matin d'été est d'une douceur infinie . Je me laisse tout simplement transporter . Je me suis souvent posée la question du pourquoi écrire. Ecrire ce qu'on a vu , senti, ressenti ou pensé. Comme ça pour le plaisir ou pour créer quelque chose de beau , pour se dévêtir juste un peu , ôter légèrement le voile de pudeur qui n'ose pas dévoiler . Et parfois , un petit je ne sais quoi se pose sur notre épaule , au creux de l'oreille et les pensées deviennent mots , en ton âme , ils sont poésie . Ecrie , c'est ouvrir une porte sur le monde , son propre monde , son univers intérieur, mais aussi celui des autres . Ecrire donne les clefs de lecture du monde , il s'ouvre alors à nous et la peur, le chagrin , le bonheur sont alors partagés sur le fil unique de l'humanité .

    Je viens de lire une biographie consacrée à Gala , celle qui fut la compagne de Paul Eluard et de Salvador Dali comme tu le sais . Gala fut une muse . Elle ne fut pas créatrice , elle fut uniquement leur guide . Fut-elle la réincarnation d'une des filles de Zeus et de Mnémosyne ? … Je ne sais ,mais une chose est sûre, 'elle a choisi sa voie , celle de ces femmes qui n'existent que par procuration , à travers le destin de l'homme qu'elles se sont choisies . Elle n'a pas été passive ni soumise , elle était cette force qui fait bouger , qui donne des ailes , qui exerce une influence capitale ., celle de donner à l'autre la possibilité d'être soi , d'insuffler la confiance sans laquelle l'artiste n'est rien . Une muse ne se contente pas d'inspirer , elle est l'âme , le miroir dans lequel on ose se mirer et que l'on ose traverser pour laisser s'envoler notre imagination qui parle tant de nous .

    Je te souhaite un été douceur dans la beauté de l'instant .

    Je t'embrasse

    Avec affection

    Véronique

    10
    Jeudi 11 Juillet à 10:45
    Revenue te lire. Ta muse complice sait nous entraîner sur tes rives poétiques.. Merci
    9
    Betty....
    Mercredi 3 Juillet à 13:05

    e n'ai aucun doute , ta Muse sera avec Nous  à ton retour , à Nous tes Mots de Douceur et de messages toujours élégants ...Merci Corinne à bientôt ...Belle d'Ame ...

    8
    Dimanche 30 Juin à 23:36

    C'est le propre des rêves d'être sans frontière et d'ouvrir vers l'inconnu, voir l'inconnaissable et qui ne peut être que ressenti. La Muse est inconnaissable mais elle agit sur nous. Bonne pause CorpsRimes et reviens nous habitée de ta Muse.

    7
    Samedi 29 Juin à 08:59
    brindille33

    Bon samedi Corrine,

    Merci pour ces beaux mots dédiés avec autant de plaisir, de don de soi, ceci comme d'habitude pour une muse qui joue là très bien son rôle.

    Je passe te faire un coucou, et te souhaite une excellente pause. S'occuper de soi est essentiel.

    Comme d'habitude, je continue sur le forum d'aide, et sur mon blog ou site, j'écris très peu. 

    J'ai retrouvé toutes ces douceurs dans ton écritures et du fond du coeur un grand merci.

    Je t'embrasse poète et passe un bel été et de belles journées comme il te sied.

    Geneviève

    6
    Vendredi 28 Juin à 14:43

    un poétique bonjour Corinne

    en passant découvrir ton nouvel article . joli texte pour dame muse  (---)

    A+ du troubadour

    5
    Lundi 24 Juin à 01:09

    je me demande s'il faut laisser s'envoler l'imagination 

    ou alors s'envoler avec elle

    besos

    tilk

    4
    Jeudi 20 Juin à 15:34
    Ta muse t'a bien inspirée. L'écriture est un exutoire, elle offre à l'âme une libération dont il faut abuser.. Merci de tes commentaires qui me ravissent à chaque fois que tu regardes mon blog.. Tu es si généreuse. Je t'embrasse belle poétesse
    3
    Jeudi 20 Juin à 12:21

    Coucou Corinne,

    Une très beau poème, un peu mélancolique au début, mais lumineux ensuite, un peu de toi je pense dans tes écrits, merci pour cette jolie page

    Bisous et douce fin de semaine

    2
    Jeudi 20 Juin à 10:45

    un beau et émouvant moment passé à écouter et à te lire

    merci

    besos

    tilk

    1
    timilo
    Jeudi 20 Juin à 06:43

    Qu'est-ce qui nous pousse à écrire ainsi, un vide, un manque à combler, une émotion à exprimer pour ne pas la garder pour soi, combien de fois notre plume sous l'influence de notre Muse vient nous titiller la paume de la main pour laisser libre cours à cette logorrhée poétique que nous savons pas maîtriser 

    Joliment écrit ton poème, je pensais qu'l parlait de toi, personnellement je ressens un peu cela, ou même beaucoup, souvent je me dis, Timilo , tu écris trop, tu devrais faire une pause, tu abuses de la gentillesse de tes lecteurs car tous mes poèmes ne se valent pas,  tu te confies trop, peut-être que tu devrais faire une analyse . Si je souris en écrivant, c'est parce que je suis conscient de tout cela .

    Merci Corinne pour ton mot sur mon livre d'or, ces temps-ci je me suis lancé dans des travaux chez moi, je pensais que cela irait vite mais dès le premiers jours un artisan m'a fait défaut, ce qui bloque tout.

    Cela me fait toujours plaisir de venir sur ton blog et de lire ta poésie, le temps passe trop vite à mon goût et beaucoup de nos ami(e)s ne sont plus là

    Je te souhaite une douce journée 

    Bisous

    timilo

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :