• A l'imagination...

    Merci de patienter environ 33 secondes avant la bande sonore de la musique sur la vidéo. (rires...)    

    "November...1837" 
    "A l'imagination..."
      
    Hommage à une poétesse que j'aime,
     

    Emily Brontë 

              

    Lorsque, lassée du long souci du jour 

    Et ballottée de peine en peine 

    Je suis perdue, prête à désespérer, 

    Ta bonne voix de nouveau me rappelle. 

    Ô ma fidèle amie, comment serais-je seule 

    Tant que tu peux parler sur pareil ton ?  

    Le monde du dehors est si vide d’espoir 

    Que m’est deux fois précieux le monde du dedans, 

    Ce tien monde où jamais ne règnent ruse et haine 

    Non plus que doute et froid soupçon ; 

    Où toi et moi et la Liberté, 

    Exerçons souveraineté indiscutée. 

    Qu’importe que, de toutes parts, 

    Le Péril, le Péché, la Ténèbre nous pressent 

    Si nous gardons ancré au fond de notre cœur 

    Un brillant ciel immaculé, 

    Chaud des mille rayons mêlés 

    De soleils qui jamais ne connaissent l’hiver ? 

    La Raison peut souvent se plaindre en vérité 

    Du triste train de la Nature, 

    Et révéler au cœur souffrant combien ses rêves 

    Sont voués à demeurer vains ; 

    Et la Réalité peut piétiner, brutale, 

    Les fleurs de l’Imagination à peine écloses. 

    Mais tu es toujours là pour ramener 

    Les visions latentes, pour parer 

    Le printemps dépouillé de nouvelles splendeurs 

    Et tirer de la mort une vie plus exquise, 

    Évoquant d’un souffle divin 

    De vrais mondes aussi lumineux que le tien. 

    Je ne crois guère en ta félicité fantôme, 

    Mais à l’heure apaisée du soir, 

    C’est toujours, oui, toujours avec reconnaissance 

    Que je te vois venir, ô bienfaisant pouvoir, 

    Infaillible consolatrice 

    Et quand l’espoir se meurt, plus radieux espoir. 

     ∞  

    Emily Brontë, 3 septembre 1844, traduction Pierre Leyris, 

    éditions Gallimard, 1963

       

     

    Emily par Branwell (portrait de groupe dit «au fusil» c.1833)

    le seul fragment existant de ce tableau.

    « Symphonie en blancEmbrasse-moi...so kiss me... »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    23
    Lundi 19 Novembre 2012 à 11:35
    timilo

    J'ai fait une petite pause dans la lecture de mes blogs amis , car mes yeux me font mal et saturent vite , mais fidèle je reviens

    Joli poème 

    Bon et doux lundi Corinne

    Bisous

    timilo

    22
    Dimanche 18 Novembre 2012 à 14:03

    un petit coucou...celui du dimanche à ma douce et tendre schroumpette bleue...celle qui est déesse de lorraine...la plus belle des souveraines.....douce journée bleue...
    bisessssssssssss
    claude

    21
    Dimanche 18 Novembre 2012 à 13:51

    SUPERBE article superbement illustré. Bon dimanche

    20
    Dimanche 18 Novembre 2012 à 12:46
    Nais'

    Bonjour Cronin !
    Je ne connais pas les soeurs Bronte, quelle lacune... Mais je sais qu'elles avaient un grand talent, que tu as toi aussi... Tu es une grande poétesse également
    Bises, bon dimanche !

    19
    Dimanche 18 Novembre 2012 à 11:48
    Christie Jane

    Toi aussi tu es lumineuse Cronin (Corinne) et j'espère que d'ici moins de trois cents ans (!) tu auras aussi des fans qui te dédicaceront des aussi belles poésies comme tu le fais en hommage à tous ces gens du passé. Bravo et merci. Amitiés

    18
    Dimanche 18 Novembre 2012 à 10:28
    mireille du sablon

    ...une belle histoire qui a enchanté mon adolescence!

    Bon dimanche, bises de Mireille du sablon

    17
    Dimanche 18 Novembre 2012 à 07:36
    timilo

    Je passe relire tes derniers poèmes

    Bon et doux Dimanche CORINNE

    Bisous

    timilo

    16
    Dimanche 18 Novembre 2012 à 00:12
    Sylvie

    comment ne pas se rappeler d'Emilie Bronte?  Ce livre a bercé mon adolescence ....Unique roman mais nombreux poèmes ... Je crois que sa vie a été influencée par les personnages de son roman ...En tous cas, ses écrits se superposent aux tiens pour ne former qu'un excellent ouvrage qu'on aimerait lire et relire ... Bon dimanche à toi mon amie, c'est vrai que chez nous il fait encore beau et pas trop froid !! 15° pour certains ici c'est le grand froid!! rire!! moi je ne suis pas frileuse, je sors souvent avec une simple écharpe ..bisous bisous!  sylvie

    15
    Samedi 17 Novembre 2012 à 14:05
    ozymandias

    je passe te souhaiter un bon samedi ma Corinne

    je t'embrasse

    joelle

    14
    Samedi 17 Novembre 2012 à 11:57
    jazz

    bonjour Corinne

    passant te souhaiter un bon w end . un coucou musical jazz , te proposant ce w end sur mon blog la découverte de la chanteuse mirtha Hristea. A+ du troubadour Emmanuel

    13
    Samedi 17 Novembre 2012 à 07:13
    timilo

    Ces rimes auraient pu être tiennes , car ta plume s'exprime avec cette qualité 

    J'ai lu avec grand plaisir 

    Je passe rapidement ce matin sur mes blogs amis

     

    Bon et doux weekend CORINNE

    Bisous

    timilo

    12
    Samedi 17 Novembre 2012 à 03:22
    Le Noctamplume

    Une grande poètesse à fleur de peau, d'une sensibilité rare qui dépeint sa souffrance à affronter le monde extérieures tant elle doit se sentir incomprise comme beaucoup de ces âmes au coeur pur.

    Merci de nous l'avoir fait découvrir chère Corinne

    Je t'embrasse et te souhaite une douce nuit

    Toute mon amitié

    Le Noctamplume

    11
    Vendredi 16 Novembre 2012 à 23:31
    flipperine

    de jolis mots qui montrent qu'on a besoin de qq

    10
    Vendredi 16 Novembre 2012 à 21:09
    ozymandias

    que voilà un poème magnifique... plein de douceur et de douleur..

    vivre seul implique-t-il de mourir seul aussi ?? je ne sais ...

    merci pour ce partage ma Corinne jet'embrasse tres fort

    mon libre préféré c'est QUI J OSE AIMER de H. BAZIN §

    belle soirée  V. Volegov

    joelle

    9
    Vendredi 16 Novembre 2012 à 20:16
    Cendrine

    Ma chère Corinne,

    Je me suis laissée envoûter à nouveau par les mots d'Emily, poétesse et romancière du paysage de son temps et de ses variations subtiles. Le plaisir, toujours le plaisir de l'écriture que nous partageons avec flamme!

    Je viens tout juste de lire ton délicieux commentaire et je constate, en effet, que "mission" était bien le mot! Je plaisante... Je vais t'envoyer mon adresse par la partie "contact" du blog.

    Il y a de nombreux squares de Paris qui sont en travaux aussi et du coup c'est très difficile de se faufiler avec notre appareil photo.

    je t'écris tout de suite, je t'embrasse très affectueusement, excellente soirée

    Cendrine

    8
    Vendredi 16 Novembre 2012 à 18:52
    Cathy

    Bonsoir Chère Corinne,

    "Les Hauts de Hurlevent"... Son seul roman, mais beaucoup de poèmes à son actif... Dont celui que tu offres ici en partage. Il dénote le mal de vivre de cette femme, mais son indéfectible espoir... L'imagination fait des miracles et apaise bien des maux... C'est un bel hommage que tu rends à Emily Brontë. Ce poème est de toute beauté. Merci d'évoquer ici cette poétesse de talent que l'on oublie trop souvent.

    Douce soirée et très bon week-end.

    Amitié et bisous,

    Cathy.

    7
    Vendredi 16 Novembre 2012 à 17:49
    Tahar YETTOU

    Bonsoir,Corinne.

    Je ne connaissais pas cette poétesse.Merci de nous l'avoir fait découvrir,une poésie si fine qui émane du coeur tendre de la femme.

    Je vous souhaite un agréable week-end.Mes amitiés.

    Salam !

    Tahar

    6
    Vendredi 16 Novembre 2012 à 16:40

    Du monde dont elle n'a rien connu ,  solitaire elle est morte seule et le genie de l'imaginaire s'inscrit dans le seul livre qu'elle ait écrit .

    Un roman magnifique qui révèle le drame de l'homme à travers les angoisses et les grandeurs de la passion.

    Le mystère de retrouver la vérité humaine à travers le seul drame qui compte ; le drame d'être.

    On ressent cette angoisse et ce mal-être à travers ton poème

     

    bisous

    5
    Vendredi 16 Novembre 2012 à 16:32
    Nina Padilha

    Une poète a la plume si délicate...
    Un ravissement de lire ses vers emplis de tant de douceur.
    Merci du partage !
    Bon WE !

    4
    Vendredi 16 Novembre 2012 à 16:20
    jean marie

     c'est magnifique,je te souhaite un très bon vendredi,chez nous il fait un temps splendide 20 degrès et plein soleil,bises

    3
    Vendredi 16 Novembre 2012 à 15:13
    Tincky

    Coucou Douce Dame Corinne !!! Sourire

    Ne connaissant pas cette gente Dame, tu m'offres là un joli poème qui me sussure que Mme Emily doit être vraiment "découverte" et qu'il faut absolument que je répare "mes lacunes" pour faire perdurer le Bonheur offert en ce jour !!! Clin d'oeil

    Je te souhaite une très douce aprés-midi ainsi qu'un très doux week-end serein !!! Sourire Radieux

    Mille tendres Bisoudoux

    ***Tincky***

    2
    Vendredi 16 Novembre 2012 à 13:51

    avec toi l'espoir ne meurt jamais..car il est toujours espoir....ta sensibilité dans ces vers exprimés..donne à cet écrit toute la beauté d'un hommage désiré...désiré par ton coeur....qui enchante le mien en écoutant avec bonheur....toute la force d'un amour qui habite ta vie....chaque fois que je te lis....le mien se retrouve au paradis..tu aimes ...j'aime.....émily bronté......merci.bonne journée...........bisesssssssssssssss
    claude

    1
    Vendredi 16 Novembre 2012 à 13:10
    Cendrine

    Ma chère Corinne,

    C'est sur un chemin d'émotions romantiques que je me promène. Les mots de cette jeune femme à fleur de peau , comme ceux de sa soeur, me touchent profondément. Ecriture féminine mais pas seulement... Poésie d'atmosphère, nourrie des longues marches dans la campagne et des brumes du paysage. Ecrin de sentiments délicats et flamboyants.

    Merci pour cet hommage délicieux. Je te souhaite un très beau week-end, gros bisous bien affectueux

    Cendrine

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :