•  

    ILOTS INTEMPORELS

    Photographie de Thomas JORION

    « Arazzo 2012 »

     

    La poussière du temps

     

     

    Les œuvres du photographe Thomas Jorion proposent une plongée aux cœurs "d’îlots intemporels".
    Son geste photographique explore les rapports avec l’environnement construit en privilégiant des espaces délaissés qu’il nous incite à observer en induisant une réflexion sur la matérialité et la temporalité.
    Palais , villas, lieux de plaisir et d’oubli, casino, château, hôtel … Vastes envolées de lumière, faveur d’une jalousie ouverte sur le jour d’un autre hier. L’artiste débusque la fin des fastes en pérégrinations voluptueuses et voyeuristes au cœur des édifications de la vanité.

    Source (http://www.artsper.com/artwork?artworkId=1524&aid=331)

     

    Stefan Gesell Photography – Butterflies on the fast lane 

    STEFAN GESELL PHOTOGRAPHY – PHOTO MANIPULATION  

    See original image 

    Image du groupe musical « Alcest » 2012

     

    Sur mes chemins de traverse, leurs murs de poussières,

    Soufflent vents et pluies à l’usure friable des matières…

    Mon âme erre aux confins d’un monde en désertion,

    Rencontre des objets, chairs anciennes à l’abandon,

    Livrées au temps des solitudes en altération…

     

    Dans des lieux de mémoires oubliées, hésitations

    D’une nature humaine qui façonne et laisse s’engouffrer,

    Les émotions, sentiments, empreintes marquées

    Des présences passées, d’espaces de vies en pigments

    Lustrés, aux pans entiers de bâtis et fragments,

    Où l’air soulève les poussières fidèles et compressées

    En leurs antres, en tourbillons d’âmes ressuscitées …

     

    Où vas-tu mon esprit quand tu vagabondes aux arcanes

    Des voûtes intérieures, de leurs puits , de leurs vannes ?

    Où l‘Amour s‘épanche, aux sources souterraines,

    S’élève vers des chœurs de lumière, nature urbaine !

     

    Dans les forêts et friches exposées à mon regard,

    A travers les couloirs du temps et de leurs mares

    En miroir, passagère intemporelle, j’invente

    Des clichés imaginaires, où voix se lamentent,

    Et rires se confondent, imprègnent mon âme, mon corps,

    D’extases, d‘une matière qui se révolte aux dehors

    De son immobilité, dans un réalisme étouffant ;

    Car elle est mourante et vivante en même temps…

     

    J’ouvre mes yeux pour y laisser entrer l’invu,

    D’un monde où tout est à voir, à penser ! Échue

    Sur ses rivages, entre ciel et terre, mes liens

    Terrestres, spirituels, ne font alors plus qu’UN,

    Entre fissures et débris, suintent les coulures

    Du passage du temps, sur leurs douleurs, gerçures...

     

    L’Amour reprend ses droits au cœur de la nature,

    De ses doux rayons, réchauffe ainsi cette mixture

    Poussiéreuse qui s’inscrit en ma chair et mon sang,

    Délivre ainsi toute incertitude et tourments !

    La vie est au cœur de l’invisible ! Et l’Amour,

    En est son pilier, la pierre taillée pour toujours...

     

    Que la poussière du temps, régénère en mes fibres

    Humaines, l’écho des prières que mon âme délivre,

    Aux portes et fenêtres, des champs d’éternité…

      

    CorpsRimes

    La poussière du temps00054472-2

     

    Memory Box by Amy Weiss  

      

      

      

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    37 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires