• A l'ombre des pensées

        

    "La clémence est autant agréable aux hommes qu'une pluie qui vient sur le soir,

    ou dans l'automne, tempérer la chaleur du jour ou celle d'une saison brûlante,

    et humecter la terre que l'ardeur du soleil a desséchée."

    (Jacques-Bénigne Bossuet) 

     

    Camille COROT «La Liseuse couronnée de fleurs»

        

    A l'ombre de mes pensées, sur ce livre,

    Je voyage à travers un récit qui me rend ivre...

    Moi, simple bergère, dont l'éducation,

    L'instruction, fut une grande frustration...

     

    S'est à l'ombre de mes pensées,

    A l'abri de la nature, sous ce ciel envoûté,

    Qu'est née l'envie de lire, le plaisir

    D'apprendre, et puis de m'enrichir !

     

    Au plus profond de l'être humain,

    Le chemin de la connaissance n'est vint...

    Il suffit d'être poussé par ce vent qui souffle,

    Qui prend essor en notre corps, nous étouffe...

     

    A l'ombre de mes pensées, près de mes moutons,

    Je me sens heureuse, douce consolation !

    Loin des moqueries de tout ces gens,

    Qui prétendent qu'une bergère n'a point de rang !

     

    A la lumière de ce récit, mon âme survole des pays,

    Dont mes pas n'ont jamais foulés le sol...

    En moi, je rêve un jour de les découvrir, dans l'infini

    Mystère que notre divin, voudra bien que je me console...

     

    Pourquoi une servante, une bergère serait-elle sotte ?

    Moi qui connais la science de la nature, sa médecine,

    Non ! Je ne suis pas uniquement une simple bigote !

    Mon esprit entier se dévoile et crie famine ...

     

    A l'ombre de mes pensées, voici mes intimes secrets,

    J'aime lire, comprendre, et m'instruire...

    Voilà un bien bel ouvrage que la connaissance revêt

    De multiples aspects, n'y voyez que la force de survivre !

     

         CorpsRimes

    A l'ombre des pensées00054472

    « Lettre d’amourL’autel de la délivrance »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    8
    Line
    Mercredi 20 Février 2013 à 11:26

    Simple bergère ou fille roi

    pour moi tu es la princesse de magnifiques poèmes d'amour qui demandent baeucoup de maîtrise pour faire d'aussi jolies rimes.

    Les mots du coeur ce sont les mots de la connaissance et du savoir et crois-moi tu es riche de tous les plus beaux sentiments qu'un coeur peut contenir et cela ce ne sont pas les diplomes qui les donnent

    Je t'embrasse je suis en Week-end avec mon époux

    bisous mon amie

    Un sourire de Line  

    7
    Mercredi 9 Février 2011 à 21:11

    Pour ne plus rien louper de tes beaux écrits, Corinne, je viens de m'abonner ! Ainsi, je serai toujours avisée dès la parution d'un nouveau poème !

    Amicales pensées et toujours un plaisir de passer dans ton univers !
    Belle soirée et  amicales pensées !

    6
    Lundi 31 Janvier 2011 à 12:17

    Bonjour Corinne,

    J'approuve tes mots et je comprends tes pensées lorsque tu dis je suis une bergère qui aime lire, apprendre. Faut-il avoir une silhouette particulière pour s'instruire ! Toutes ces idées préconçues qui altèrent la réalité sont saugrenues. Peu importe qui nous sommes et d'où nous venons, l'envie d'apprendre est en nous. Je dirai qu'à la campagne on a cette chance unique de pouvoir s'enrichir et d'évoluer auprès de la nauture sereine et bienfaisante. Aucune tentation à l'horizon si bien que dans notre solitude on éprouve le besoin de toucher la connaissance. La bergère est une femme courageuse et elle pour moi la femme modèle qui nous dévoile son amour de la vie et des livres. Je te souhaite une agréable journée en ce lundi. Gros bisous. Ton amie Corinne.

    5
    Dimanche 30 Janvier 2011 à 19:14

    Ah, je vois que la lecture est fort bénéfique pour bien des maux : fuite, refuge, consolation, petit cocon de ressourcement, même les bergères s'y mettent ! je me reconnais bien là....dès que j'ai su lire, j'étais toujours plongée dans un livre, dans l'histoire d'un personnage, dans un autre monde....

    Ouh, que voilà un commentaire bien trop sérieux pour ce joli poème...!

    Amicalement et bonne fin de dimanche !

    4
    Samedi 29 Janvier 2011 à 20:41
    filamots

    Bonsoir, Tes mots coulent de ton coeur comme un beau ruisseau qui donne de la fraîcheur, de la couleur qui séduisent le mien. Je suis une femme et comme je comprends ce que tu écris. Merci.

    Amitiés.

    3
    Samedi 29 Janvier 2011 à 20:00
    Carlos

    Bonsoir Corinne. Les chemins de la connaissance sont multiples et variés sans aucun doute ; et ceux de l’intelligence aussi d’ailleurs, merci de nous le rappeler avec les mots de cette jolie bergère. Très bon weekend, amitiés, Carlos.

    2
    Samedi 29 Janvier 2011 à 17:10

    les hommes pensent aussi !! pas tous des bêtes !! binh !! mais les bergéres ne sont pas non plus des sottes !! il suffit pour s'en convaincre de te lire !! tu es la bergére cultivée que j'admire ma chére cronin !! mais tes pensées ne sont pas sombres !! au contraire elles éclairent  l'âme et l'esprit !!par de ravissantes poésies !! qui expriment largement des pensées !! aux multiples aspects !! avec une belle philosophie : celle de la vie .............bonne soirée...........bisessssss

    amitiés

    sumadrad

    1
    Samedi 29 Janvier 2011 à 13:04
    Binh An

    Qui a dit que la bergère est sotte,
    Fuir les villes, les foules, les bruits,
    Vivre avec les oiseaux, les plantes, les bêtes,
    Sentiers d’or, l’herbe verte, l’horizon infini,
    Ivre de marche, de soleil, de vent, de pluie,
    Qui a dit que la bergère est sotte ?

    Pas les moutons, les hommes sans doute !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :